AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 La mort sur la conscience [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: La mort sur la conscience [libre]   Jeu 25 Avr - 20:14

>> http://estreetest.forumactif.org/t29-l-aventure-commence-mais-avant-tout-une-biere#93 <<
Spoiler:
 

    La sueur perlait sur le corps de la spartiate, collant la poussière, la terre et les mouches à sa peau mielleuse, seule sa tête enfermée dans son heaume à crête ne semblait pas souffrir des heures de galopades à bon train. Peut être cela faisait-il deux heures qu'ils galopaient sans arrêts, traversant champs et cours d'eaux sans se poser la question de s'ils étaient fatigués ou non; Seule la nuit aurait pu les arrêter, ou peut être cette bande de nomades au loin qui se faisaient attaquer par des pilleurs. Ralentissant le galop jusqu'à arriver en bas de la colline ou l'on pouvait entendre les cris se manifester, Alceste s'arrêta complètement, se montrant de flan, exposant son bouclier aux étrangers au cas ou ils en viendraient aux arcs et aux flèches.

    " - pfouu... ça commence bien pour une escapade avec un Athénien! ça ira? tu tiendras le coups si la pucelle là bas se fait violer sous tes yeux? Non?"

    Question stupide évidemment qu'elle n'allait pas les laisser faire. Armant son sourire le plus sadique en maintenant bien en main son destrier qui ne cessait de piaffer, trop énervé et excité pour rester sur place inactif, Alceste brandissait sa lance et montra depuis la pointe de l'arme les hommes à pieds puis deux cavaliers arrivant vers eux dans un galop agressif et trop bruyant.

    " - Je te laisse les pédestres, je m'occupe de ça essayes de pas crever, j'ai pas assez de pièces pour tes beaux yeux Manas! YEAAAAAAAAAAAAAAAAAA !"

    Comme s'il avait attendu cela depuis plusieurs heures, l'animal dans un coup de rein puissant se lança à la joute des deux cavaliers, ses sabots et sa puissance firent vibrer le sol terreux. Arme au poing, Alceste visa le premier cavalier avec sa Lance, un sourire sadique mêlé à une certaine excitation s'étirait tandis qu'elle lança son arme de pointe sur le cavalier le plus loin des deux... La puissance la force et la rapidité du tir fut mortel pour le cavalier, le javelot transperça la nuque, sectionna la colonne vertébrale et fit tomber la tête le long du buste de l'homme qui se vit continuer la route ... un cavalier sans tête. Le second ne tarderait pas à subir à peu de chose prêt le même sort s'il ne fuyait pas.

    Dalleurs c'est ce qu'il fit, il plia son animal sous ses jambes avant de le refaire partir d'un coup sec du coté ou il était venu. Toujours dans sa course folle Alceste Arrêta son destrier essoufflé, se penchant pour reprendre son javelot sanglant au sol, puis revinait tranquillement vers Manas aux prises avec les humains. Par simple curiosité, elle s'arrêta à quelques mètres du Perse histoire de le regarder bosser... un sourire plus humains et moqueur aux bout des lèvres elle n'osa rien ajouter pour le début de cette bataille.

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Alceste le Jeu 25 Avr - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Jeu 25 Avr - 22:54

Les paupières du jeune homme brun s'abaissèrent, tandis que le reste de son corps de figea. Immobile, se tenant au milieu de la route pavée menant vers Athènes, il s'efforça de faire le vide en lui. De faire abstraction sur soleil de plomb qui avait choisi d'affliger de sa chaleur torride les habitants de la cité grecque, de faire abstraction de cette légère brise jouant avec ses mèches brunes, de faire abstraction des autres Athéniens empruntant la même route que lui, l'évitant en lui jetant des regards consternés devant la gêne qu'il constituait pour le passage. Ses sens s'affûtèrent, peu à peu, et il put ressentir clairement cette perturbation infime qui l'avait effleuré quelques instants auparavant, et retenu son attention. Le Sud-Ouest. La perception ne demeura qu'un instant, un instant bien éphémère, qui lui permit néanmoins de saisir un indice, une piste.

Ses yeux se rouvrirent lentement, son regard céruléen se posant à nouveau sur la route pavée semblant s'étendre à l'infini devant lui. Il prit une grande inspiration, tourna légèrement la tête en direction du Sud-Ouest... et se sentit brutalement interrompu dans ses activités cérébrales lorsqu'il reçut un choc brutal dans le dos, quelque chose l'ayant percuté et poussé en avant. Son équilibre rompu, le Chevalier du Sagittaire ne put que plonger vers le sol et effectuer une roulade avant en grommelant un juron fleuri, avant de se redresser et se retourner vers la cause de sa chute. Qui s'avérait être un cavalier, monté sur un cheval dont la robe grise était pommelée de tâches blanches.

« Hey ! Mais ça va pas, oui ?! protesta Kyros. »

Le cavalier lui jeta un regard où se mêlait mépris et indifférence. D'après son accoutrement, le jeune Saint put aisément deviner la fonction de coursier de l'homme aux prunelles noisette. Un type pressé, devina-t-il. Qui lui accorda néanmoins quelques instants de son temps précieux pour lui adresser un reproche.

« Fallait pas être au milieu de la route à bailler aux corneilles. »

Et, sans laisser le temps au jeune Saint de protester, le cavalier flanqua un coup de talon dans le flanc de sa monture, débarrassant ainsi le plancher – ou plutôt, le pavé – au triple galop, abandonnant derrière lui un Kyros désabusé, qui jeta un regard quelque peu désespéré aux flèches qu'il avait semées derrière lui au cours de sa chute. Avec un soupir, il entreprit de les ramasser rapidement avant de les glisser dans le carquois accroché à sa ceinture, songeant à inventer une méthode pour ne pas semer des flèches à chaque fois qu'il était obligé de s'affliger de la présence d'armes normales, qui attiraient beaucoup moins l'attention que l'arc doré de l'Armure qu'il n'avait, cette fois-ci, pas revêtue. Car l'Armure du Sagittaire était effectivement restée au Sanctuaire, au sein de sa Maison zodiacale, pendant que Kyros effectuait une petite virée incognito chez le commun des mortels. Une fois ses flèches ramassées et rangées dans son carquois, le jeune homme réajusta machinalement son chiton et son arc, avant de river son regard céruléen vers le Sud-Ouest.

L'instant suivant, il avait quitté la route pavée, ses jambes le portant en direction de ce qui avait frôlé ses sens et attisé sa curiosité. Sa course dura une vingtaine de minutes, pendant lesquelles il laissa son esprit vagabonder, comme il en avait l'habitude. Certain de ses semblables le qualifiaient d'ailleurs de tête en l'air, et à raison peut-être... Après tout, il avait quand même eu l'idée de s'arrêter au beau milieu d'une route fréquenter pour affûter ses sens au lieu de s'écarter sur le côté, ce qui rendait les reproches du coursier qui l'avait percuté plutôt justifiables. Cependant, le Chevalier du Sagittaire sut cette fois-ci, au terme de sa course, revenir sur Terre au moment approprié, s'épargnant au passage une collision qui aurait pu être douloureuse avec un arbuste – que fichait un arbuste ici, d'abord ?

Mais à vrai dire, il n'était pas difficile de revenir à la réalité lorsque lui parvenaient un cri de guerre accompagné du fracas des armes, typiques des confrontations armées. Et au pied de la colline qu'il venait de gravir, Kyros trouva, sans surprises, plusieurs individus engagés dans une lutte armée. Son regard céruléen se posa tout d'abord sur les civils, qui semblaient être des nomades, puis sur ceux qui étaient apparemment leurs agresseurs, dont l'armement laissait deviner leur nature de bandits. Jusque-là, la scène n'était pas si incongrue que cela si on ne rajoutait pas une furie montée à cheval venant de décapiter un homme à l'aide d'un tir de javelot bien placé, ainsi qu'un jeune homme qui semblait être l'allié de la jeune femme, qui avait mis le pied à terre afin de faire face aux bandits dépourvus de monture.

Kyros poussa un soupir en songeant à l'habituelle rengaine : Athéna, au secours de la veuve et de l'orphelin – et de tous les autres, accessoirement. Il fit passer par-dessus ses épaules l'arc normal qu'il portait en bandoulière, et ses doigts se refermèrent machinalement sur l'une des flèches reposant dans son carquois accroché à sa ceinture. L'arc bandé à la vitesse de l'éclair, il ne prit qu'un infime moment pour viser l'un des fantassins faisant face au jeune homme au pied de la colline, et ses doigts s'ouvrirent, délivrant leur trait de mort qui alla se ficher entre les deux yeux du bandit qui avait commis le tort de ne pas avoir de casque. De nouveau, dans une mécanique huilée à la perfection, les doigts de Kyros se refermèrent sur une flèche, la portant à son arc, qu'il banda de nouveau.

Ses doigts s'ouvrirent une nouvelle fois, l'oeil et la flèche du Chevalier ayant cette fois-ci visé l'un des hommes qui s'était tourné vers le sommet de la petite colline sur laquelle il se trouvait – une cinquantaine de mètres, c'était à peu près tout ce qui les séparait – après avoir compris qu'ils étaient devenus la cible d'un archer, allié inopiné de la cavalière en furie et du jeune homme l'accompagnant. Une troisième fois, les doigts du Chevalier se refermèrent sur l'extrémité de l'une de ses flèches, qu'il encocha derechef. Mais il s'abstint de faire de nouveau feu, préférant balayer la zone de son regard céruléen afin d'analyser une nouvelle fois la situation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Ven 26 Avr - 17:32


    La route se passait bien, cela faisait même deux heures qu’ils avaient pris la route, et même si cela ne l’embêtait pas plus que cela, il avait vraiment hâte d’arriver. Et l’action arriva enfin, il remarqua à l’horizon des nomades surement qui s’approchaient à vive allure. Manas acquiesça de la tête lorsqu’elle lui demanda si ca allait. Le Dragon sentait bien qu’il devrait combattre encore. Encore. C’était vraiment la folie, ceci dit les temps actuels n’épargnaient pas ce genre d’événements. Il y avait des hommes à pieds, et quelques cavaliers. Evidemment la jeune femme désirait s’occuper des cavaliers. Ainsi le Perse devait s’occuper des quelques soldats à pieds.

    -« Tu trouveras bien des pièces dans ma sacoche si je ne m’en sors pas… »

    Répondit-il en accompagnant ses mots avec un sourire malicieux en accrochant son cheval à un arbre qui ornait la route. Le jeune chevalier de Bronze était surpris par cette femme, elle visait parfaitement avec son javelot. L’un des cavaliers ne pouvait d’ailleurs plus l’affirmer. Lui n’avait pas encore commencé, il dégaina son glaive. Seulement alors qu’il courait en direction des guerriers à pieds, l’un deux fût abattu par une flèche.
    Eh bien, se disait Manas, là encore il s’agissait de quelqu’un avec une capacité de visée extraordinaire, entre les yeux en plus. Cependant le chevalier n’avait pas le temps de réfléchir qu’il dut réagir à l’attaque d’un homme, il bloqua son épée avec son glaive. Le garçon se retrouvait dans l’obligation de forcé, tant celui qui était en train de l’attaquer était beaucoup plus grand et musclé que lui.
    D’ailleurs le pauvre Dragon commençait à plié son genou, et à avoir un visage crispé. Il est coriace celui-là pensa Manas, en se dégageant à l’aide d’une manœuvre risqué, et en esquivant le coup d’épée.

    -« Je n’ai pas le temps de m’amuser, je suis navrée… Mais tu vois, je suis en charmante compa… »

    Un autre coup d’épée rapide qu’il esquiva une nouvelle fois de très peu. Rapidement, le jeune garçon d’un mouvement très habile se baissa et d’un coup de pied à ras le sol frappa les chevilles de son adversaire qui vacilla. Il en profita pour continuer avec un autre coup de pied en plein ventre afin de le faire tomber, et là, d’un saut vif et agile, il bondit sur l’homme pour lui infliger un terrible coup de glaive dans l’épaule. Car il ne voulait pas le tuer… Son regard devant lui il remarqua qu’un autre Nomade s’était reçu une flèche. Même s’il ne savait pas qui pouvait tirer ses flèches, au moins cela l’aidait. Mais il en restait encore, et pour ne plus perdre de temps, il décida d’user sa puissance cosmique pour se débarrasser des derniers Nomades.
    Par la colère du Dragon ! Son aura verdoyante pris la forme d’un Dragon qui écarta avec violence les soldats qui se dirigeait vers la personne qui tirait les flèches d’assez loin. Mais alors qu’il prit place sur l’herbe juste à coté du cheval sur lequel était Alceste. Il porta ses deux mains à la bouche en se disant qu’il avait peut-être fait une erreur en utilisant une technique de chevalier, une des techniques appartenant au chevalier du Dragon. Elle va sans doute comprendre s’exclama-t-il intérieurement en regardant les flèches plantées sur les deux Nomades.
    Ôtant les mains de sa bouche il prit la parole.

    -« Je me demande qui est la personne qui a pu tirer d’aussi loin. Et surtout visé aussi bien. Cette personne doit être extrêmement forte. En tout cas, tu es vraiment douée, je ne pensais pas que tu serais capable de vaincre aussi facilement. »

    Croisant ses bras, le jeune garçon observait les alentours, et se disait qu’il était bien en train de ressentir une personne pas très loin, certainement celle du tireur. Rangeant son glaive, il termina.

    -« On forme une bonne équipe n’est-ce pas ? »

    Le ton avait le gout d’une douce moquerie, mais à vrai dire, il trouvait cette jeune femme vraiment charmante lorsqu’elle était contrariée ou agacée.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Sam 27 Avr - 12:42

    Ziouf-Spoc! L'acier trancha l'air d'une traite avant de se planter adroitement entre les yeux du brigand malfaisant, une flèche légère émanant d'une main criminelle et experte. S'arrêtant à proximité du jeune Perse, Alceste frissonnait à la vue des dégâts crées par cette simple lancée démoniaque qui fit légèrement sourire la spectre: Soit c'était du génie, soit de la chance! Peut être avait-elle trouvé un adversaire honorable à sa taille? Sa quiétude fut soulagée à la vue d'une autre flèche meurtrière qui passa outre le crâne du second brigand avec une précision chirurgicale: le doute d'une chance de cocu s'évadait de son esprit à ce moment. Cependant loin d'être rassurée malgré son enthousiasme d'avoir peut être trouvé un rivale à sa taille, l'étoile céleste empoignait fermement la poignée de cuir de son large bouclier d'acier posé sur le coté droit de la selle, juste au cas ou...

    Si cela se trouvait l'homme aux flèches assassines aimait le challenge et était doté d'une âme aussi noire que la sienne! Peut être ne s'arrêterait-il pas à seulement des brigands en voyant la largeur de ce bouclier et sa fresque d'origine Spartiate! Riant intérieurement à cela, Alceste Observait les plumes des flèches et commençait à chercher l'origine de leur provenance en chatouillant de son regard félin la colline d'où auraient pu provenir ces flèches salvatrices tandis que Manas commençait à se battre avec une dextérité digne des années de ces entraînements. Étonnant pour un garçon de son âge, peut être que la spartiate s'était trompée à son sujet, à cette pensé, elle soupira en continuant de chercher la source de ces flèches du haut de son destrier, enfin! Elle put apercevoir une silhouette à quelques mètres d'eux, entre le chemin et les arbustes, mais au moment ou elle commençait à dévisager le jeune homme placé à quelques mètres...

