AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )   Dim 15 Juin - 21:06

L'enfant courrait, ses cheveux d'ébène caressaient ses reins et son visage, engeôlant l'expression de son visage terrassé par la peur et l'effroi, la jeune femme s'époumonait au travers les champs de blés qui menaient à sa cité, sa patrie et sa famille: Spartes.
Elle chutait, tombait, tremblait, se relevait pour recommencer de plus belle, tenant les pans de sa robe salis par la terre entre ses ongles noircis.
La peur dans le ventre lui permis de ne pas s'arrêter avant d'avoir pu atteindre la première maison du camps, sans s'arrêter, le souffle court, la respiration heurtée, elle sprinta en direction de la maison royale, celle ou, il y a soixante ans, Léonidas demeurait encore avec ses parents.

La gamine de six ans poursuivit en sautant par-dessus les lances croisés des gardes et ne s'arrêta qu'une fois qu'elle eut repéré le souverain de cet époque qui la renvoyait immédiatement à l'extérieur du palais, en s'excusant d'être impuissant sur les évènements qui allaient se produire.
Alceste fut jetée à l'extérieur, tremblante de fièvre et de courage, elle s'arma de l'une des lances des deux gardes et s'époumona encore et encore au travers des champs de blés, ses petits pieds ensanglantés ne la portaient plus que par sa détermination et sa volonté.
Ce jour là, elle aurait pu tout laisser tomber et sans doute... ne jamais revenir dans cette cité.

Cependant des marchands errants, lui avaient volés son frère du même âge, qui sait s'il était encore envie? Elle l'avait tellement souhaité durant toute sa course...
Jusqu'au moment ou, plus loin vers le lac du sud de la cité, une fumée s'était propagée dans les airs. Elle ralentissait à la vue du spectacle, les larmes lui montant à la gorge tandis qu'elle s'affaissait sur la terre, ses jambes tremblantes sous l'effort qu'elle avait mené: Courageuse mais désespérée, elle sentait et savait quelque part, que son frère avait périt et sa mère qui était restée à la maison... se terrant dans un silence lourds et angoissée de perdre sa seule et unique fille à présent.
Spoiler:
 

Ses paupières lourdes vibrèrent, ses narines frémirent pendant qu'elle sentait une forme de chaleur envahir son corps, lui piquant à vif et la massant parfois selon l'endroit, le pire eut été sa côte droite pour laquelle elle sentit comme une brûlure nette, progressive. Cependant à moitié entre l'inconscience, le rêve et la réalité, rien ne se passa ormi un second frémissement léger de ses paupières. La juge se souvenait petit à petit des détails qui l'avaient amenés à être dans un état pareil: entre l'idée de son rêve et la déculottée des cyclopes il y quelques temps maintenant, elle avait réellement du mal à se remémorer des faits. Alors elle décida d'écouter avec plus d'attention les voix autours d'elle.

Elle entendit l'homme à proximité parler d'un cavalier, puis un autre plus proche, à ses cotés, sans aucun doute celui qui l'avait soigné, qu'il fallait le laisser entrer.

* Un ordre? Cet homme donne des ordres? sur quoi je suis tombée?*

Son être commençait à se manifester, mécontente de la tournure des évènements, elle fit taire sa colère draconique au fond de son âme avant de poursuivre la discutions avec d'autant plus d'intérêt.
Elle conclue à bon escient que l'homme qui avait donné des ordres était Talion, mais ne se rappela pas qu'il s'agissait d'une personne importante, peut être un général ou un lieutenant? L'autre le subordonné, devait échanger de rôle.
Malgré son état quelque peu léthargique, Alceste voulut programmer quelque peu un plan, mais ce fut sans compter la réaction et la provocation rapide du dit Talion qu'elle fut prise sur le fait et ne put aller plus loin dans sa réflexion.

Pour toute réponse, elle continuait pour quelques secondes à faire la morte, puis un fin sourire vint s'étirer sur son visage, étirant à peine ses lèvres d'une façon plutôt carnassier. Elle laissa expirer un soupire, ses yeux toujours clos et se laissa imaginer quelques instant ce "Talion".

" - J'en dis que tu devrais aller te faire foutre. "

Un garçon plutôt gras, boudiné, au regard vitreux... cheveux gris? Quelque chose qui inspire le commandement, ou bien alors le ventre rond, les pupilles dilatés par l'alcool, ou bien pour un soigneur... le contraire quelqu'un de relativement maigre, tremblant de sa maigreur et de l'erreur d'avoir prit une juge Spectre dans les filets de sa cavalcade.
Étirant légèrement plus son sourire, qui cette fois se voulait provocateur, elle ouvrit un seul oeil, par curiosité  de voir à quoi ressemblait son interlocuteur.

Fronçant les sourcils, elle soupirait, refermant ses yeux afin d'oublier l'image qu'elle s'était faite du Talion: la vision qu'elle venait d'avoir était beaucoup plus distrayante et excitante, elle n'en fit pas taire son sourire pour autant cependant et même, bien au contraire, elle se mordit la lèvre inférieur, ce chef lui plaisait beaucoup.

" - Hummm... laisses moi rectifier... Tes hommes et toi, allez vous faire foutre. "

Elle avait comme un goût pâteux en bouche, le choc qu'elle avait reçut lui avait légèrement fait perdre la mémoire. Se mettant peu à peu en position assise en prenant sa tête dans ses mains, elle revisitait les derniers moments qu'elle avait vécu, mais rien avant ce rêve ne lui vint en mémoire. sauf peut être Pausanias. Puis les choses se déroulaient comme dans un cauchemar, l'enfant capturé avec elle dans la cage des cyclopes, Oreste sauvant l'enfant et promettant de le protéger, s'en-suivit d'un tremblement de terre et de l'arrivée de cette horde...

" - Je vois... "

Elle glissa sa main le long de son visage, lançant un regard amusé vers le jeune homme.

" - Rien n'est plus charmant que l'accueil Scythe... vraiment ... très charmant. Contente de te connaître, Valkiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiire. "

Elle avait prononcé le prénom en insistant sur le "i" en sachant pertinemment qu'il n'était pas sien. Elle cala un petit rire et soupira avant de regarder la porte et de se demander dans combien de temps elle resterait captive.
Levant sa main en direction de Talion, elle lui traça un rond dans l'espace avec son poignet avant de le faire retomber avec lourdeur sur la paille et tourner enfin sa tête et son attention vers l'homme qu'elle toisa d'un regard mi-blasé mi-amusé.

" - Alceste. Que je sois reine, princesse, maître d'arme, champion ou citadine ne regarde que moi. Alors? Dans combien de temps je pourrais retrouver Spartes ? J'ai un roi et mon enfant à retrouver."

____________________________________________________________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talion
Surplis du Garuda, étoile céleste Supérieure et Grandiose
Surplis du Garuda, étoile céleste Supérieure et Grandiose
avatar


messages : 11
Date d'inscription : 14/05/2014

MessageSujet: Re: L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )   Mar 24 Juin - 22:07

La jeune femme rompit son silence avec la classe d'une princesse capturée, à savoir en insultant Talion et les siens. Pour toute réponse de la part de son interlocuteur, elle n'obtint qu'un léger sourire. Elle était belle, battante, vicieuse, et visiblement dotée d'un caractère à côté duquel le purin faisait office d'un doux nectar.... de quoi ravir le jeune foudre de guerre Scythe au plus haut point. Pour une fois qu'il rencontrait une étrangère, une Spartiate qui plus est. Enfin il se retrouvait nez à nez avec son ennemi juré, une digne représentante de la nation qu'il s'était juré de faire payer pour son crime envers les siens. Il ne s'en rendait pas compte mais l'excitation l'avait déjà gagné, et il dévisageait à présent Alceste avec une rare intensité. Dans ses iris si particulières, il était presque possible de distinguer des galaxies, celles-là même qui constituaient une partie de ses pouvoirs d'élu.

Tout en conservant une bonne distance de sécurité vis à vis de cette fougueuse trouvaille, il réfléchissait à ses options, car elle venait de soulever une bonne question : qu'allait-il faire d'elle ? En outre, en l'appelant par son faux nom, elle lui avait clairement montré que son petit jeu de rôle ne prendrait pas avec elle. Très bien... de toute façon Talion n'aimait pas vraiment se faire passer pour autre qu'il n'était. D'un ton parfaitement calme accompagné de son plus beau sourire, il finit par répondre :

"- Enchanté, vraiment. Je vois que tu as percé mon identité à jour, je me nomme Talion, et je commande ces hommes."