    C'était comme si une tempête s'était déclenchée, l'herbe et l'air autours de Manas se pliaient sous son énergie, la forme du dragon qui s'élevaient au dessus de lui créait de légers tourbillons, menaçant et irrégulier. Prit sur le fait la spectre plissa ses yeux en les protégeant à l'aide de son avant bras replié devant son visage tandis que, saisit d'une frayeur diable, son destrier se cabra dans un hennissement suraiguë, reculant comme tétanisé; il voulait fuir cette scène trop dangereuse pour lui. Alceste tira sèchement sur les reines, faisant grimacer son canasson sous la force de sa poigne de fer, revenant à la raison, l'animal arrêta son cirque continuant cependant à trembler sous son amas d'armure de cuir et d'acier. Reportant son attention au jeune Perse en serrant sa mâchoire, irritée et énervée par cette erreur qui aurait pu lui coûter son animal de voyage. Alceste Descendit promptement de selle, javelot d'ébène en main, arrachant les reines de la bouche du cheval avec rapidité et froideur en avançant vers le dit Manas, oubliant de ce fait l'archer au loin pendant quelques secondes.

    Profitant qu'il rangeait son glaive dans son fourreau, elle le prit rapidement par le col de sa tunique blanche, le soulevant de quelques centimètres du sol: il faut dire qu'une crevette pareil est plutôt aisé à soulever! Le fixant de ces yeux d'émeraude ou se mêlaient la colère et la soif de sang, elle ajouta d'une traite:

    " - Tes manières commencent sérieusement à m'agacer jeune homme! La prochaine fois que tu utilises ne serait-ce que le bout de ce cosmos devant mes yeux ou ceux d'innocents comme s'en est le cas derrière, mon bras ne répondra plus de mon indulgence! "

    Si elle n'était pas consciente qu'un jeune homme peut être en dehors de ces histoires d'énergies cosmiques, en plus de la famille à quelques pas d'eux, se resserrant les uns contre les autres comme des bêtes terrifiés les observaient, elle lui aurait elle même fait une démonstration réussie de ce qu'était un véritable cosmos effrayant, provenant des profondeurs abyssales des enfers. Continuant de le fixer impitoyablement sous l'ombre de son heaume, comme s'il n'était qu'une proie entre ses griffes, elle attendait qu'il réagisse à bien ou à mal à son attaque afin de le corriger immédiatement sur place...


[HRP: T'as le droit de faire ce que tu veux à Alceste, Kyros! xD ]

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Sam 27 Avr - 18:08

Les bandits s'étaient détournés en partie du jeune homme armé d'un glaive et se dirigeaient en direction de l'archer, qui pouvait à sa guise jouer à l'ange de mort en demeurant à l'écart. Une menace qu'ils ne pouvaient ignorer, en dépit de la distance qui séparait Kyros du lieu de confrontation. Cinquante mètres, qui auraient été avalés en rien de temps par un combattant doté d'un destrier, mais ceux-là s'étaient d'ores et déjà fait décimer par la jeune femme et son javelot d'une redoutable précision. Un homme normal pouvait mettre en six à dix secondes pour parcourir cette distance en courant, aussi le Chevalier du Sagittaire avait encore le temps de décocher quelques uns de ses traits meurtriers pour interrompre les bandits dans leur progression. Ses doigts crochetèrent de nouveau la corde, à laquelle était d'ores et déjà encochée une flèche, mais il se ravisa lorsque tous ses sens l'alertèrent de l'utilisation soudaine d'une cosmo-énergie. Il darda son regard céruléen sur le jeune homme aux longs cheveux sombres combattant les bandits à l'aide d'un glaive, et lâcha un juron fleuri, tandis que se cabrait de frayeur le destrier de son alliée montée.

Le Chevalier du Sagittaire ôta la flèche de son arc et dévala à toute vitesse la pente de la colline sur laquelle il se trouvait, en direction des nomades qui s'étaient regroupés, jetant des regards effrayés à la scène se déroulant devant eux. Non seulement ils venaient d'être la proie d'une attaque de malfrats, mais ils ne savaient également s'ils pouvaient qualifier leur sauveur d'être réellement humain... Dans sa course effrénée, Kyros jeta un regard au jeune homme brun, dont le corps était baigné d'une lueur verdoyante de cosmos, qui ne tarda pas à se déchaîner, prenant la forme d'un dragon balayant impitoyablement tous les ennemis qui se dirigeaient vers l'archer. D'ailleurs, surpris par cette tournure d'événements, ce dernier en avait totalement oublié la présence des malfrats, qui avaient marqué un instant d'hésitation en le voyant dévaler à fond les manettes la pente, sans un brin de considération pour eux. Hésitation ou pas, ils finirent néanmoins par encaisser violemment la fureur d'un dragon verdoyant, balayant ainsi toutes leurs questions vis-à-vis des priorités étranges de l'archer.

Ce dernier n'arrêta pas sa course lorsque les choses se calmèrent enfin et que le dragon eut fini de déchaîner sa colère. Ses jambes le portant toujours à toute allure vers les pauvres hères témoins d'un spectacle surréaliste, il songeait à la manière appropriée pour un Chevalier d'Or à réagir à ce genre de situation, quand bien même on ne l'avait jamais qualifié comme étant l'un des plus responsables des Saints d'Athéna. Il ne connaissait pas la technique que venait d'employer le jeune homme, car il n'avait jamais côtoyé de Chevalier du Dragon au cours de son existence. Devenu Chevalier uniquement après la guerre désastreuse de l'Olympe, il ne savait pas grand chose des techniques employées par ses congénères. Cependant, cette manière de voler au secours de la veuve et de l'orphelin ressemblait fortement à celle des fidèles d'Athéna prônant amour, paix, arc-en-ciels et petits oiseaux chantants. Et l'inconscience du jeunot ressemblait également à celle des jeunes Chevaliers un peu trop enthousiastes venant de recevoir leur Armure. Ce qui, soit dit en passant, ne ravissait pas forcément le Chevalier du Sagittaire, qui arrêta sa course une fois arrivé auprès des civils agressés, à une quinzaine de mètres de la cavalière et du jeune homme...

… qui semblaient d'ailleurs être en pleine scène de ménage, ou un truc y ressemblant. Poussant un soupir de dépit, le Chevalier d'Or du Sagittaire se détourna un instant de la scène, pour poser son regard céruléen sur les pauvres victimes de l'attaque, lesquelles auraient sans doute voulu se trouver à des lieues de tous ces gens tarés les empêchant de vivre une vie à peu près tranquille. Avisant une pomme qui traînait sur le sol parmi les provisions dévastées de la famille jonchant l'herbe, Kyros se baissa pour la ramasser, avant de jeter une pièce à l'une des victimes de l'attaque.

« J'vous l'achète, fit-il avec une certaine nonchalance. D'ailleurs, je vous conseillerais de mettre un peu d'ordre dans vos affaires, et de partir vers d'autres horizons, loin de gens un peu tarés comme nous. »

Kyros ne sut comment réagirent les victimes de l'attaque, ayant immédiatement reporté son attention sur le duo improbable et leur scène de ménage. La jeune femme, animée d'une fougue remarquable, avait empoigné le col de la tunique de son allié et l'avait décollé du sol, prête à en démordre. L'archer avait entendu quelques mots sortant de la bouche de la jeune femme comme 'cosmos', 'agacer', 'indulgence', mais n'avait put comprendre la totalité de ses propos. Bien que, au final, les gestes de la guerrière suffisaient amplement à deviner ses intentions. Sans plus de cérémonies, Kyros jeta la pomme qu'il avait ramassée, qui décrivit une courbe dans les airs avant de heurter le crâne du jeune homme soulevé par la guerrière. Pas de quoi assommer le jeunot, mais suffisant pour attirer l'attention des deux péquenots.

« Hey ! fit l'archer en s'avançant vers eux, en leur adressant un vague salut de la main, un sourire éclairant son visage. »

En cet instant, il aurait souhaité posséder un pouvoir de téléportation afin de pouvoir se trouver directement à portée de main du jeunot imprudent, mais il allait devoir se contenter de son projectile inoffensif, qui, il l'espérait, aurait peut-être mis un peu de plomb dans la cervelle de l'irresponsable.

« Ma Dame, poursuivit-il d'un ton léger, si vous voulez lui remettre le cerveau en place, je ne vous en empêcherais pas, mais j'aimerais juste le récupérer en un seul morceau à la fin. »

Ca lui apprendrait, non mais. A faire des choses inconsidérées. Il doutait que la Spartiate juge suffisante la pomme que venait de recevoir sur le crâne le jeune homme irresponsable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Dim 28 Avr - 15:02

    Manas s’était donc assis, en tailleur sur l’herbe, il décroisa ses bras pour compter ses pièces, et organiser les affaires dans son sac, d’ailleurs, il s’était habilement emparé des quelques pièces qui se trouvaient dans les affaires des nomades, ainsi que d’une petite gourde d’eau. Au moins, il avait récupéré un petit gain, même si ce n’était rien d’extraordinaire. Il se disait que ce voyage avait eu du bon. Un petit combat, un gain, et une femme plutôt étrange, folle, mais terriblement intéressante de par son caractère. Elle était amusante, et rigolote.

    Ruminant quelques paroles en comptant, le jeune chevalier de Bronze, attrapa le papier dans son sac, la lettre de sa famille qui lui racontait que tout allait bien, et qu’ils espéraient que pour lui aussi. Manas murmura qu’il allait leur répondre depuis Athènes, en espérant que la lettre parvienne jusqu’à son village en Perse. Puis il était également intrigué par ce tireur à l’arc. Certainement que Alceste pouvait l’apercevoir, mais il n’avait pas vraiment l’envie de la déranger vu son humeur, même si cela le démangeait. De toute façon, le Dragon n’avait guère eu besoin de parler, car très vite la jeune femme descendit de son cheval. Sans y prêter une réelle attention, Manas accrocha sa sacoche à sa ceinture.

    -« Heeey » S’exclama-t-il en se faisant soulevé comme un fétu par la Dame qui semblait, ou non, elle était contrariée, et ne tarda pas le dire à son interlocuteur.

    Le saint se doutait bien que son impulsivité l’avait quelque peu trahi tout à l’heure, cependant cela ne lui fit pas perdre son humeur, et sa tranquillité d’apparence. En effet le Dragon leva sa main tout en souriant.

    -« Magnifique ! Superbe ! Cette expression… C’est si beau. » Le Saint prononça tout cela avec un enthousiasme frivole et fit glisser sa main sur la joue de Alceste comme s’il caressait une pierre précieuse, avec le plus grand soin.

    -« Mais ne t’inquiète pas, c’est juste une erreur de jeunesse. Cela n’arrivera plus, même si c’est dommage, j’espère que tu me montreras ce visage contrarié. Huhuhu »

    Oups, on dirait que le rire de la serveuse de la taverne l’avait tellement marqué qu’il imitait. Bong ! De toute façon, il n’eut pas le temps de penser à cela qu’il reçut un choc à l’arrière de son crane, sous le coup sa tête se pencha en avant, pour heurter le « balcon » de la Spartiate. Il ne bougeait pas de là des secondes durant faisant mine d’être assommé. Malgré tout il entendait le nouvel arrivant « défendre » la jeune femme. D’un mouvement rapide il se dressa, et observa l’homme qui venait de se montrer, il s’agissait de celui qui avait tiré les flèches pendant la petite bataille.

    -« Il faudrait que tu me lâches là, on a l’air ridicule… » Susurra le chevalier du Dragon à son équipière de fortune, tout en redressa son visage, et en se disant ; vraiment charmante… Malgré son caractère, et puis c’est plus intéressant ainsi.
    Ensuite il tourna sa tête vers la personne qui venait de les interrompre en se grattant la tête.

    -« Bonjour, je me nomme Manas, et elle c’est… Alceste. Vous vous rendez à Athènes ? »

    Une pause pour reprendre son souffle…

    -« Me récupérer ? » Demanda-t-il d’un air interrogatif et surpris, en se disant qu’il n’avait jamais vu cette personne auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Lun 29 Avr - 23:38

    Dans le regard incandescent de la prédatrice, le feu du sadisme s'intensifiait de seconde en secondes, bientôt les lèvres et les plissures de sa peau au niveau de son nez commençaient à trembler, dénuant là, derrière le miel de sa peau, les premières canines de la spectre. Tandis qu'un léger grondement à peine audible se faisait entendre au plus profond de sa gorge, la main de Alceste continuait à se serrer au niveau du col, Manas soit loué de ne pas avoir été prit par la gorge! Les pensés de la spectre se confondaient en une, les idées se simplifiaient dans la tête de la spartiate qui était loin d'être une flèche dans sa manière de réfléchir, mais maintenant que tous les éléments se détaillaient considérablement devant ses yeux sauvages, elle n'hésitait plus une seule seconde. Elle aurait déjà du abattre ce mome dès la taverne pour sa provenance, la Perse! Et plus encore lorsqu'il avait affirmé vouloir aller a Athènes, bon sang! Tout ce chemin pour simplement aller voir un "vieil ami"?

    Ses oreilles affûtés n'écoutaient plus tellement les paroles du jeunots ni plus ses moqueries, entre l'abattre de sang froid dans l'instant ou bien reporter cela à plus tard, elle hésitait encore ... A coté l'autre homme aussi désirait en avoir après ce jeune semeur de trouble... Peut être Alceste en avait-elle déjà assez fait?
    Déçue de ne pouvoir en finir à l'instant, ses doigts resserrés sur son javelot commençant à la brûler sérieusement, ravalant alors sa fierté et ses humeurs en reprenant doucement ses esprits, elle allait poser Manas au sol au moment ou il se prit la pomme dans la poire et qu'il plongeait son nez dans son décolté d'acier... Fronçant largement ses sourcils en tournant son heaume à collerette vers l'archer en affichant un regard désespéré, elle déclara ouvertement d'un ton froid mais posé:

    " Son nez ne lui manquera pas, comme il n'a déjà plus toute ça tête..."

    Très fort, elle l'envoya comme une balle contre la personne qui l'avait demandé, du haut de son bras tendue avec un peu de recul comme s'il s'agissait d'un sac de pommes de terre. En regardant de plus prêt sur le buste de la demoiselle, là ou s'était cogné Manas l'on pouvait voir une minime marque de sang que Alceste ne tarda pas à ôter en passant sa main dessus. Manas devait s'être éclaté le nez en se laissant tomber de la sorte contre l'acier de son bustier! Cependant ce n'est pas pour autant qu'elle en ressentait de la peine, au contraire! C'était bien fait pour lui!

    D'un geste délicat, elle posa sa main au-dessus de son heaume afin de l'y faire glisser sur le coté et d'y faire tomber sa longue chevelure de jais, ses yeux perçant regardaient la terre ou se dessinait une pomme... levant un sourcil elle attrapait le fruit entre ses doigts et le tendit à son ancien propriétaire non sans un léger sourire.

    " - J'espère que vous avez d'autres cordes à votre arc, j'en connais un qui est partit chercher des renforts à l'heure actuel j'imagine! Je suis Alceste de Sparte, et ce truc qui m'accompagne ... un Perse! Qui ne mérite que d'avoir la langue, la queue et la tête coupée!

    Poursuivit-elle en délogeant son javelot de la terre, prenant les rennes de son destrier non sans soupirer jusqu'à s'en faire décoller son armure de sa poitrine. Ca faisait combien de temps déjà qu'elle était avec ce rejeton? trois heures? Quatre...? Enfin, maintenant qu'elle avait le "papa" pour s'occuper de l'enfant elle pourrait les escorter sans plus de problèmes! Le soucis n'était pas l'envie de les escorter, elle s'en serait bien passé, Alceste n'a qu'une parole! Une promesse est une promesse, et celle d'emmener le petit Manas à Athènes en un morceau... bon c'était mal barré d'avance... en était une!
    Non le problème serait sans doute le voyage avec deux Athéniens alors que les tensions entre sa cité-mère et sa destination se faisaient de plus en plus palpable dans les environs; Que penseraient les voyageurs en remarquant deux ennemis en train de discuter les uns avec les autres?