Puis, tout en laissant planer un silence religieux un instant, le Scythe prenait sa décision. Il était comme ça, capable de prendre des initiatives en toute circonstance, bonnes ou mauvaises, peu importait. Son cœur battait déjà la chamade rien qu'à l'idée d'une cavalcade en compagnie de cette étrange créature. De l'autre côté de la forêt qui les abritait se tenait la puissante et imposante Sparte. Talion avait reçu des ordres très strictes vis à vis de cette cité : il devait l'attaquer sans la moindre pitié. Mais quel chef de guerre pouvait se lancer dans une telle entreprise sans prendre la peine de connaître un minimum ce qui l'attendait. Et puis, cette femme avait quelque chose dans les yeux, comme une flamme qui n'était pas sans lui rappeler sa propre ardeur de foudre de guerre. Elle l'intriguait, et c'était sans parler de son histoire de roi et d'enfant.
Tout en prenant une profonde inspiration, Talion sourit de plus belle tout en saisissant la dague qui reposait sur la petite table en bois de son côté, avant de transpercer de son regard insistant la jeune femme qui n'attendait que son sort. Puis d'un revers vif du bras, il lui lança la dague, qui était dans son fourreau. Elle était encore quelque peu blessée, mais aurait amplement le réflexe de la reprendre au vol. Immédiatement, il reprit :


"- Tu es libre de repartir, Alceste, à la simple condition que je t'accompagne. Je veux connaître mon ennemi. Prends le temps qu'il faudra pour te préparer, tu trouveras des vêtements et quelques protections de cuir dans ces sacs. Je t'attendrai avec nos montures juste devant la tente. Ah et une dernière chose... ce n'est pas négociable."

Puis en un éclair le jeune chef de guerre disparut. Il savait qu'Alceste n'avait qu'une seule issue pour s'échapper, et qu'elle se trouvait au cœur d'un campement de guerre, sans aucune possibilité de tenter le diable avec les "impitoyables Scythes". Il ne lui fallut pas longtemps pour rassembler son fidèle destrier Garuda, ainsi qu'un deuxième dieu terrestre (c'était comme ça que les Scythes appelaient les chevaux), qui avait eu le malheur de perdre son cavalier lors d'une embuscade quelques jours plus tôt. Le cheval semblait perplexe à l'idée d'être monté par une ennemie, mais Talion n'eut aucun mal à le convaincre de se laisser faire, au moins le temps que cette femme fasse ses preuves.

Le cavalier Scythe prenait clairement un risque en armant et an accompagnant cette Alceste au cœur même de Sparte, car il était persuadé que ce serait sa destination. Mais contrairement aux autres hommes du métier, il ne ressentait ni ne connaissait aucune peur. Il avait pleine confiance en ses capacités et celles de sa monture, qui pestait déjà de la tournure des événements, mais qui, il le savait, n'avait pas son mot à dire dans la décision de son compagnon humain. La relation entre Garuda et Talion pouvait parfois sembler des plus étranges : chacun campant sur ses positions tel le plus têtu des ânes, mais les deux finissant fatalement par se suivre l'un l'autre au gré de leurs aventures. Après quelques minutes et les dernières directives passées à ses hommes, du genre "ne massacrez pas celle qui va sortir de cette tente, quelle que soit son attitude et ses insultes", Talion attendait qu'Alceste daigne se montrer, afin de s'engager avec elle vers l'inconnu. Le chef tenait absolument à découvrir par lui-même la cité de Sparte, ou bien à découvrir les Spartiates à travers cette représentante trouvée dans une cage au beau milieu d'un camp de cyclopes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )   Mar 1 Juil - 20:35

HRP: je relirai et recorrigerai demain x__x désolée]

Son regard amusé se changea instantanément en braise, courroucée la jeune femme ne manqua pas de froncer justement les sourcils en prenant son regard le plus sombre qu'il soit, ainsi donc elle était devant le chef des scythe. Ses dents se resserrèrent dans sa mâchoire tellement fort que ses muscles s'endolorissaient; Excédée, elle tourna même la tête, laissant le poignard se figer à ses cotés pendant qu'elle croisait ses bras sur sa poitrine en signe de mécontentement.