    " - Oublies pas ton poney à l'arbre Manas... *soupir* Et vous, vous êtes du coin? Vous feriez-nous l'honneur de nous escorter jusqu'à Athènes?"

    Un léger sourire plus chaleureux et un air un peu plus posé et moins meurtrier allait certainement aider cet inconnu à les accompagner, ce pourquoi Alceste s'efforçait d'être un peu plus sociable, même si cela lui coûtait au moins sa fierté et son orgueil féminin: il valait mieux cela que de servir encore de baby sitting !

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Alceste le Mar 30 Avr - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mar 30 Avr - 23:26

Malgré sa position plutôt précaire, le jeune homme aux cheveux ébène semblait être à la limite d'apprécier les circonstances, qui l'avaient amené à raison à se retrouver soulevé du sol comme un fétu de paille par une Spartiate qui ne demandait qu'à en découdre. L'archer aux prunelles céruléennes haussa un sourcil interrogateur en voyant cette confiance, ou plutôt, cette arrogance affichée par le jeunot, une arrogance qu'il n'était pas certain d'apprécier lui-même. Et pourtant, Athéna sait qu'il avait de l'estime pour ceux qui montraient une certaine confiance en eux-même. Mais pour qu'elle soit digne de compliments, Kyros jugeait que la confiance en soi devait s'accompagner d'une certaine humilité. Ce qui n'avait pas franchement l'air d'être le cas ici présent. Si bien qu'il en venait presque à souhaiter que ce jeunot soit un Marinas en devenir, histoire qu'il puisse lui faire la tête au carré sans le moindre remord.

Car oui, le Chevalier du Sagittaire avait de la suite dans les idées, et faire de la récupération de jeunots en manque de neurones fonctionnels n'avait pas été qu'une expression. Il désirait vraiment mettre la main sur ce jeune arrogant irresponsable, afin de déterminer s'il était un simple humain ayant le don de manipuler le cosmos, un Marinas en devenir – ou en plein exercice de ses fonctions, mais si c'était le cas, ça se passerait de commentaires – un jeune Spectre s'étant égaré par erreur dans le coin ou un Saint en herbe – ce qui laissait présager un certain nombre de choses pénibles si c'était le cas. Quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas fermer les yeux sur un individu qui venait d'utiliser aussi impunément et aussi naturellement un cosmos visiblement plutôt maîtrisé – à un degré relatif, mais maîtrisé quand même. Selon ce qu'il s'avérait être, les conséquences seraient différentes. Et il n'avait pour le moment aucune envie de les expliquer au jeunot, quand bien même les interrogations de ce dernier étaient légitimes. Il se contenta donc de lui adresser un sourire quelque peu mystérieux, éludant la question.

Un sourire qui se mua en sourire amusé lorsqu'il entendit la remarque froide de la guerrière à propos du jeunot qu'elle avait entre les mains. Au vu du peu de sympathie que lui inspirait pour le moment le jeune homme, le Chevalier du Sagittaire ne pouvait s'empêcher d'être en accord avec les propos de la demoiselle, aussi prompts soient-ils à être portés sur la violence. Mais de la part d'une Spartiate, ce n'était pas si inattendu que cela – pas que Kyros prenne les Spartiates pour des barbares, simplement pour des individus quelque peu belliqueux. Il fut néanmoins surpris par le geste de la demoiselle – du nom d'Alceste, selon le jeune Manas – qui lui envoya presque sans ambages son compagnon de route dans les bras, tel un fardeau dont elle se débarrassait allègrement. Seulement, l'archer eut le mauvais réflexe de reculer, si bien que lorsque les doigts de la jeune femme s'ouvrirent, Manas n'eut rien pour le retenir. Et, malgré le premier jugement peu mélioratif que s'était fait Kyros du jeunot, l'acte était tout sauf volontaire. Si bien qu'il laissa échapper un...

« Oups, désolé. »

… sincère, lorsque le jeune Manas eut remis les pieds sur terre sans aucun équilibre, et très probablement destiné à rencontrer le sol d'une manière ou d'une autre à cause de l'absence de soutien du Chevalier d'or. Pour sa défense, il ne s'était pas vraiment attendu à ce que la Spartiate prenne autant au sérieux son expression de récupération. Mais en vérité, l'attention de Kyros était bien plus attirée par la jeune femme que par le jeunot destiné à perdre l'équilibre dans le meilleur des cas, à se casser la gueule dans le pire.

La jeune femme avait fait glisser son heaume sur le côté, libérant ainsi une longue chevelure noire de jais, qui vint cascader doucement sur les épaules protégées par l'acier de la jeune femme. Et son regard émeraude parut être attiré par la pomme lancée par Kyros, qui était venue rouler non loin des pieds de la Spartiate. Et lorsque cette dernière lui la rendit, il lui adressa un sourire à la fois amusé et malicieux, un peu comme un enfant qui venait de récupérer le jouet lui ayant permis de faire une bêtise qu'il recommencerait sans remords.

« Enchanté, je suppose ? Je suis Kyros... mmm... d'où déjà ? Ah, de Crète, ça devrait l'faire. »

Il n'avait pas tellement l'habitude de se présenter en évoquant son lieu de naissance, si bien que la chose sonnait étrangement à ses oreilles. D'autant plus que maintenant que lui et son père avaient acquis un statut de métèque à Athènes, il ne savait pas vraiment à quoi se rattacher. Mais se revendiquer d'Athènes quand on faisait face à une Spartiate, ce n'était pas forcément une très bonne idée.

« Si seulement ça pouvait être aussi simple... grommela l'archer. On aurait déjà solutionné pas mal de problèmes comme ça. »

Assez Spartiate comme point de vue, que de vouloir couper tout ce qui faisait défaut chez un individu – autrement dit, pas mal de choses chez Manas, apparemment. Une méthode avec laquelle l'archer n'était pas totalement en accord, mais qui l'amusait tout de même, tant qu'elle n'était pas appliquée avec sérieux et barbarie devant ses yeux. Il ne se départit néanmoins pas de son sourire, faisant ainsi comprendre qu'il ne prenait pas la question avec un sérieux de philosophe ou de moralisateur.

« Je n'sais pas si c'est vraiment vous faire honneur, mais je peux bien vous accompagner jusqu'à Athènes. Enfin, si ça n'vous dérange pas de vous coltiner un mec à pieds pendant un petit moment. En vérité, Athènes n'est pas si loin que ça, et si vous vous dirigez vers le Nord-Est, vous tarderez pas à tomber sur la route principale y menant. »

L'archer se détourna un instant, en profitant pour mordre distraitement dans sa pomme. Il s'agenouilla auprès du cadavre de l'homme qu'il avait tué d'une flèche entre les deux yeux, et, maintenant sa pomme entre ses dents, il usa de ses deux mains afin de retirer sa flèche du macchabée, en vérifier l'état et la glisser dans le carquois pendant à sa ceinture. Jouant avec sa pomme croquée, il riva un regard espiègle dans celui de la demoiselle spartiate.

« Je n'ai qu'une seule corde à mon arc, mais bien plus de flèches à y armer. Et des neurones pour s'en servir, ajouta-t-il en lançant un regard appuyé à Manas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Ven 3 Mai - 15:52

    Les peines du jeune Dragon allait se poursuivre, évidemment son jeu ne plaisait pas à la demoiselle, celle-ci ne perdit pas son temps à réagir par un lancer. En effet elle envoya Manas en direction de la personne qui venait de se montrer, hélas cet individu recula et la conséquence fut que le pauvre garçon heurta un arbre et chuta. Il aurait pu se rattraper dans sa chute, mais n’en fit rien. Il se contenta simplement de tourner pour être allongé sur le dos, les bras croisés, il admirait le ciel, laissant les deux « adultes » s’entretenir.

    Le chevalier de Bronze n’avait qu’une hâte, trouver la personne à Athènes qui l’avait fait venir de Perse seulement pour faire partie de l’armée. Mais pour l’instant il devait partager quelques heures avec ces deux personnes. Apparemment l’arrivant se nommait Kyros, et venait de Crète. Et puis il repensa aux paroles d’Alceste concernant le fait qu’il méritait qu’on lui coupe la langue. Cela le faisait rire, fermant les yeux, Manas profitait de ce petit temps pour se reposer. Il y avait des heures qu’ils étaient en chemin et cette pause lui était bénéfique.

    Oui Oui, ne t’inquiète pas pour mon cheval, pensa le jeune prodige lorsqu’elle lui rappela qu’il en devait pas oublier sa monture. De toute façon, et puisque ce fût confirmé par Kyros, le rythme serait plutôt lent puisqu’il était à pied. Le chevalier du dragon se montrait serein comme à son habitude, avec cet air toujours aussi frivole et joyeuse. Kyros plus le temps avançait et plus il semblait prendre position du coté de la Spartiate. Cela ne le surprenait guère, au contraire. Au moins, l’originaire de Crète leur indiqua la direction afin de rejoindre la cité d’Athènes. Les tavernes, les orgies, la fête, le rêve s’imaginait-il, et puis il allait enfin rencontrer les hauts dirigeants. Si c’était pour lui il serait resté chez lui. Mais apparemment il avait une certaine utilité dans l’immense conflit dont la scène était l’immense Grèce et ses alentours.

    Son rôle ? Il le saurait dans peu de temps il n’y avait pas de doute. Pour l’instant le seul élément qu’il avait était l’armure du Dragon, qui signifiait son appartenance à l’ordre d’Athéna. Mais pour le moment il devait conserver cela dans l’ombre, et le masquer sous un voile qu’il avait parfaitement tissé depuis le début malgré son erreur en combattant les nomades.
    Notre jeune héros espérait que cette armure n’allait pas le compromettre à l’avenir, et qu’il pourrait concilier sa mission de Perse avec celle de chevalier d’Athéna. Sinon, il aurait des choix à faire… Où bien jouer au noctambule, ce qui à vrai dire l’amuserait malgré les dangers d’une telle situation. Le visage de Manas s’illumina d’un sourire malicieux lorsque Kyros le regarda pour accompagner sa remarque sur les neurones.
    Il était satisfait de voir que tout fonctionnait à la perfection… Il se leva d’un mouvement souple, et s’approcha de son cheval.

    -« Je suppose qu’Alceste se fera une joie de t’offrir une place derrière elle… » Dit-il calmement en faisant un clin d’œil à la jeune femme tout en prenant place sur sa monture et en arrangeant un peu mieux la position de son sac.

    Se recoiffant ensuite il but un peu d’eau de sa gourde, et délicatement en fit tomber dans le creux de sa main pour s’essuyer le visage. Il balaya ensuite de ses yeux verdoyants les alentours, et les cadavres, il fallait faire vite pensa-t-il en remarquant qu’en effet il en manquait un. Un fuyard qui était sans doute parti chercher des renforts.
    Le cheval se mit en route, dans la direction indiquée. Athènes me voila s’exclama-t-il intérieurement !

    -« Allons-y mes amis avant que les autres brigands ne nous retrouvent… Et puis nous seront tous heureux de nous séparer. »

    Prenant une légère avance les yeux pétillants de joies d’arriver enfin, sans tenir rigueur de la violence dont avait fait preuve Alceste à son égard, en se disant que cette haine pouvait se confondre avec un autre sentiment, et qu’il fallait le cultiver en se montrer indifférent. Quant à Kyros il n’avait pas forcement d’avis à son sujet… Cependant il avait une impression étrange à son sujet. Bref, nous verrons cela plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Sam 4 Mai - 14:18

    " Kyros de crète? Bondiou que vous v'nez de loin! "

    Fut la première réaction de la jeune fille en lorgnant Manas d'un regard qui en disait long sur ses futures intentions. Evidemment Alceste ne pouvait se permettre de remettre en question et de douter de la provenance de ce sire aux aux yeux céruléens, d'autant plus qu'il lui aspirait une certaine confiance elle le trouvait amicale sans pour autant être admirable. Ses manières de dire et de faire lui plaisait, non seulement il était doté d'une précision et d'une rapidité meurtrière en combat qui la satisfaisait grandement, mais en plus il avait un humour au moins égal au sien! Presque tout pour être un homme parfait, si seulement il ne se rendait pas à Athènes, rangeant intérieurement, elle préféra reporter son attention sur le Manas au sol en poussant un long soupir, poussant ses deux yeux, exaspérée, vers le ciel avant d'ajouter quelques mots en liaison avec la phrase de Manas...

    " - Je te rappelle que je nous ai gagné un cheval de course tout à l'heure, un sur deux ce n'est pas foi pas trop mal! Bon il a encore le cadavre sur le dos mais il suffit de l'y déloger! Un cheval est un cheval, au moins comme ça il pourra nous éviter de voyager trop lentement messire Kyros."

    Ajoutait-elle en pointant d'un bras tranchant l'animal en question, qui broutait tranquillement avec le cadavre sans tête encore frais sur le dos. Lançant un regard plus que meurtrier à Manas, elle commençait à marcher en direction de l'animal en toisant le jeune archer d'un regard mystérieux, des questions allaient et venaient sur le bord de ses lèvres, Etait-il seul? Pouvait-on se fier à une personne aussi doués de ses doigts et de son arc? Pourquoi acceptait-il de se diriger vers Athènes avec eux? Et comment Manas pouvait-il lui être autant important? Toutes ces questions furent le fruit de nombreuses réponses qu'elle ne jugeait pas satisfaisante, fronçant les sourcils, elle prit une voix plus tranquille et douce en ajoutant :

    " - Venir de Crète pour aller à Athènes? Qu'est-ce qui vous pousse à aller là-bas si ce n'est la guerre, les tensions et les problèmes qui s'y logent? Manquez-vous d'adrénaline et de sport pour être sur de vouloir y laisser votre peau? "

    Quelques pas et les voilà arrivés au niveau de l'animal qui broutait paisiblement, quelques tâches de sangs ornaient sa belle robe, il avait l'air fort, puissant et endurant, d'un coup d'oeil rapide elle jugeait Kyros et sa bête... finalement ils formeraient un beau couple, il n'y avait pas tellement de différences entre ces deux étalons. Rougissant un peu devant cette belle pensée, elle rangea son bouclier à la ceinture de sa selle avant de mettre le pied à l'étrier, remettre son heaume et tourner en direction de Manas, cependant sa tête était toujours tournée vers l'archer.

    " - Ma foi, vous formez une belle paire ahah... eh bien si vous nous montrez le chemin, nous arriverons à la capitale en quelques heures. Nous devrions peut-être passer par le bas de la colline en rasant la forêt, ça nous éviterais de croiser les renforts qui devraient arriver. Ca ne nous épargnera peut être pas des loups où des ours, mais toujours est-il que je préfère passe ce lieu, ce chemin menant à Athènes avec plus de discrétion que certain... N'est-ce pas Manas? "

    Ajoutait-elle sur une touche d'ironie après avoir rejoint ce dernier.

    " - Qu'en pensez-vous Kyros? "

    Demandait-elle à l'intéressé, croisant ses mains sur son pommeau de selle dans l'attente d'une réponse. Tuer des hommes n'était pas un réel problème, qu'ils soient cinq, dix ou vingt, sa lance n'aura de cesse d'être plongée dans le sang d'hommes trop arrogant et gonflés d'orgueil ! Tuer des animaux n'était pas non plus synonyme de danger: dès leurs six années, les enfants de Spartes sont amenés dans la forêt des "héritages" à Spartes puis à la montagne afin qu'ils deviennent de vrais guerriers. Lâchés dans la nature ils doivent faire face au climat et aux horreurs de la nature, la survie n'est plus qu'un simple mot de liaison pour faire face aux horreurs que les enfants vivent... très peu reviennent à leur ville d'origine, de faim, d'hydratation ou servi de proie et de festin pour les loups, les enfants rencontrent alors tous les visages de la mort et apprennent à y faire face.