Enfin, il s'en alla non sans prononcer une certaine contradiction dans ses mots, ce qui fit sortir la jeune juge de ses gonds, Elle n'attendit pas qu'il disparaisse derrière le rideau pour lui renvoyer la dague avec toute la colère qui bouillonnait en elle, l'arme blanche traversa les rideaux de soie avec une telle rapidité que les draps n'émirent qu'un fin bruissement: c'est à peine s'ils avaient bougés.

" - Ta liberté tu te la fous ou je pense, Talion ! "

Recroisant les bras sur sa poitrine, elle soupira tout en observant la tente et les détails qui l'entourait avec plus d'intérêts, il n'y avait hélas pas d'armes ni de lance à vue, il y avait bel et bien des vêtements de cuirs proche d'elle, mais têtue, elle resta sur sa position un long moment pour lesquels elle réfléchissait tout en écumant sa rage et sa colère entre les plis d'une vengeance douce-amer.

Si elle emmenait Talion à Spartes, il verrait sans doute que la ville était en proie à la folie et aux politiciens; A la peur et à la solitude: Sans son roi et son prince la ville était perdue et ... corrompue par l'assemblée sans parler d'Acamas.
De plus, si Oreste était resté à Spartes, que penserait un Scythes en voyant une éventuelle collaboration entre Athène et sa ville, soit les deux plus grande cités en conflits à l'heure actuel ?
Ce n'était clairement pas le moment de faire une visite guidée à ce petit chef, d'autant plus que ces ancêtres ont un litiges avec Léonidas, le maître d'Alceste, elle le savait et elle était là, il y a presque soixante-dix ans.

La balle était dans son camps et c'est en tant que champion de Spartes qu'elle devait négocier et non pas en tant que juge, sinon ça aurait été trop facile. Tout d'un coup, ses yeux s'illuminaient d'une lueur de lucidité, elle venait de trouver quelque chose: il était possible de prendre l'une des ramures de la tente, un bois fin et solide et d'y atteler un poignard ou un silex au bout pour créer une lance, comme lors de son Agogée, entraînement Spartiate ou elle avait du survivre à la vie sauvage et animal durant une semaine à l'extérieur de la ville.

Elle se para d'un sourire qui se voulait moqueur plus pour elle même que pour les Scythes et se rappela que dans ce genre de camps, encore en territoire de Spartes... tuer n'était pas permis.
Elle soupira et pensa très fortement à maudire Léonidas en lui collant pas moins de cent ans oppressés zombifiés dont il devra s'occuper dans le froid mordant du Cocyre.
Après quelques minutes à attendre et réfléchir posément, elle se tempéra, troquant sa colère subliminale contre son impassibilité après tout, elle avait une carte en main de plus que ses adversaires: Elle les connaissait et était déjà morte.

Elle se leva, s'habilla de cuir, se para d'un bijou sur la pointe de son oreille, et, profitant qu'il n'y ait personne dans la tente, elle se laissa à une légère méditation.
Elle posa ses mains à plat dans l'espace devant elle et laissa en douceur une once de son cosmos circuler entre ses bras et ses avant-bras. Une sensation bienfaisante et relaxante, rassurante et ténébreuse envahissait ses pensées pendant qu'elle éteignait son énergie cosmique.
Certes cela avait prit à peine deux secondes et elle n'avait utilisé que très peu de flux énergétique, mais cela aurait pu suffire à faire bouder Bucéphale pendant au moins un mois.

Requinqué, elle retourna sa tête vers l'entrée de la tente et sortit sans plus faire attendre cette petite tribu. La tête haute et le regard flambant, toujorus sur ses gardes, les poings crispés, prête à se battre en cas de nécessité, elle rejoignit pas à pas Talion et les deux destriers.
Elle lança un regard froid vers le cavalier-roi, puis observa avec plus d'attention son animal qui lui paraissait quelques peu... intriguant.
Il avait des yeux de sang aussi perçant que ceux d'Oreste si ce n'est qu'ils étaient dotés d'une lueur farouche et puissante, quelque chose de malsain se dégageait de cet oeil, ce qui fit siffler Alceste entre ses dents.