    Perdus dans ses pensées nostalgiques, Alceste écoutait avec une oreille distraite l'intervention des deux hommes en priant; remerciant Hadès d'avoir toujours veillé sur elle jusqu'à ce jour.

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Lun 6 Mai - 16:23

Un haussement de sourcil dubitatif de la part de Kyros accueillit la proposition de Manas, à savoir prendre place derrière la fougueuse Spartiate histoire de pouvoir aller plus vite. Et histoire, aussi, d'aller visiter les étoiles d'une autre galaxie après s'être fait trucider par la jeune femme qui, bien qu'assez sympathique, ne devait pas l'être à un point d'accepter de prendre en croupe un inconnu dont elle ne savait rien, et qui avait des chances de devoir poser au moins l'une de ses mains sur ses hanches ou ses épaules histoire de ne pas tomber de cheval. Kyros se retint de grimacer à cette pensée, mais rejeta immédiatement en mentalement la suggestion du jeune homme, auquel il adressa un sourire signifiant 'c'est ça vas-y, prends-moi pour une quiche' sans pour autant faire de commentaire oral. Et il préféra reporter son attention sur la jeune femme, qui aurait sans doute des idées un peu moins suicidaires pour l'archer à soumettre.

Et qui d'ailleurs montrait une certaine curiosité envers ses origines crétoises, ainsi qu'envers les raisons qui l'avaient poussé à voguer vers la Crète – par une traversée maritime si mémorable qu'il la passerait sous silence, ayant tout de même un minimum de fierté pour ne pas avouer qu'il avait passé les trois quarts du trajet à agoniser à cause du mal de mer. Avant de jeter un regard éloquent à Manas et confirmant les doutes de Kyros : vouloir monter derrière la Spartiate revenait à une tentative de suicide pure et simple. Décidément, le jeunot n'avait pas froid aux yeux... Mais en soi, cela pouvait aussi rendre les choses amusantes. A partir du moment où il n'en abusait pas, comme il l'avait fait plus tôt. Quoi qu'il en soit, la proposition d'Alceste fut des plus sensées, et l'archer passa sa main dans sa chevelure brune en adoptant une mine gênée, embarrassé de ne pas avoir songé à la solution proposée par la dame de fer, qui n'était en soi par si révolutionnaire que ça.

« Ahhh, en effet... soupira Kyros pendant que la guerrière se dirigeait vers la monture qu'elle avait désigné. J'ai des neurones, mais pas tout à fait frais, on dirait. »

L'archer suivit la Spartiate jusqu'au cheval portant encore le cadavre décapité de son ancien propriétaire. Sur lequel il posa ses prunelles céruléennes, d'un air songeur, repensant à l'attaque qui avait mit fin à la vie de ce pauvre hère. Si lui-même n'avait pas à rougir de la précision de qui que ce soit, il trouvait tout de même les capacités de la Spartiate intéressantes. Pouvoir lancer le javelot avec une telle précision, alors que la force requise était infiniment plus grande que celle requise par un arc n'était pas donné à tout le monde. Une portée moindre que ses flèches, mais d'une puissance destructrice bien supérieure... Il se demanda un instant ce que donnerait un concours de visée entre la demoiselle et lui, mais il chasse bien vite la pensée de son esprit : on ne jouait pas aussi impunément avec une guerrière spartiate... Il n'avait pas envie de subir les conséquences d'un tel défi, qu'il en soit le vainqueur ou le perdant.

En cavalière émérite, la guerrière avait rapidement analysé les caractéristiques de la monture qu'elle proposait à Kyros. Enfin, proposer n'était pas vraiment le terme correct étant donné qu'il n'avait pas tellement le choix, mais bon... Toutefois, quand bien même l'archer ne possédait pas l'oeil avisé de la Spartiate en la matière, il sut tout de même reconnaître que la qualité de la monture n'était pas si mauvaise, et qu'il n'avait pas de quoi se plaindre. Et il ne sut d'ailleurs comment il devait prendre la remarque que venait de faire Alceste au sujet de la paire qu'ils formaient. Si bien qu'il préféra dévier un chouïa le sujet, en s'adressant directement au cadavre encore monté sur l'équidé en lui jetant un regard dubitatif :

« Une paire, mon vieux, pas un triple. Allez, vire de là. »

Il enleva le pied du cadavre de l'étrier, y mit le sien, et poussa d'un coup d'épaule et de hanche le macchabée occupant la selle. Dont le second pied demeura coincé dans l'étrier, que Kyros dut enlever avec un soupir. Et lorsqu'il releva la tête pour se redresser, il se retrouva nez à nez avec celle du cheval, qui avait tout de même remarqué le manège se déroulant sur son dos. L'archer grimaça, ne s'étant franchement pas attendu à une telle rencontre oculaire.

« Ouais, ouais, j'sais qu't'as des beaux yeux l'ami, dit-il sans réfléchir. »

Et il passa prestement son pied dans l'étrier, dans la crainte que l'animal prenne mal sa remarque irréfléchie. Ce qui ne fut toutefois pas le cas, l'animal retournant placidement à son activité précédente. L'archer tira sur les rennes de l'équidé, et parvint à le faire avancer jusqu'à l'endroit où se tenaient Alceste et Manas. La proposition de la guerrière avait ses avantages comme ses inconvénients, mais Kyros finit par estimer qu'il n'avait aucune raison vraiment valable pour s'y opposer.

« Et bien, allons-y, puisque notre cher Manas semble dépérir à chaque seconde que nous passons en sa compagnie, fit-il avec un sourire moqueur. »

Bien entendu, il n'avait aucune raison de laisser filer le jeune homme, mais pour le moment, s'occuper de ce détail était inutile. Ils n'étaient pas encore arrivés à Athènes. Son regard céruléen avisa la jeune femme, qui semblait s'être quelque peu égarée dans ses pensées, et il se souvint de la question d'Alceste à laquelle il n'avait pas vraiment répondu.

« Ah, et pour vous répondre, ma Dame, je ne sais pas comment vous vous imaginez la Crète, mais elle promet également sa dose de sport et d'adrénaline. Je suis venu à Athènes pour prendre congé de ma terre natale, mais au final, ça ne change plus grand chose maintenant. »

Et malgré la gravité de ce qu'il semblait évoquer, Kyros avait gardé un ton léger, comme si tous ces problèmes lui passaient par-dessus la tête, et qu'il s'y était résigné. Ce qui n'était pas totalement faux, en fait. Il jugea juste peu pertinent d'avouer à la Spartiate que si il avait jeté son dévolu sur Athènes, c'était pour sa clémence envers les étrangers par rapport aux autres cités grecques... après tout, loin de lui l'idée de critiquer Sparte et ses fréquentes expulsions d'étrangers devant Alceste. Il avait un minimum d'instinct de survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mar 14 Mai - 18:25

    Après quelques brèves interactions sans incidences et un voyage paisible, les trois personnages arrivèrent enfin à la vue d’Athènes. Ville magnifique, centre de nombreuses intrigues et de nombreux conflits. Manas esquissa un sourire malicieux, en se disant qu’il y aurait là-bas de nombreuses tavernes, de nombreux jeux à accomplir. Et puis il pourrait enfin rencontrer la personne qui voulait l’engager dans son armée, ou plutôt il devrait certainement trouver le chef de l’armée de la ville qui avait apparemment besoin de renfort. Ceci dit il n’avait rien, pas de laissez-passer, pas de mot.Cela-dit, il pensait que toute façon il avait de quoi prouver sa bonne foi, et qui il était, le souci était certainement son âge, et là il n’avait pas de solution pour la modifier. Observant un à un les deux autres personnes ; Manas fût pris d’une petite pointe de nostalgie, car en effet il était temps de se séparer, mais qui sait, peut-être que le destin souhaiterait les unir à nouveau pour de nouvelles aventures toujours aussi amusantes. Dans un petit trot le dragon s’arrêta devant une petite auberge, là il descendit de son cheval et l’attacha à l’écurie.

    -« Je ne suis guère mécontent d’être arrivé, cette ville, il y a de quoi s’amuser et se divertir… »

    Lança-t-il en s’étirant les bras et en soupirant un grand coup. Le jeune troubadour pouvait d’ici entendre le son d’une harpe dans la taverne. En tout cas elle était bien plus grande que celle où il avait rencontré Alceste. Et il espérait également ne pas connaitre la malédiction de la taverne. En effet depuis quelques temps, à chaque taverne qu’il visitait il était emporté dans une embrouille. Ne s’occupant pas des deux autres personnes, c’est en sautillant qu’il entra dans la taverne. Et il s’arrêta net devant le monde, les femmes qui dansaient sur le comptoir, on aurait dit un lieu de libertinage. Très rapidement l’une des serveuses l’entraina en l’attrapant par le bras. Surpris le jeune Perse se retrouva ainsi au milieu d’une danse frivole, en se disant qu’ici l’accueil était superbe, et ne tarda pas à le signaler à la serveuse qui l’avait attrapé par le bras. Celle-ci se contenta d’un « oui chéri !» prononcé avec sensualité qui ne laissa pas indifférent notre brave chevalier du
    Dragon qui essayait de chercher du regard ses deux compagnons d’aventures.

    La serveuse mena Manas jusqu’au comptoir et lui offrit une cervoise, qu’elle s’empressa même de faire boire à son client qui posa son bras derrière le cou de la jeune femme, en lui chantant son charme et sa classe avec un air de dépravé qu’il n’avait jamais connu à ce jour. Ne sachant plus vraiment où il était, il se retrouvait sur l’un des sofas en fond de salle, avec un petit guéridon sur lequel était posé quelques fruits. Retrouvant ses esprits, le saint attrapa une pomme et s’adressa à la serveuse en lui demandant comme il pouvait faire pour se rendre au palais impérial.

    Un petit bisou dans le cou, et elle lui répondit en lui indiquant la route, et en lui annonçant également que la zone était extrêmement surveillée et que sans un message royal il ne pourrait vraisemblablement entrer à l’intérieur.
    Manas était en pleine réflexion, un instant où il ne se préoccupait pas de l’immense ambiance, il se posait de nombreuses questions, la plus importante étant celle de savoir comment il allait faire. C’est alors qu’il remarqua l’arrivée très certainement de ses deux camarades de route.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mer 15 Mai - 21:00

    Alceste échangea un coup d'oeil complice avec Kyros lorsque Manas s'élançait enfin vers sa chère cité d'Athènes, comme l'avait soulevé notre archer adroit, l'enfant semblait vraiment décidé à partir, sans remords ni regards en arrière: comme si un énorme cadeau lui était attendu dans cette ville perdu dans le lointain du paysage. La spectre appréciait énormément la présence et la compagnie de l'archer, pour le peu qu'elle connaissait de ce dernier, il lui éveillait un grand intérêt, ne serait-ce que pour son habilité hors du commun au tir ainsi que son esprit! Ce qui attisait d'autant plus sa curiosité était le fait qu'il venait de Crète pour aller a Athènes; pourquoi donc pas Spartes, Corinthe ou une autre cité?
    Comme si la réponse était évidente pour Alceste alors qu'elle était loin de l'être, elle caressa du bout de ses doigts son glaive pendant qu'ils étaient en marche vers le point de rendez-vous. Au travers des buissons et de la végétation luxuriante de la forêt, les ombres dansaient entre les feuilles et les rayons salvateurs du levant, la spectre songeait...

    Pour la première fois depuis la connaissance de Kyros, c’est à dire quelques heures seulement, elle vint à penser qu'il aurait peut être put être lui aussi un élu des dieux, un homme prêt à servir une divinité comme elle pour Hadès, ce qui pourrait expliquer cette flèche aussi précise que diabolique qui s'était figée dans la poitrine du malotru avant même leur rencontre.
    Evidemment, elle se doutait bien également qu'il devait penser de même, à moins que le voyage et le paysage ne soit qu'un prétexte à d'autres pensés plus douces et innocentes. Aussi se gardait-elle de ralentir leur marche avec d'autres questions susceptible ou trop curieuse afin d'éviter un quelconque clash, entre elle et deux peut être alliés, il ne valait peut être pas jouer avec le feu, bien que cela excitait la demoiselle: le danger était l'essence de son oxygène.

    Pour le première fois depuis leur longue galopade, elle ralentissait la cadence, laissant les deux hommes passer un temps soit peu devant elle, à quelques kilomètres devant eux se dressait fièrement l’acropole d'Athènes, sa ville, son panthéon, ses temples et bien plus encore qui firent frissonner la belle, quelques goûtes de sueur froide léchèrent sa nuque tandis qu'elle se persuadait de continuer en direction de la cité afin de finir sa quête.
    Ce ne fut que lorsqu'elle rattrapa les deux acolytes, un air froid et grave se détachant de son visage qu'elle sût enfin pourquoi Manas voulait à tout prix rentrer à Athènes... Il suffisait pour cela de jeter un coup d'oeil aux douze temples siégeant royalement sur le mont de l'acropole... peut être que la Déesse Athéna l'attendait, qui pouvait le savoir?

    Passant immédiatement à une allure beaucoup plus lente tout en restant dans le sillage du jeune archer, Alceste tentait de rester dans son sillage au cas ou quelque chose d'anormal apparaîtrait dans cette ville, la spectre n'était pas du tout rassurée par tous ces gens et ces lieux trop ouverts, à cette foule et ces reliefs et encore moins par l'aura qui émanait de cet acropole, ces sanctuaires! Si elle aurait pu partir, elle l'aurait fait il y a déjà une heure de cela.
    La gorge séchée mais l'oeil vif, constamment aux aguets et aux moindres mouvements des personnes autours d'elle, elle fit avancer sa monture jusqu'à être totalement aux coté de l'archer, collant sa droite, son glaive et sa cuisse contre les flans de la bête ainsi qu'à son cavalier.
    Tournant sa tête en sa direction tout en continuant de garder un minimum de calme et de sang-froid, elle lui murmura prudemment:

    " - Je me fais sans-doute des idées concernant la Crète, mais j'ai du mal à me faire à l'idée que ça peut être pire qu'ici... De plus... "

    Fronçant les sourcils, elle se leva un peu de sa selle afin d'avoir une vue d'ensemble sur la rue en ouvrant de grands yeux avant de se rasseoir bouche bée

    " - Ro piré, on a perdu le môme! Chié! Est-ce que t'as vu de quel coté il est partit? "



____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mer 22 Mai - 22:07

Ce fut dans un silence somme toute assez reposant que les trois cavaliers traversèrent la forêt, sans rencontrer de loups ou d'ours désireux de se payer une tranche d'humain au déjeuner. Quoique, quand on regardait la tronche des trois humains, il y avait de quoi réfléchir à deux fois avant de vouloir s'y attaquer. Même si ce n'était pas forcément marqué sur leur visage, le petit groupe formait un ensemble pas si vulnérable que cela. Déjà, pour vouloir s'en prendre au groupe, il fallait oser s'en prendre à la Spartiate, tout de fer bardée, prête à vous exploser la tronche à coups de javelot bien lancés... Quant à Manas, il ne brillait certes pas plus qu'un autre par sa maîtrise des armes, mais le fait qu'il soit un humain capable d'utiliser le cosmos en faisait déjà une certaine menace. Qu'il soit simple humain ou serviteur des dieux, cela restait à éclaircir, mais le Chevalier du Sagittaire ne pouvait se permettre d'évoquer la question en présence d'Alceste, dont il ignorait la position exacte. La Spartiate avait après tout pété un boulon lorsque le jeunot avait laissé libre cours à son cosmos, menaçant de lui démonter la face, mais n'avait pas pour autant réagi comme une simple humaine découvrant pour la première fois le cosmos. C'en était plutôt troublant. Et, en troisième position, venait l'archer d'une effroyable précision, qui n'avait également pas frémi devant l'attaque surnaturelle du jeunot, mais qui n'avait encore rien révélé de ses atouts. Il était à la limite d'être tenté de révéler son statut de Chevalier d'Or rien que pour voir la tronche que tireraient ses compagnons de route, mais il n'était pas suicidaire à ce point.

Il était de bonne guerre de se montrer prudent en dehors du Sanctuaire et des champs de bataille où s'affrontaient Marinas, Spectres et Saints. La guerre n'était pas seulement une guerre de pouvoir, mais également d'informations. Si les plus naïfs des Saints acceptaient rarement de recourir à des stratagèmes qu'ils jugeaient déloyaux, Kyros, lui, s'était fait depuis longtemps aux exigences de la guerre et de la notion de Bien relatif. Servir une bonne cause ne nécessitait pas forcément d'adopter en tous temps et tous lieux un comportement vertueux. Les prunelles céruléennes de l'archer s'étaient rivées tour à tour sur la demoiselle de fer et le jeunot fougueux, cherchant à déterminer les conséquences de leur appartenance aux différentes factions qui se déchireraient dans la guerre à venir.

Il n'avait jamais entendu parler, au sein de l'armée d'Athéna, d'une femme Chevalier provenant de Spartes et sachant manier avec brio le javelot de lancer. Non, en vérité, il y avait peu de chances qu'une telle femme existe, la déesse de la guerre ayant restreint l'usage des armes au sein de ses propres troupes. Quelque part, Kyros s'estimait plutôt privilégier de pouvoir conserver son arc tout en se battant sous la bannière d'Athéna. Ceci dit cela n'empêchait pas les Chevaliers de savoir manier les armes lorsqu'ils ne revêtaient pas leur armure, mais du fait de leur entraînement au combat à mains nues, ils n'excellaient pratiquement jamais dans le domaine des armes, contrairement à Alceste – enfin, à priori, mais pour une raison inconnue, il la voyait mal se battre à mains nues alors qu'elle avait des armes à disposition.

Le regard céruléen du jeune Crétois se riva ensuite sur Manas, apparemment si presser de rejoindre Athènes. En dehors de cet objectif et de son caractère un peu puéril, Kyros possédait bien peu d'informations sur le jeune Perse. Pour commencer, il ignorait la raison de sa venue à Athènes, et elle pouvait très bien concerner les Chevaliers comme les humains maniant le cosmos résidant en ces lieux. Il aurait aimé en savoir un peu plus sur ce jeunot, mais en même temps, il soupirait intérieurement rien qu'à l'idée de devoir supporter encore longtemps ce gamin. Bon, d'accord, en vérité, Kyros pouvait se vanter de posséder une patience assez remarquable, mais ce n'était pas pour autant que la tâche lui serait agréable. Enfin, il en avait vu d'autres, des gamins arrogants débarquant au Sanctuaire, tout fiers de porter leur Armure fraîchement acquise... Au final, Alceste et Manas étaient tous deux dignes d'investigation, et il ne savait guère comment s'y prendre.

Il n'avait toujours pas trouvé de réponse lorsqu'ils eurent le loisir – ou le déplaisir pour une, apparemment – de poser les yeux sur la cité d'Athènes, dominée par l'Acropole et son Parthénon. Pour Kyros, cette vue n'était nullement dérangeante, car quasiment quotidienne depuis plusieurs années, mais il sembla que les réactions de ses compagnons de voyage furent un poil différentes. Si Manas esquissa un sourire malicieux en songeant très probablement à toutes les promesses d'Athènes, Alceste quant à elle était demeurée en retrait, comme si pénétrer dans l'enceinte de la ville répugnait la Spartiate qu'elle était. Enfin, probablement que le 'comme si' était en trop... Quant à Manas, peut-être déchanterait-il un peu vite lorsqu'il serait confronté à la réalité des immigrants d'Athènes, ne possédant aucun droit et affligés de bien des taxes au sein de cette cité – ce qui, cependant, était moins pire qu'ailleurs.

L'archer se retourna lorsque s'échappa des lèvres de la Spartiate un murmure trahissant son aversion pour la cité athénienne, et haussa les épaules en affichant un sourire nonchalant. Il attendit néanmoins que la jeune femme termine sa phrase, mais celle-ci se rendit entre-temps compte de la disparition de Manas, qui en profitait pour faire des siennes. Le Chevalier du Sagittaire laissa échapper un soupir, tout en promenant son regard céruléen sur les environs.

« Athènes, la Crète... Tout doit bien s'valoir en ce moment, lâcha-t-il nonchalamment. Mais bon, que voulez-vous, ce n'est pas comme si je pouvais me payer à loisir des traversées entre ici et la Crète. »

Et accessoirement, il avait une entité nommée Athéna à défendre sur le continent à présent, et très accessoirement, aucune envie de se payer une nouvelle traversée en bateaux en étant affligé d'un mal de mer redoutable et affligeant. Faisant avancer son cheval au pas, il finit par remarquer la monture de Manas présente dans l'écurie d'une des auberges les plus réputées de la ville pour avoir des mœurs libertines – ce qui ne faisait pas forcément fureur chez les Athéniens, soit dit-en passant.

« On dirait qu'le p'tit veut se croire grand, fit-il à l'adresse d'Alceste avant de mettre pied à terre, conduire sa monture à l'écurie et l'y attacher. »

Il ignorait si la Spartiate était vraiment encline à entrer dans ce genre d'établissement – après tout, ses obligations envers Manas s'arrêtaient peut-être à l'entrée de la ville – mais Kyros quant à lui ne s'était pas vraiment décidé à lâcher la grappe au jeunot, aussi pénible puisse-t-il être. Entrant dans la taverne, il repéra bien vite le jeunot, et, sans plus de cérémonies, lui jeta sur le crâne le trognon de la pomme qu'il avait achetée – puis mangée sur la route – en lui faisant un signe de la main, un sourire narquois sur son visage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Sam 25 Mai - 19:27

    Manas s’amusait terriblement ici, au fond il savait bien que dans ce monde il n’était qu’une simple étoile filante, prodige ou pas, il se disait qu’il ne pouvait pas fuir les plaisirs de la vie. Et puis il pouvait bien rester un peu, il n’était pas encore l’heure de répondre à la convocation d’Athènes. Par conséquent, il continua à boire, à manger des grappes de raisins, des fraises, le tout avec l’une des serveuses qui l’aidait dans son entreprise de débauche. Celle-ci semblait d’ailleurs impressionné de voir avec quelle folie il mangeait. Hey, cela faisait des jours qu’il n’avait pas mangé aussi bien répliqua t-il tout en déposant ses lèvres sur la joue de la belle. Huhuhuhu Au moins il ne pourrait pas dire qu’il n’avait pas pris du bon temps à peine arrivée dans la capitale. Il se demandait même pourquoi les gens se battaient au lieu de profiter de tout cela. Ah l’ivresse, sans le reconnaitre le chevalier du Dragon avait déjà un peu perdu la tête ce qui fit pouffer de rire la jeune femme à ses cotés qui venait de lui apporter un verre d’eau qu’elle préféra user pour l’arroser en plein visage.

    La Dragon se mit lui aussi à rire aux éclats tout en passant sa main sur son visage avant de faire glisser ses cheveux en arrière et en rigolant encore en attrapant avec les lèvres une fraise que tenait entre ses doigts blancs et fins la miss. Un vrai délice… Il ne pouvait guère rêver mieux, il en oubliait même que très près d’ici devait se trouver les deux autres voyageurs. Manas les avait oublié, de toute façon il en avait terminé, ils ne s’étaient mis d’accord que pour se rendre à Athènes, rien d’autre ! Maintenant il ne doit rien à Alceste. De toute façon même s’il a trouvé plutôt charmante, il avait un mauvais pressentiment concernant cette femme ! Qui était-elle vraiment ? Le destin capricieux allait certainement les réunir encore une fois, il en avait la certitude. Cependant alors qu’il était plongé dans ses pensées il reçut un projectile en pleine tête.

    -« Oh nooon » s’exclama-t-il en serrant dans ses bras la jeune dame.

    Un long soupir suivit pour expliquer qu’il s’agissait de l’une des personnes qui avait fait le trajet avec lui jusqu’ici. Mais qu’il ne le connaissait pas plus que cela, et que lui n’avait qu’une seule ambition se rendre au palais royal tout à l’heure afin de se mettre au service du Royaume conformément à l’accord avec l’empire Perse.

    Le chevalier de Bronze se leva en terminant son verre, et mima un sourire qui sonnait légèrement faux bien sûr, il regardait derrière, à coté, et ne voyait pas Alceste, peut-être avait-elle pris le partie de prendre une autre route. Dommage finalement, le danger qui semblait l’entourer était plutôt amusant et divertissant. Enfin, il ne pouvait pas faire autrement, il s’approcha alors de Kyros malgré le bruit et l’ambiance folle pour essayer de connaitre son ambition.

    -« Pourquoi es-tu ici ? Tu ferais bien d’en profiter au lieu de me lancer toute sorte de projectiles… Regardes, il y a tout ici pour s’amuser… Aller j’y retourne moi. »

    Un pas en arrière puis il se retourna une nouvelle fois pour poser une question à son interlocuteur.

    -« Alceste ne t’a pas suivi j’espère ? Je ne suis pas certain que cette ambiance lui conviendrait, elle me semble un peu trop stricte… Ou alors elle cache magnifiquement bien son jeu. »

    Puis il reprit sa place sur le sofa et il se gava de fraise, et de boisson sans compter. Huhuhu rigola le saint en chantant de bon cœur des mots charmeurs pour la serveuse. Il attrapa son glaive qu’il leva vers le ciel en continuant les chants de troubadour, des poèmes enchanteur pour montrer son admiration à son pays et à l’œuvre qui l’attendait bientôt.
    Ensuite ce ne fût que des rires d’hystéries, de plaisirs, de joie. Le jeune garçon était bien heureux et ne se souciait pas de la suite des événements. Rangeant son glaive il invita une jeune femme à ce joindre à eux, puis aussi Kyros. Alceste ?

    -« Ô Alcesttteuuuuuhhhh avec ton salleuuuuhhh caractereeuuuhhh je t’aimmmmaiiisss biennnneuuuuuuhh… Où es-tu donc passéééééé ? »

    Levant les bras qu’il remua de droite à gauche dans une sorte de danse qui au fond n’en n’était pas une il poursuivait à s’amusait dans une sorte de décadence, mélangeant un air vulgaire avec la luxure.

    -« Reviiiennnnnnnnnnns ou je te trouveraiiiiiiiii pour que tu m’accompagnneuuuuuhhhhh jusqu’auuu ciellllleuuuuuuhhh…. »

    Et encore des rires, sur le bord de ses lèvres coulait la boisson, et un liquide rougeâtre qui était celui des fraises.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Dim 26 Mai - 19:18

    Son sang ne faisait qu'un tour dans ses veines et son corps, comment ce maudit garnement pouvait-il leur avoir échappé? Fronçant les sourcils en ravalant sa chique, la spectre se promettait intérieurement de lui en faire voir de toutes les couleurs. D'une, pour vérifier si ces doutes concernant cet éventuel saint se vérifiait et bien sur par simple vengeance personnel, le seul hic était peut être l'intervention du jeune Kryos entre les deux adversaires... Mais sincèrement, elle doutait que ce que dernier serait de poids à l'arrêter, il avait l'air tellement gentil et doux, malgré ses performances à l'arc, que Alceste doutait qu'il ne l'attaque de front pendant qu'elle lui enfoncerait une lance dans le crâne... bon peut être pas aussi soudainement... quoi que, tout dépendrait de comment la situation tournerait en sa faveur ou défaveur.
    Et pendant qu'elle broyait du noire en multipliant les idées funestes et morbides, ce fut justement son compagnon cavalier qui lui indiqua l'auberge où devait se situer Manas, son propre animal se jetant dans un seau d'eau fraîche.

    Poussant un gémissement en soupirant gravement, tirant sur les reines de son animal en toisant d'un regard malheureux la cité d'Athènes, des gens qui allaient et venaient dans la rue, des citoyens trop joyeux, naïf, cette auberge trop bruyante... Que cela l’écœurait! Heureusement que Kyros était déjà partit vers l'entrée de l'auberge sans quoi elle se serait sentit coupable de n'avoir eut aucune tolérance avec cette ville.
    Et puis son regard s'arrêta sur un jeune apprenti qui avait un air aussi naïf que innocent, prenant déjà la bride de son destrier sans que Alceste ne lui en ait donné l'autorisation...
    Affichant un regard froid, elle sortit sa lance et lui piquait les mains avec le dard, l'accusant d'un oeil sombre, ce dernier recula en la laissant passer, visiblement déçut et contrarié.

    C'était comme si l'air d'Athènes laissait planer un parfum de rancœur et de mensonge dans le coeur de Alceste qui ne demandait qu'à exploser littéralement pour saccager totalement cette ville, à feu et à sang. Droitement, elle descendit de son animal sans l'attacher, laissant toutes ses affaires dessus, elle se contenta de prendre seulement deux protège-avant-bras d'un noir d'encre aussi inquiétant que le regard d'Alceste qui avait changé entre temps.
    Doucement sans s'en rendre compte, alors que tout allait pour le mieux du monde dans la cité, son cosmos se mit à luire doucement, entraînant des lueurs fantomatiques passant d'un vert émeraude au noir infernale, de son énergie se dégageait quelque chose de dangereux, malfaisant et de féroce!
    Les esprits défunts dansèrent contre les murs de l'écurie, heureusement qu'il n'y avait personne dans ce lieu.

    Soudain, les sens à l’affût, la spartiate tourna sa tête affichant un regard fauve vers la porte de l'écurie, le même jeunot innocent d'il y a quelques minutes se tenait là, pétrifié devant la scène qui se soumettait à ses yeux.

    Quelques minutes après cette scène, ses avant-bras au corps, une légère marque de sang résidant sous ses fins ongles, Alceste apparût dans l'encadrement de la porte, affichant un air fière et décontractée malgré l'épisode qui venait de se dérouler dans l'écurie. La tête vide et l'esprit clair, elle se demandait bien qui pourrait l'accuser après cela, d'autant plus qu'il n'y avait aucun témoin. Et au pire des cas, elle userait une fois de plus de ses talents pour s'en sortir, toujours le plus discrètement possible.

    Le hic, quand elle rentra, fut de constater que l'auberge était en fait un bazar, entre femmes qui se donnaient et tavernier qui distribuait l'alcool avec un large sourire comme tout bon commerçant qu'il devait être, alors ramenant violemment sa main contre son front, elle grogna un :

    " - Putain... il a fallut qu'on tombe sur le seul bordel de la ville ..."

    Avant de le camoufler en faisant monter sa main dans sa chevelure, chassant sa crinière vers l'arrière, visiblement mal à l'aise dans cet endroit. Prenant son courage à deux mains, elle balaya le lieu de son regard émeraude puis réussis à retrouver Kyros et Manas, leur affichant un large sourire, elle allait leur faire signe de la main quand la porte s'ouvrit, des gardes aussi large que la porte et armés jusqu'aux dents firent irruptions dans l'enceinte de ce lieu.
    Levant un sourcil interrogateur, Alceste se retourna, puis fit comme si de rien n'était, rejoignant ses amis à une table au loin où elle ne put s'empêcher de serrer son poing quand elle dût passer aux coté de Manas.

    " - Eh bien ... ça tombe à pic on dirait! "

    Se positionnant plus sereinement sur son siège aux cotés de Kyros en poussant un petit sourire carnassier à l'adresse de ses compagnons, elle n'eut pas le temps de répliquer que les quelques gardes de la ville firent entrer un homme un peu plus lourds et costaud, ce dernier prit la parole, sa main posée sur sa ceinture lustrée ou brillait une belle épée.