Elle se rappela au bon moment que les chevaux étaient vénérés ici et qu'elle n'était pas dans son territoire, aussi elle opta avec simplicité pour jeter un regard noir à la monture, tout en lui faisant refléter son cosmos d'un vert intense; un feu infernale, impitoyable et mortel dans le reflet de ses iris. Promesse de vengeance, de mort, de souffrance... et une certaine délectation qu'elle voilà d'un fin sourire qui traversa doucement ses lèvres.
Sans plus de théâtralité, son regard n'ayant été que trop rapide pour avoir été vu par les hommes alentours, mais peut être aperçut par Talion, elle prit son propre destrier par la bride et le força à ployer la jambe pour la soulever et la poser sur son dos.

" - N'envisages même pas le retour. S'il n'y a plus de roi ni de prince, le conseil te jettera simplement dans la fosse. Dailleur, vas falloir que tu me montres le chemin, parce que je sais pas du tout où nous sommes."

Elle s'installa sur le dos de l'animal sellé et repensa à son propre destrier qui devait être là-bas, quelque part en train de brouter l'herbe grasse des steps Spartiate... A moins qu'Oreste ne l'ait emmené, ce qui expliquerait sa non-venue ici, chez les Scythes. Quoi qu'il en était, la fureur et la colère l'Alceste montait en flèche de secondes en secondes; et sa monture, déjà bien assez nerveuse avait du mal à se contenir: Su son dos tendu, il pouvait ressentir un danger flagrant, la présence de la mort certaine et d'un potentiel prédateur.

____________________________________________________________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talion
Surplis du Garuda, étoile céleste Supérieure et Grandiose
Surplis du Garuda, étoile céleste Supérieure et Grandiose
avatar


messages : 11
Date d'inscription : 14/05/2014

MessageSujet: Re: L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )   Lun 7 Juil - 23:50

Non loin de Sparte, quelques années plus tôt...

La bataille faisait rage comme jamais, tandis qu'aux premières lueurs de l'aube le fer se croisait, le sang coulait, les chevaux hennissaient, et les hommes sombraient dans les ténèbres de la mort. Jamais cette dernière ne s'était montrée si belle, entourée de martialité et de puissance. Les Spartiates avaient attendu la toute fin de la nuit pour attaquer les Scythes.... qui s'attendaient à cette manœuvre. Après une longue observation étendue sur deux bonnes lunes, les deux camps avaient décidé d'en découdre. De chaque côté, une petite centaine d'hommes armés jusqu'aux dents, rapidement réduits à une cinquantaine à l'issue des premières minutes de l'affrontement. Le puissant Léonidas semblait décidé à en finir avec cette ultime menace des cavaliers noirs. Cette milice vengeresse avait été formée et entrainée dans la haine d'un litige vieux comme deux générations, des cavaliers dont le seul objectif était de tuer le champion de Sparte. Mais la tâche n'était pas si simple. A la tête de ce groupe Scythe, un jeune homme dont le nom était méconnu de Sparte, et même le visage, qu'il se cachait derrière un casque intégral Scythe. Talion était jeune et inexpérimenté, et pourtant une flamme vigoureuse parcourait son cœur et ses sens. Il était éveillé au cosmos, une énergie si puissante qu'elle permettait à un simple mortel de rivaliser avec les plus puissantes créatures du mythe.

Contre toute attente, la bataille tournait en défaveur des Spartiates, dont la fougue et la maîtrise n'étaient pas suffisantes pour stopper la charge des cavaliers Scythes qui, accompagnés de leurs montures de guerre, avaient un ascendant certain sur leurs ennemis jurés. A tour de bras, sur son puissant destrier Aelios, Talion parvenait sans mal à terrasser les quelques Spartiates qui avaient le malheur de se trouver entre lui et la gloire. A ses côtés, son frère d'arme Valkyr, ainsi que ses plus puissants compagnons, l'accompagnait dans une véritable danse de la guerre : entre charges, duels, esquives, et coups de grâce; chaque mouvement était millimétré, à la pointe de l'épée.
En ce jour naissant, la victoire aurait pu être acquise pour les cavaliers... c'était sans compter sur les dons monstrueux du dieu des enfers. Tout à coup, une puissante explosion d'énergie bouscula l'ensemble des Scythes plongés dans la bataille. Immédiatement les guerriers se tournèrent vers son origine, pour y trouver un cratère au cœur d'une brume des plus néfastes, une odeur tenace de mort dans les narines.

Au milieu des cadavres se tenait cet homme, ou plutôt ce monstre. Il portait une armure d'un style unique, elle n'était de toute évidence pas forgée par l'homme, tout comme son aura, qui allait jusqu'à faire frémir les plus implacables des Scythes. Il était là, un glaive à la main, un vent mauvais dans la cape couleur sang qui habillait son armure aux éclats de mort, et le visage couvert du sang de ses ennemis. Un sourire des plus mauvais suintait littéralement de ses traits de prédateur : c'était Léonidas ! Le temps semblait s'être arrêté devant cette scène macabre. Valkyr et les autres hésitaient à ne serait-ce que haranguer la bête sanguinaire qui leur faisait face. Ils connaissaient la réputation de l'animal, qui abritait un véritable monstre en lui, qui était habité d'une énergie le rendant l'égal des dieux, et qui ne craignait la mort, étant l'un de ses serviteurs. Tout ceci n'était qu'un amas de rumeurs sur Léonidas, mais associé à l'image que renvoyait le guerrier entouré de son aura meurtrière et de son lot de cadavres Scythes, c'était suffisant pour faire rebrousser chemin au plus déterminé des cavaliers.

Il y avait cependant un Scythe qui ne l'entendait pas de cette oreille. Guidé par sa fougue et animé par son désir de vengeance, le jeune Talion chargea avec Aelios, lance en avant. L'espace d'un instant et tandis qu'il touchait presque au but, il crut apercevoir la silhouette d'un mastodonte autour de Léonidas, dont le sourire s'était renforcé à la vue de cette folie guerrière : le légendaire Béhémoth se dressait face à lui. Le choc de la contre-attaque cosmique manqua de tuer Talion sur le coup, qui se retrouva au sol en un éclair. Lorsqu'il se releva à moitié, les côtes et les jambes brisées, ce ne fut que pour assister impuissant au massacre de tous ses hommes et de tous les chevaux qui les accompagnaient. A ses pieds, Aelios avait succombé à Léonidas. Absolument rien ne pouvait rivaliser avec ses étranges pouvoirs surhumains. La victoire s'évanouit en même temps que Talion, juste après s'être rendu compte que la douleur extrême qui l'avait saisi à la poitrine provenait de l'épée que Léonidas venait de lui planter.... c'était la fin de l'ost des cavaliers Scythes.

Retour au présent...

Lorsqu'Alceste sortit enfin de la tente pour venir monter son cheval de circonstance, Talion lui échangea un joli sourire tout en répondant à ses menaces :

"- Ta gratitude me va droit au cœur, mais là où je vais je n'envisage aucun retour, Alceste. Je ne connais ni la peur ni la mort. Je ne te demande que de me conduire là-bas, une fois ceci-fait tu n'auras guère à te préoccuper de mon sort. Ta façon de porter les habits de guerre et de monter ce cheval trahissent ta nature de guerrière, ainsi tu n'auras aucun mal à me suivre jusqu'à ta cité, nous ne sommes pas loin."

C'est alors que le chef de guerre Scythe partit au galop en direction de sa destinée. Lorsqu'ils quittèrent le camp et s'éloignèrent suffisamment de ce dernier, tous les guerriers Scythes, leurs montures, ainsi que les baraquements de fortune disparurent dans une brume surnaturelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfant des étoiles [Oreste] autres, prévenir par MP. (suite )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Kaldorel, enfant des étoiles
» Cendres, étoiles, et autres brûlures lunaires. TERMINE
» Escorte Portuaire [Henriques, Yavin, Marina et d'autres à venir...]
» Des cas miraculeux du séisme; Montana et autres
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: Sparte-