    " - Que personne ne sorte ni ne rentre, vous avez un assassin parmi vous. Gardez votre calme, il se peut qu'il ai fuit dans les rues, nous procédons à un rapide tour de table pour vérifier vos alibis. "
    " - Rapide?... Manas je te hais! on sortira jamais d'ici BORDEL! Qu'est-ce qui t'a prit? .... je te jure que si on sort je vais te ..."
    " - Inspection de table vous quatre, oui la servante aussi... vous êtes arrivés il y a combien de temps et que faisiez-vous exactement? "



____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Sam 1 Juin - 23:31

Le sourire narquois de l'archer se mua en un sourire mi-figue mi-raisin avant de disparaître sous l'effet d'un soupir, accompagné d'une main se baladant distraitement dans sa chevelure d'un brun à la limite du châtain. Le jeune Perse s'était levé en terminant son verre et s'était approché de Kyros en lui reprochant son centre d'intérêt, puisqu'il préférait lancer des pommes ou des bouts de pommes sur les jeunes adolescents plutôt que de profiter des services offerts par la taverne la plus libertine de la cité. A contrecoeur, sans toutefois le montrer, le Chevalier du Sagittaire suivit le jeune homme aux prunelles émeraude, alors que celui-ci s'enquérait de la situation de la Spartiate qui avait eu la 'gentillesse' d'escorter l'impudent jusqu'à une cité qu'elle semblait exécrer de tout son être. Scrutant les prunelles émeraude du jeune Perse, l'archer put sans peine deviner l'état d'ébriété dans lequel se trouvait le jeune homme, et demeura muet, ne donnant aucune réponse à sa question concernant Alceste.

Celle-ci était grande, mature – contrairement à un autre – et il n'avait de ce fait aucune raison de veiller sur elle comme du lait sur le feu. D'autant plus que s'il s'avisait de donner un semblant d'ordre à la jeune femme, il doutait fortement que celle-ci le prenne bien. Comme le disait si bien Manas, l'ambiance de cette taverne plus ou moins maison close n'était probablement pas des plus appropriées aux goûts de la Spartiate. Et en vérité, cet établissement de luxure et de décadence n'était pas non plus l'un des endroits préférés du Crétois à Athènes. Si le visage de l'archer affichait à présent un sourire affable, il aurait été illusoire de croire qu'il se plaisait dans un tel endroit. Intérieurement, c'était un grand soupir de lassitude qu'il poussait, un soupir qui restait néanmoins intérieur.

Beaucoup de Chevaliers appréciaient Kyros du Sagittaire pour sa patience et sa bienveillance discrète mais bel et bien présente. Malgré tout, même ces qualités avaient leurs limites, et chaque instant passé dans cette taverne faisait grandir une envie d'envoyer vertement balader le jeune Perse et de se casser sans demander son reste. En toute dignité, mais tout de même en tant qu'homme qui en avait marre de se faire balader par un jeunot irresponsable. En soi, le Crétois n'avait rien contre les plaisirs de l'alcool, et profitait parfois même de temps en temps d'un bon verre de vin, voire un peu plus. Quant aux plaisirs de la chair, il avait certes un peu plus de mal avec, mais il respectait tout autant ceux qui y trouvaient leur petit péché terrestre. En somme, Kyros n'incriminait en aucune façon l'établissement dans lequel il était présent, et était bien loin de mener une guerre sainte contre ce genre de commerce. Il était seulement incapable de trouver sa place dans un tel lieu, et voir le très jeune Manas s'adonner à des plaisirs qu'il ne devait appréhender qu'à moitié au vu de son jeune âge avait de quoi l'exaspérer.

Une exaspération qu'il arrivait toutefois à dissimuler avec brio sous une esquisse de sourire narquois devant le jeune Perse trinquant une nouvelle fois avant d'entonner tous les chants qui devaient lui passer par la tête, y compris ceux concernant une certaine Spartiate qui n'aurait certainement pas vraiment bien pris l'affront si elle avait été présente. Ceci dit, le jeune Perse se serait-il pris d'affection pour la Spartiate, bien plus qu'il n'aurait osé l'avouer en étant sobre, ou avait-il simplement l'envie de la délester de sa robe de fer et de s'aventurer encore au-delà de ces défenses ? Dans les deux cas, le Perse n'avait pas froid aux yeux. Peut-être que sa fin viendrait un jour de cette femme dangereuse qu'il s'amusait tant à prendre à la légère...

*Ce n'est pas au ciel qu'elle t'accompagneras...* songea Kyros, demeurant néanmoins silencieux.

Machinalement, le regard céruléen du Chevalier d'Or se posa sur la porte de l'établissement, comme recherchant instinctivement une issue à cette situation qui le fatiguait de plus en plus sans résultats en contrepartie. Ce fut néanmoins sur un visage familier que se posa son regard, celui de la Spartiate qui avait au final osé mettre les pieds dans un pareil établissement – d'un genre qui ne devait probablement pas être très courant à Spartes. Ceci dit, la demoiselle n'avait pas l'air de se sentir des plus à l'aise dans ce milieu particulier... Ignorant l'invitation d'une serveuse aguicheuse, l'archer s'apprêta à faire signe à Alceste, mais se ravisa lorsque la porte s'ouvrit une nouvelle fois, laissant entrer dans l'établissement plusieurs gardes armés jusqu'aux dents. Nonobstant la présence des ces nouveaux venus n'augurant rien de bon, la jeune femme rejoignit toutefois l'archer et le Perse à leur table, s'asseyant avec un sourire à côté du premier après avoir lancé une pique verbale au second.

« Pfff... soupira l'archer en voyant s'approcher un garde de leur table, je sens que mon espérance de vie vient de diminuer drastiquement... »

Il foudroya du regard le jeune Perse avant de se retourner vers le garde, affichant une mine affable, comme s'il ne venait pas souhaiter mentalement à Manas d'aller se faire voir chez les ploucs – et accessoirement de maudire intérieurement de tous les noms le gus qui avait eu l'idée d'étriper quelqu'un dans cette taverne pile au moment où il ne fallait pas. L'archer ignorait comment se sortir d'une telle situation, mais il était clair à ses yeux que mentir au soldat serait la pire chose à faire : tant de mondes dans la taverne pouvait témoigner des faits réels... Et probablement que Manas n'était pas passé franchement inaperçu aux yeux du reste de la clientèle – et même aux yeux des employés.

« Je n'suis là que depuis quelques minutes, et je suis venu rejoindre le p'tit jeune là, répondit-il en désignant Manas du pouce. »

Sa lassitude ne devait pas avoir échappé au garde, mais au point où il en était, il s'en fichait. Il savait qu'il n'avait aucun alibi valable, et qu'il était dans les ennuis les plus profonds, alors bon... Peut-être qu'Athéna aurait pitié de lui et enverrait quelqu'un le chercher et l'innocenter avant qu'il ne se fasse décapiter ou exiler pour un crime qu'il n'avait pas commis.

Un Chevalier d'Or dans les prisons d'Athènes, traité comme un simple criminel. Si ça, ça ne resterait pas dans les annales...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Lun 3 Juin - 20:27

    La fête maintenait son rythme de décadence qui plaisait étrangement au jeune chevalier du Dragon, il fallait dire que sa vie de troubadour n’était voilée que par son armure, mais que son cœur pouvait rapidement se laisser entrainer par cet effluve doux et délicieux de l’ivresse. Il en perdait même la raison. Kyros venait de le rejoindre, l’air toujours aussi sérieux et détaché… Le dragon se disait même qu’il était bien étrange de ne pas profiter ainsi de la vie, enfin, ce n’était pas son problème, peut-être que plus tard il comprendrait ses erreurs. Toujours l’air chantant il suivit du regard Alceste s’approcher à son tour. Elle en avait mis du temps celle-là. Portant son bras autour du cou de la serveuse, le jeune chevalier lui avoua qu’il serait très certainement un habitué de ce lieu. A ces mots la dame se sentait ravie, et offrit un autre verre à Manas, et un premier à ses « amis ».
    C’est alors que des gardes en pleine recherches d’un sois disant assassin firent leur apparition dans l’établissement.

    -« Oula Alceste souris un peu, avec ta tête ils vont croire que tu caches quelque chose… huhuhuhu »

    Rigolant tout en buvant son verre, il observait les gardes impériaux s’approchaient lentement de leur table, lorsque se fût le cas, l’archer déclara qu’il était venu le rejoindre.
    Non mais ca va pas, pensa intérieurement le jeune garçon, heureusement pour lui il n'avait pas trop la tête à balancer, ni même l’esprit à réagir. Et puis il lui avait tenu compagnie durant le voyage en le débarrassant de cette femme.

    -« Oui Oui il est mon garde du corps… »

    Annonça Manas en se retenant de rire du mieux qu’il pouvait malgré son état plutôt fou… Puis il désigna Alceste du doigt.

    -« Et elle c’est…c’est…»

    Il savait que pour éviter les ennuies, elle ne pouvait pas nier, et était dans l’obligation de jouer le jeu. Se levant le chevalier du Dragon s’approcha de l’un des gardes et lui murmura à l’oreille.

    -« ma graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaande sœur ! Ne tenez pas rigueur de sa mauvaise humeur, elle est toujours comme ça. » Puis reprenant d’un ton normal tout en ayant prit soin que son murmure soit audible.

    -« Et nous sommes ici pour profiter de la ville. Ceci dit je me demande si votre assassin ne s’est pas déjà enfui, regardez là-bas, la vitre est brisée, et on entend les sabots d’un cheval… »

    Sans demander leur reste, les gardes se précipitèrent dehors à toute allure pour rattraper le tueur, en tout cas c'est le fait qu'ils voulaient faire croire si on pouvait lire dans les pensées du chef. Manas tout sourire fût félicité par la jeune serveuse qui lui offrit un bisou, en le remerciant de les avoir débarrassés des soldats, et qu’au fond il semblait bien plus malin qu’il ne voulait le montrer.
    Mais le temps passait, et il ne pouvait pas forcement rester là trop longtemps, il avait un rendez-vous à honorer au palais royal, pour rencontrer quelqu’un. Sans savoir de qui il pouvait s'agir.

    -« Je crois qu’il est temps pour moi de vous quitter. » Annonça-t-il d’un air solennel en posant son verre et en saluant la serveuse d’un geste de la main et d’un sourire enjôleur, tout en payant son dû. En se levant il avait un léger mal à la tête qui le fit marcher de façon peu commune.

    -« Nous nous reverrons surement vous deux, prenez garde à ne pas tomber sur l’assassin, la vitre était cassé depuis un moment déjà huhuhuhu ce n’est surement pas l’assassin qui est passé par là. Huhuhuhu. »

    Ouvrant la porte, il respira un grand coup d’air pur avant de s’assoir au sol pour réfléchir un instant… Il ne connaissait pas vraiment la ville, et encore moins la route pour arriver au palais. Mhm à ce rythme là je vais être en retard se disait-il en soupirant en grand coup, tout en observant un groupe de guerrier entrer. Il leur dédia ses mots.

    -« Il y a une jolie spartiate qui vous attends à l’intérieur, table à droite au fond, sacré caractère mais très beau visage… C’est la nouvelle recrue. Huhuhuhu »

    Heureux d’apprendre cela, la troupe entrant, lorsque la porte se referma, Manas ne put s’empêcher de rire. Mais sa bonne humeur fût interrompue par les gardes qui se saisirent de lui, alors que le chef de la garde, suivit de deux de ses soldats entrèrent une nouvelle fois dans la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Jeu 6 Juin - 22:52

    Quand les gardes vinrent à la table de ces compagnons d'infortune, Alceste serrait les dents et les poings, comment cela se faisait-il qu'ils aient déjà étés mis au courant alors qu'elle venait à peine de finir de signer son crime dans l'écurie? Diantre qu'elle détestait Athènes et ces patrouilleurs trop compétents, sa jalousie aveuglait sa peine si bien que ses oreilles bourdonnaient, ses tempes firent découvrirent une série de veines, si ses cheveux noirs d'encre ne les cachaient pas, il aurait été simple de s’apercevoir que la demoiselle était à deux deux de commettre enfin... commettre à nouveau un meurtre.

    Mettant son coude sur la table, d'une manière las cependant, sa main sur sa tempe à masser son front, elle tourna sa tête vers Kyros afin d'éviter le regard de l'interrogateur peur être un peu trop gênant pour elle. Soupirant en affichant un petit sourire à l'archer, elle tenta un premier contacte avec ce dernier qui semblait également être énervé par ce genre d'endroits.

    Sa main posée sur le banc vint remonter la cuisse de l'archer pour aller trouver sa propre main, chaude et douce qu'elle engloba avec douceur. Ce geste sensuel aurait pu être moins dangereux si Alceste n'avait pas entendu le murmure totalement crié par Manas, il était tellement saoul le pauvre, qu'il ne semblait pas se rendre compte de ce qu'il disait, ni même de l'impacte que les choses allaient avoir.

    Ecarquillant les yeux en broyant la main de kyros au passage, qui n'avait rien demandé, elle serra les dents et insulta plus d'une fois le nom de cet idiot de Manas dans sa tête. Certes il avait réussit à faire enfuir les gardes qui s'en allaient, droits sur le perron, mais passer pour sa soeur, même sil était ivre mort... alors ça, non ça ne passait pas.

    Manas avait beau avoir l'excuse d'avoir bu, s'il ne tenait pas à l'alcool, il n'aurait pas du avancer une bêtise pareil: les spartiates sont fiers, orgeuilleux et exigeants avec eux même. Il n'y avait aucun lien de sang entre Alceste et Manas, ce qui était un soulagement pour cette dernière, comment une énergumène pareil pouvait être spartiate? Et puis sans déconner, il était un cas désespérant, entre la boisson, les femmes et l'incapacité de réfléchir, il n'avait RIEN comme point commun entre lui et la demoiselle.

    Cela faisait quelques heures qu'elle conservait sa rage, si bien qu'il eut été difficile pour elle de se retenir plus longtemps. Lâchant rapidement la main de Kyros en se mettant debout, frappant de toute sa poigne la table qui se brisa sous le coup, répandant les verres et les liqueurs à terre, elle lâche un rugissement tel qui en fit retourner les gardes, blêmes:

    " - VAS TE CHERCHER UNE AUTRE SŒUR AILLEURS SALE ATHÉNIEN DE MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERDE !"

    Et comme si cela ne suffisait pas, elle fracassa les miettes de ce qui restait de la table en se relevant pour réduire la distance entre elle et Manas, ses puissantes enjambées firent voler les éclats de chardons autours d'elle tandis que, armée d'un poing bien serré, elle fit prendre le recul suffisant pour lui enfoncer droit dans son nez.

    C'était la goutte qui fit déborder le vase, ses yeux émeraude luisaient d'un reflet infernale et pendant que les gardes revinrent, son cosmos ténébreux la recouvrait d'un léger halo de lumière d'un vert aussi inquiétant qu'il inspirait les ténèbres et la mort... Armé d'un rictus malsain, ses lèvres s'armèrent d'un sourire démoniaque tandis qu'elle fit craquer ses poings l'un contre l'autre, continuant de fusiller Manas d'un regard qui allait en dire long sur son prochain quart-d'heure si les gardes n'intervenaient pas avant.... mais à en voir leur mine, très sérieusement, leur mains saisissant leurs armes, très bientôt une boucherie sur le point de commencer et ce n'était pas sans faire plaisir à Alceste qui se délectait de toute cette sensation de peur, de mort et de sang.

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Lun 17 Juin - 23:39

*Comme l'envie de te refaire le portrait* songea une nouvelle fois intérieurement le Chevalier du Sagittaire en entendant Manas interpeller leur dernier compagnon de route en lui lançant une moquerie.

Malgré tout, le jeune Perse conservait suffisamment du jugeote pour ne pas chercher délibérément à s'attirer des ennuis, préférant poursuivre les explications de Kyros, inventant de toutes pièces une fable destinée à justifier la compagnie hétéroclite qu'ils formaient à eux trois. Enfin, le 'suffisamment' était relatif en fait... Si Kyros ne broncha pas en s'entendant être désigné comme garde du corps – Athéna merci, ça n'était pas le cas, sinon il aurait fugué depuis longtemps – il s'efforça en revanche de dissimuler une grimace désapprobatrice en voyant Manas hésiter quant à l'identité à attribuer à Alceste, avant de proférer l'une des plus grandes débilités qui soient. Bon, d'accord, il était bourré, mais quand même, quoi, il lui suffisait de se regarder dans une glace pour se convaincre qu'il ne pouvait pas vraiment prétendre à un lien du sang avec la Spartiate. Qui plus est, une Spartiate et un Perse, prétendument unis par un lien de fraternité... Cela était on ne pouvait plus inconcevable. Ne serait-ce que pour les trois cents Spartiates morts à Thermopyles dans une lutte inégale contre les armées perses. Pas qu'il soit vraiment concevable pour un autre Grec d'imaginer un lien du sang avec un Perse.

Et pour preuve de la stupidité de Manas et de son propos qu'il avait cru être discret mais qui ne l'avait pas réellement été, l'archer sentit, à son grand dam, la main de la Spartiate se refermer violemment sur la sienne, manquant de peu de lui broyer quelques os au passage, et tirant cette fois-ci une grimace bien réelle au jeune Chevalier d'Or, qui maudit intérieurement Manas tout en s'efforçant de retenir un gémissement de douleur fort peu vaillant. Si la main qu'Alceste avait refermée sur la sienne ne l'avait nullement dérangé tant qu'elle était restée amicale – geste qu'il avait accueilli par un sourire amusé plutôt discret – ce sentiment s'était bien vite dissipé lorsqu'il sentit tous les os de sa main lui lancer un cri de détresse. Et il comprit rapidement qu'il était inutile qu'il tente de dégager sa main de la poigne de fer de la Spartiate, aussi se contenta-t-il d'employer tout son sang-froid et sa maîtrise de lui-même pour rester coi et adresser un sourire affable au garde, qui parut gober – tout du moins dans un premier temps – l'histoire du jeune Perse.

Malgré ses compétences sociales normalement plutôt bien développées, l'archer demeura silencieux lorsque Manas lui adressa, ainsi qu'à la Spartiate – qui semblait accessoirement lutter avec elle-même pour garder le contrôle – des adieux que le Chevalier d'Or ne parvint pas à apprécier. Il commençait à regretter de s'être intéressé à ce cas social venant droit de Perse, bouffi de son arrogance détestable. Si tous les adolescents devaient passer par ce stade d'immaturité, il prendrait bien garde à ne pas faire de gosses... C'est sur ces pensées distraites que le jeune homme aux prunelles céruléennes sentit enfin l'étreinte de la Spartiate se relâcher sur sa main, ce qui n'était pas pour autant de bon présage. Et en effet, le poing de la jeune femme ne tarda pas à s'abattre sur la table qui n'avait rien demandé à personne mais qui se brisa sous la violence du coup, avant que son agresseur féminin n'aille administrer un poing dans la tronche du jeune Perse avec un rugissement qui tira une nouvelle grimace à Kyros.

Certes, ce dernier était Crétois d'origine, mais vu le nombre d'années qu'il avait passées à Athènes, voire même au sein de l'armée athénienne, il se sentait tout de même un minimum concerné lorsque le terme 'Athénien' était employé. Et il ne pouvait être que vexé de se voir mis dans le même panier que Manas, un Perse qui n'avait rien de Grec, mais alors rien du tout. En d'autres circonstances, peut-être l'archer se serait-il permis de rappeler à Alceste que ce n'était pas non plus le grand amour entre les Athéniens et les Perses – Salamine, l'incendie de l'Acropole, tout ça... - mais les détails historiques ne faisaient pas réellement partie des priorités du moment. Ignorant la douleur qui lançait encore sa main, le jeune homme força son esprit à réfléchir rapidement et efficacement sur la vraie nature du problème. Enfin, des problèmes...

Non seulement les gardes avaient rappliqué, n'ayant au final pas vraiment cru à la fable servie par Manas, mais en plus, Alceste était prête à refaire le portrait du jeune Perse, ainsi qu'à tous ceux qui oseraient l'en empêcher. Et l'archer poussa un long soupir en posant son regard céruléen sur les lames des gardes tirées de leur fourreau, prêtes à trancher le cosmos flamboyant de la demoiselle qui se manifestait sous l'effet de sa colère.

« Y'en a qui ont des envies suicidaires, grommela-t-il dans sa barbe. »

Tout aurait été plus simple si les gardes n'étaient pas intervenus. Quoique tout ceci n'aurait eu aucune raison d'arriver si il n'y avait pas eu de meurtre. Rivant son regard sur le halo de lumière verte entourant la Spartiate, le Chevalier d'Or sentit un sentiment de malaise s'insinuer en lui, en même temps que certaines hypothèses. Ce cosmos n'était pas celui d'un serviteur d'Athéna. Autrement dit, Alceste n'était nulle autre qu'une ennemie dans ce combat qui opposait les trois divinités chassées de l'Olympe par le père des dieux. Se levant avec un soupir, l'archer employa tout son sang-froid pour empêcher son propre cosmos de réagir à celui de la demoiselle, un cosmos qui aurait été infiniment plus calme que celui de la Spartiate, mais qu'il ne tenait pas particulièrement de dévoiler pour le moment.

La main du Sagittaire vint se poser avec une douceur surprenante sur l'avant-bras de la Spartiate prête à en découdre, et ce fut un seul mot qui sortit de ses lèvres, prononcé avec calme :

« Alceste. »

Le ton n'avait pas été suppliant. Ni pressé. Simplement calme, posé, quoique peut-être légèrement autoritaire. Une autorité propre à Kyros du Sagittaire, calme, quasiment imperceptible, qui forçait inconsciemment les autres Saints à obéir. Mais il n'en appelait pas là à la docilité de la Spartiate, mais à sa raison, car il était certain qu'un massacre au beau milieu d'Athènes ne profiterait à personne. Sauf si la jeune femme tenait à se retrouver avec toute une ville sur le dos, en plus des Chevaliers d'Athéna qui ne manqueraient pas de réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Lun 24 Juin - 17:30

 
Malheureusement pour lui, la feinte tentée par le jeune Manas allait mener à une escalade de conflits qu’il n’avait pas vraiment souhaités. Au moins, sans le savoir, il était plutôt doué pour semer la zizanie. C’était peut-être là une vocation qu’il devrait approfondir à l’avenir. Les gardes étaient de retour, et cette fois il était plus qu’inutile de tenter une nouvelle entourloupe. Et puis au moins, il se disait qu’il irait au palais. Bon certes dans les prisons, mais au palais quand même. C’est là-bas qu’il devait retrouver son employeur.


Qu’allait-il se passer maintenant ? En plus il semblerait que Alceste est peu apprécié son humour concernant sa déclaration de tout à l’heure, quant à Kyros, il restait toujours aussi calme et serein, cela en était même troublant. Cependant heureusement qu’il était là pour essayer de calmer les nerfs de certaines personnes.
En effet, la « jeune » Spartiate commencer à les perdre, et usa un instant de son aura, ou du moins elle s’apprêter à le faire après avoir hurlé sur le chevalier du dragon. D’ailleurs cela fit sursauter Manas, le regard de la dame, elle ne rigolait pas. Oh non là, elle voulait réellement en découdre avec le Perse qui essaya d’un geste de la main en souriant de la calmer.


-«  Calme-toi… C’était juste une blague, et puis voila les gardes sont là, pas la peine de faire un spectacle. »


Cela n’avait apparemment pas d’effet, puisque elle sortit son arme…Que pouvait faire le dragon ? Pas grand-chose, il devait attendre qu’elle prenne conscience que cela était inutile. Oh et puis un peu d’humour pensa Manas, en regardant les gardes qui s’approchaient. C’est alors que Kyros s’approcha et posa sa main sur l’avant-bras d’Alceste, comme pour essayer d’apaiser sa colère. A vrai dire cela ne le dérangeait pas, bien au contraire. Se battre n’était pas dans ses envies à l’heure actuelle.


Un garde ne laissa pas le temps à Manas de répliquer qu’il lui mit la main sur la bouche en lui ordonnant de le suivre. Le bronze saint n’essayait de pas se débattre, au contraire, il était nonchalant, et se laissa emporter dans l’un des cachots du palais. Sur le chemin il se disait qu’encore une fois il avait perdu ses deux compagnons de route. Ou alors ce sont eux qui l’ont encore semé, au choix.
Enfin, le seul point positif était qu’il se retrouvait au palais. En mauvaise posture, oui, mais au palais quand même.


-«  Dites, je pourrai sortir quand ? C’est que j’ai un rendez-vous… »


Une claque, et il fût balancer comme un sac de patate dans une cellule, on lui ordonna de se taire et d’attendre qu’il n’allait pas être seul, et que ses petits copains n’allaient pas tarder à le rejoindre. Toussotant à cause de la poussière et de la paille qu’il venait de caresser avec son visage après sa chute il regarda la porte se fermer.
Bon, pensa le jeune homme en arrangeant sa tunique comme il pouvait, d’ailleurs elle était pas mal abimée la pauvre, il faudrait peut-être qu’il en achete une autre. Même s’il esperait qu’il lui donnerait un costume lorsqu’il se serait montré à la personne qu’il devait servir ici même. Il fallait bien qu’il gagne des sous.
Bref, il s’installa sur le sol, au fond du cachot, en esquissant un sourire en imaginant les pauvres gardes devoir faire le chemin jusqu’ici en compagnie d’Alceste, il était clair que la route ne serait pas de tout repos.


-«  C’est vraiment glauque ici en tout cas… Voila que je parle tout seul maintenant… »



Fermant les yeux, il se tournait les pouces en attendant l’arrivée des autres. Ah ciel, vivre ici avec les deux individus dans une pièce ainsi, cela allait être un véritable cauchemar, une horreur… Il attrapa un cailloux et s’amusa avec en faisant des jongles, lorsqu’il entendit des bruits de pas…
Revenir en haut Aller en bas
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mar 25 Juin - 14:09


    Son sourire s'était étiré jusqu'à la commisure de ses lèvres, dévoilant une série de dents et deux canines nacrées légèrement développées, Ses yeux étaient fixes, vaquant dans ceux du jeune Perse, Alceste était prête à lui sauter à la gorge au moindres faux pas, le méprisant de tout son être, de toutes ses forces. C'était comme si la spectre était devenue impitoyable, détenant Un désir féroce de nuire, un animal sauvage tuant par instinct. Sa seule envie était de semer le chaos et la mort, comme il y a à peine une poignées de minutes, dans cette écurie. L'exception était que l'adversaire en face était à la taille de ses exigences, ce pourquoi à chaque secondes son cosmos s'affûtait, croissant en faisant vibrer le sol de ses puissantes effluves infernales, féroce.

    C'est à peine si la spartiate adressait le moindres intérêt au geste désespéré du perse, ne reconnaissant plus que les voix des personnes autours d'elle, Alceste venait de plonger dans une transe indescriptible ou se confondaient tous les plaisirs malsains et infernaux de sa nature spectrale. Doucement mais sûrement alors que l'archer l'appelait tendrement par son nom, posant une main étrangement chaleureuse sur son bras, son cosmos se fixa le long du bras droit de la spectre, s'allongeant en devenant une tige jusqu'à s'allonger au rythme de ses pensés funeste. A en voir Manas reconnaître la dite arme, ce dernier avait bien fait de se faire enlever par les gardes, d'autant plus qu'un silence quasi religieux s'était fixé dans l'espace de ce lieu insalubre baigné par la luxure et l'ennui. Un ennui mortel qui fit tiquer Alceste qui n'avait pas bougé quelques secondes durant lesquels on enlevait sa proie de ses yeux, totalement hypnotisée et subjugée par l'appel de l'archer.

    * J'en ai presque la sertitude maintenant... *

    La lance à trois silexes créee dans la main droite de la spartiate pivota d'un coup sur sa gauche plus dans un reflexe du à la menace de l'archer qu'autre chose. Le fait que Kyros l'ai quasi hypnotisé avec son calme et sa douceur, sa confiance en lui et sa neutrealité absolu dans un pareil moment l'estomaquait, le rendant plus dangereuse et électrique qu'elle ne l'était déjà, c'était devenu la nouvelle menace à irradier. Le sourire carnacier de la demoiselle tombait, laissant un visage aux expressions béliqueuses, sombres et noircis par les envies infernales, ses yeux étaient le reflet même d'un prédateur fou et affamé. Trop proche pour qu'elle l'ignore, Kyros était là sa nouvelle proie. Quand à savoir s'il était à la hauteur de Manas, il n'y avait là aucun doute pour elle, il était exaspéré par le Perse en question, mais il avait pour but, sans doute très personnel, de vouloir quand même l'amener à Athénes... et vouloir éviter que Alceste ne l'amoche de trop, se montrant presque trop protecteur avec ce dernier. Cela ne cachait-il pas un devoir? Une responsabilité?
    La pointe de sa lance était ainsi tournée vers Kyros, pour ces explications qu'elle trouvait là tout à fait juste. Si Manas aurait été un spectre elle en aurait fait de même, sauf qu'elle n'aurait pas laissé de chance au saint de le connaître, malheureusement.

    Légèment de profil, son buste parfaitement adaptée à une feinte afin de percer le bras du malheureux, ses jambes prêtes à ployer pour esquiver la moindres action physique, Alceste songeait à sa future action, rageant à l'idée même qu'on puisse l'arrêter dans cet état d'ivresse et de démence, cela faisait bien trop longtemps qu'elle attendait de pouvoir parfaitement exploser, cela faisait trop longtemps qu'elle se retenait, elle avait besoin d'action, d'adrénalyne et de sang pour évacuer la pression. Son instinct impeccable lui fit un instant, assez court pour laisser une ouverture à Kyros, tiquer sur les évènements interne à ce lieu. Le temps qu'elle sorte brièvement de sa transe, les soldats avaient déjà fais sortir bon nombre de civils... ce qui fit étinceller le regard d'Alceste d'une lueur de lucidité: parfait! Elle pourrait profiter pleinement de ce lieu couvert pour créer une écatombe, un cerceuil d'os et de chaire au beau milieu d'Athènes: c'était tonton Hadès qui allait être content! C'était dommage pour le beau Kyros, mais au meilleur des cas ce serait elle qui mourrait pour revenir le hanter quelques mois plus tard.

    " - Je ne pense pas honnête de cacher ton jeu plus longtemps, Kyros. Sauf si tu souhaites vraiment faire un tour en cellule avec ton petit protéger... Mon choix est fait, je n'irais pas dans cette prison, plutôt crever. "

    Espiègle, son cosmos se mit à flamber d'un coup, sèchement, envoyant les tables se plier comme des cartes contre les murs, faisant chuter quelques gardes au passage sous le coup de la violence, simple provocation? La spectre ne s'arrêtait pas là, dans un murmure à peine audible, son cosmos prenant plus de place, allant jusqu'à étaler sur les murs le reflets des futures victimes qu'elle visait, elle ajouta:

    " - Légion Shield* "
    Lorsque Alceste est en situation critique, le cosmos de la spectre créer un mur de cadavres devant elle, absorbant ainsi toutes les attaques envoyés en donnant l'énergie de cette attaque à la spectre.

    Un tourbillon bicolore émeraude-noir entoura la spectre tandis que le premier cadavre sortant du cosmos de la dame fonça en direction de Kyros, cadavre qui ressemblait vaguement à celui d'un enfant, les autres ne tarderaient certainement pas à étouffer le bar de leur nombre.



hrp:
@ Manas > Tu peux genre dire au prochains post que les gardes te repèchent pour les aider, à dégager Alceste. Ca vous évitera de trop croupir en prison xD
@ Kyros > carte blanche ^^ tu peux faire ce que tu veux, bouger alceste, la blesser, dire que les gardes ont du cosmos pour contre-carrer les attaques. et vous envoyer tous en prisons \o/ .. comme d'hab il n'y a pas de problemes pour moi =)

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mer 26 Juin - 14:55


Que la vie était injuste. Ces propos seraient bien sortis de la bouche de l'archer avec un soupir dépité si il n'avait pas eu mieux à faire sur le moment, et à garder un semblant de bonne façade envers les gardes de la cité. Jusqu'à présent, il avait fait en sorte de passer sous silence sa nature de Chevalier d'Athéna, notamment à cause d'Alceste – plus pas désir de ne pas avoir à l'affronter que par manipulation – mais la situation dégénérait à un point que cela n'était plus tellement nécessaire. Après tout, dans la plus grande injustice, la Spartiate avait décidé de passer ses nerfs sur le jeune Crétois, alors que son courroux avait été déclenché par un petit Perse impertinent que Kyros n'hésitait pas à maudire mentalement. Si il s'était comporté de manière un peu plus mature, ils n'en seraient pas arrivés là... Le Sagittaire savait que la guerre entre les divinités était d'actualité, et que le combat allait devenir une nécessité, mais pour le moment, il n'avait pas voulu l'importer au sein des murs d'Athènes aussi tôt. Enfin, de toute façon, à présent il était trop tard pour la diplomatie, le regard meurtrier et le cosmos flamboyant de celle qu'il soupçonnait fortement être une Spectre parlant pour elle. D'ailleurs, il n'aurait pas été davantage étonné si on lui affirmait que le meurtre à l'origine de la venue des gardes dans l'établissement avait été commis par Alceste.

N'ayant même pas remarqué la sortie plus ou moins forcée du jeune Perse, le Chevalier d'or se concentrait sur la demoiselle, et sur son dernier appel au calme, qui n'eut au final pas l'effet escompté. Dès lors qu'il vit apparaître dans la main de la jeune femme une lance née du cosmos, il sut que son entreprise était vouée à l'échec, et rompit immédiatement le contact physique avec la guerrière. D'un bond preste en arrière, il évita le silex de son arme, qu'il vit passer à quelques centimètres de sa carotide. Aurait-il été moins réactif, la guerrière compterait déjà une deuxième mort à son actif, un Chevalier d'Or qui plus est. Dégageant du pied un débris de table qui avait failli gêner son esquive, le jeune homme riva son regard céruléen dans celui émeraude de la Spartiate, brillant d'une lueur malsaine. La posture de la jeune femme était parfaite, digne d'une vraie Spartiate ayant subi l'entraînement draconien de cette cité de guerriers, dont les récits faisaient frémir tout le monde hellénique. Fléchissant lui-même sur ses appuis dans l'attente de la prochaine offensive que la guerrière démente lui destinerait, l'archer estima rapidement ses chances de victoire, et se retint d'esquisser une grimace de dépit. Il était un archer, pas un combattant de proximité... Quand bien même ses années de formation au Sanctuaire l'avait également entraîné au combat au corps à corps, il demeurait que l'arc était son arme de prédilection, et qu'il n'était pas vraiment dans un terrain propice à l'usage de cette arme.

Il laissa un soupir échapper de ses lèvres suite à la tirade de la Spartiate, qui avait sans surprise découvert qu'il y avait anguille sous roche. Bon, bah il improviserait, hein. Alors que le cosmos de la demoiselle flamboyait d'une lueur abyssale et s'étendait sur les murs mêmes de la tavernes, celui de Kyros commença également à se manifester, nimbant son corps d'une lueur dorée, empreinte de force, mais également de douceur, écartant les tables que le cosmos de la jeune femme avait faites s'envoler. Dans un grand fracas, accompagné de cris de surprise et de frayeur, certains morceaux de bois valsèrent contre les murs et contre le plafond, alors que les plus faibles des gardes athéniens étaient balayés par la puissance du cosmos de la Spartiate. Heureusement, il semblait que la plupart des civils avaient été évacués... Mais à peine ce semblant de menace écarté, un tourbillon noir émeraude se forma autour de la jeune femme, semblant augurer plus funeste encore.

« Ne restez pas là, fit calmement l'archer à un garde qu'il avait senti se glisser à son côté, légèrement en retrait. »

Le soldat marqua un instant d'hésitation, mais ne tarda pas à reculer, alors qu'un cadavre sortit du cosmos tourbillonnant de la Spartiate, fonçant droit sur l'archer. Lequel bondit sur la gauche, esquivant le projectile qui ne laissait plus aucun doute sur la nature de la jeune femme. D'autres Chevaliers, comme le Taureau, auraient sans doute préféré la confrontation brutale et écarté le cadavre de leurs poings, mais le Sagittaire n'avait, quant à lui, jamais été adepte de la force brute, et préférait esquiver la menace plutôt que de risquer de l'encaisser. Du moment qu'il n'y avait personne derrière – ce qui en l'occurrence était le cas, maintenant qu'il avait prévenu. Mais à peine le cadavre esquivé, voilà que d'autres macchabées émergeaient du tourbillon noir émeraude, menaçant de submerger l'endroit sous une pile de cadavres – ce qui n'était pas des plus glamours, avouons-le.

« Les cellules d'Athènes sont le cadet d'mes soucis... soupira-t-il. Dommage Alceste, j'pensais que tu étais plus raisonnable que ça. »

La main de l'archer vint rapidement empoigner l'arc qu'il portait en bandoulière, après avoir écarté de l'avant-bras un autre cadavre projeté dans sa direction. Son cosmos brillant d'une lueur chaude et dorée, il posa deux doigts sur la corde de l'arme, sans y encocher de flèche, et jeta un bref regard derrière lui, sur les soldats athéniens. Certains menaçaient de se faire submerger par les cadavres, mais d'autres semblaient être dotés de suffisamment de cosmos pour résister à l'attaque indirecte de la Spartiate. Son bras gauche s'éleva, et ses doigts tendirent la corde, qu'il amena à hauteur de son œil.

« Evacuez tous ceux qui n'ont suffisamment pas de cosmos pour résister à ses attaques, fit-il à l'un des gardes situés à proximité. »

N'hésitant qu'un bref instant, le garde ne tarda pas à relayer l'ordre, alors que le cosmos du Chevalier se concentrait entre la corde et le bois de son arc, formant un trait d'énergie pure, d'une lumière dorée semblable à celle nimbant le reste de son corps. Si le cosmos de la guerrière flamboyait par sa colère et son agressivité, celui de Kyros s'imposait par son calme déterminé et sa douceur chaleureuse. Et si les gardes étaient aussi enclins à suivre les conseils de l'archer, c'était grâce à ce cosmos, qu'ils avaient immédiatement attribué à un Chevalier d'Athéna, servants admirés de la déesse adorée dans cette cité. Les doigts de l'archer s'ouvrirent, et le trait doré fusa en direction d'Alceste, protégée par un mur de macchabées. A deux autres reprises, les doigts de l'archer s'ouvrirent à la vitesse de l'éclair afin de lâcher des traits foudroyants sur la Spectre, mais comprenant rapidement l'inefficacité de ses attaques – ainsi que celles de certains gardes tentant de se servir de leur cosmos pour attaquer la Spartiate – le Sagittaire opta rapidement pour un changement de tactique, alors que certains de ses alliés d'infortune se prenaient de plein fouet les assauts de la dame déchaînée – que ce soit par son cosmos ou par des cadavres.

«  Sortez ! Tous ! commanda le chevalier d'Or. »

Il ne s'en sortirait pas sinon. Aucun des soldats n'avaient un cosmos pouvant rivaliser avec le sien, et de ce fait, s'ils continuaient à s'obstiner pour se battre à ses côtés, il passerait plus de temps à tenter de les protéger qu'à tenter de passer outre le bouclier impénétrable de la Spartiate. Un bouclier dont il se méfiait, par ailleurs. Et sur lequel il ne souhaitait pas déchaîner ses plus puissantes attaques de manière imprudente. Aussi voulait-il attendre que la Spartiate passe réellement à l'offensive afin d'avoir une ouverture, au lieu de tenter de passer sa protection par la force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonia

avatar


messages : 9
Date d'inscription : 21/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine:
Titres: 0

MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mer 3 Juil - 9:45

Même quand l'on ne demande rien à personne afin d'avoir la paix et la tranquillité et rien de plus, il y a toujours un facteur XY pour venir vous emmerder. Shiva était tranquillement affairé à cette propre affaire personnelle, c'est-à-dire protégée, le Temple du Poisson afin qu'aucun indésirable ne vienne importuner la déesse Athéna.

Une fois encore alors qu'elle était peinarde dans son temple dans la tranquillité et le calme total, un garde lui fit parvenir un ordre des hautes instances. Shiva les a toujours considérés comme une bande de feignisse même pas foutu de descendre d'un temple pour venir lui dire cela en personne. La Gold Saint se saisit de l'ordre et puis snoba le garde en l'ignorant tout simplement et commença à lire ce qu’on lui veut

- blablabla des explosions a Athènes, blablabla cosmos de spectres blablabla gérer la situation

"Intéressant il va y avoir de la fight"

- Ta gueule toi !

Shiva s'engueule souvent aussi avec son "Démon" cette espèce de chose qui vit en elle et qui lui provoque des excès de colère bestiaux ou elle devient ni plus ni moins qu'un monstre assoiffé de sang qui repend les trips et les boyaux de ses adversaires derrière elle. Bref bien malgré elle, l'Asiatique décida de se bouger le fion jusqu'à Athènes afin de plier cette affaire vite faite et bien faite afin de retourner au plus vite dans la tranquillité et la sérénité de son temple.

Une fois arrivé sur place effectivement c'est un véritable bordel, d'ailleurs le petit peuple fit l'endroit et tout ça cause d'un spectre céleste, comme si les Silver Saint ne savaient pas le charcuté pensa clairement la Gold Saint. Shiva pénétra donc dans l'établissement et pu voir au fond de la pièce la présumé Spectre avec son bouclier de macchabées, la Gold Saint déporta son regard sur la seconde personne qui est un Gold Saint.

Cela mit en colère Shiva de savoir que l'on la fait descendre jusqu'ici pour démolir un spectre alors qu'un premier Gold Saint est déjà sur place. Deux Gold Saint pour péter le cul a une veuille peau de Spectres c'est du foutage de gueule royal estime Shiva qui est à présent en colère, mais avant de n'avoir le temps de dire la moindre parole que son "Démon" lui suggère déjà quelque chose

"Repend ses trips"

- Mais ta gueule j'ai dit ! Je vais lui péter le derche à ma façon a la veuille peau nécrophile

Elle s'avança dans la pièce et poussa d'une main le Gold Saint déjà présent qui aurait pu mettre un gros coup de burst dans la face de ce Spectre ce qu'il lui aurait évité de descendre du Sanctuaire jusqu'ici et de la mettre de mauvaise humeur par la même occasion

- On va plier ça vite fait et bien fait "Piranhan Feather" !!!

D'un revers de la main la Gold Saint du Poisson sorti de nulle part une vingtaine de plumes d'aigles qu'elle envoya dans la direction de la Spectre. La particularité de ces plumes est qu'elles sont aussi effilées que la lame d'Excalibur donc il vaut mieux éviter de se trouver dans leur trajectoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   Mar 9 Juil - 22:00

    Il était bien beau le chevalier du Dragon, le serviteur d’Athéna, le serviteur de la justice, le serviteur de gentils… Le voila en prison, à Athènes en plus ! Heureusement qu’il n’y avait pas de témoin qui irait rapporter tout ça à la Déesse Athéna. Pas sûr que cela lui plaise. Assit, sur de la paille, l’odeur pas franchement agréable, il se demandait quand les autres allaient le rejoindre dans ce trou. Il voyait des rats passer, tranquillement, un s’était arrêté un instant pour l’observer avant de partir. Heureusement qu’il y avait un petit espace pour que l’air puisse lui arriver parce que sinon il n’allait plus tenir bien longtemps. En parlant de temps, il se disait qu’ils en mettaient du temps avant d’arriver. Bizarre, il se releva et observa par le petit trou, mais il ne voyait rien.

    Sifflotant, il commençait à s’agacer, il essaya de demander au garde mais ce dernier n’arrêtait pas de lui mettre des vents, en lui demandant de se taire. C’est alors que le gardien se précipita à l’extérieur suite à une alerte, Manas entendit et ressentit les cosmos d’Alceste, et de Kyros ; finalement ils avaient apparemment décidés de se rebeller. Et lui, là, tout seul, au moins il n’avait pas à combattre… Ce qui pour être franc ne l’embêtait pas le moins du monde. Bref, il se devait tout de même sortir d’ici… Et par conséquent profiter de l’absence de son cerbère pour cela. Donnant un petit coup de poing dans la porte pour briser le poignet.

    La porte s’ouvrit, Manas à peine sorti respira un grand coup, en étirant ses bras et en poussant un long soupir. Bon, se disait-il, maintenant il faut que je trouve les autres. Quelle idée de se rebeller aussi. Evidemment, au lieu de partir à son rendez-vous, il allait encore une fois vers les problèmes. Marchant avec une certaine décontraction, le prodige saint de bronze entendait de plus en plus clairement les chamailleries, et ressentait encore plus les cosmos.

    Tiens, il en sentait un qu’il ne connaissait pas du tout. Espérons simplement que ce ne soit pas un cas, et qu’il ne devrait pas se le trainer longtemps. Les mains liées dans le dos, il aperçut enfin le lieu du conflit.
    Apparemment, c’était la panique, Alceste et l’autre guerrière inconnue venait d’utiliser leur cosmos. Après une réflexion rapide, il comprit que le combat était de deux saints contre une spectre. Pas de quoi paniquer en sommes.

    Le pauvre chevalier du Dragon se sentait troublé, il avait passé des moments plutôt amusants avec Alceste, même si la relation n’était pas vraiment bonne, cette haine qu’il pouvait y avoir et cette esprit joueur lui plaisait. Mais là, face à deux chevaliers d’or, elle avait très peu de chance de s’en sortir. Manas s’avança très vite, et se plaça devant les deux chevaliers.

    -« Il n’y a aucune gloire à la vaincre de cette façon. De plus tout cela est de ma faute, laissez moi l’affronter. Pour un simple chevalier de bronze sera fera office d'un entrainement grandeur nature. Je suppose qu’un chevalier d’or ne peut refuser une telle requête ? »

    Il termina sa phrase avec un sourire malicieux, oui il n’était qu’un chevalier de bronze, mais ses talents valaient bien mieux. Et il se savait capable d’offrir une bataille passionnante à la spectre, mais pas ici.

    -« Alceste, si tu acceptes ce duel, nous le ferons dans un lieu désert, je ne tiens à que nous blessions ou pire encore des personnes qui ne le méritent. »

    Son air était sérieux, bien loin de l’image du troubadour fou qu’il donnait. Toujours de dos à la muraille de cadavre, Manas s’adressa une nouvelle fois à ses deux compagnons.

    -« Kyros, il faudrait peut-être aider les pauvres soldats à récupérer, qu’en penses-tu ? Ne t’inquiète pas, je viendrai te déranger très vite. Je sens que ce combat va m’amuser. »

    Enfin, il se retourna d’un geste vif, le regard brillant d’une étincelle malicieuse, oui il avait envie de ce duel, et il était persuadé qu’elle aussi. Un combat dans les règles… Il était l’heure pour lui de tester le bouclier du dragon, et l’épée légendaire qui vivait dans son bras droit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort sur la conscience [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La mort sur la conscience [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» Saloon, alcool et bagarre [LIBRE]
» La mort est une journée qui mérite d'être vécue [libre]
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: Athènes-