AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Nerina, Ecaille de la Néréide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nerina
Écaille de la Néréide
Écaille de la Néréide
avatar


messages : 79
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Ecaille de la Néréide
Titres: 0

MessageSujet: Nerina, Ecaille de la Néréide   Mer 10 Juil - 10:05



Note avant de commencer :
• Ce code est optimisé pour Mozilla Firefox. Possible que cela ne s'affiche pas correctement si vous utilisez un autre navigateur.
• Voici les polices utilisées dans la fiche. Pour les visualiser, n'hésitez pas à les télécharger et les installer ! Bradley Hand ITC

En dehors du RP


Parlons un peu de vous

• Comment as-tu connu le forum ?
En ayant déjà un compte dessus ! Razz (Vu avec Alceste.)

• Quel est ton expérience RP ?
Longtemps. Razz

• Remarques ou demandes particulières :
Je m'essaie à un personnage un peu plus délicat à jouer que le précédent, mais dont la composition est spécialement faite pour cet univers. Son BG me trottait dans la tête depuis un moment, alors j'espère qu'il vous plaira et que je serai à la hauteur. Wink




Fiche de personnage





♦️ Nom : Nerina
♦️ Âge : Inconnu
♦️ Apparence : La vingtaine
♦️ Camp : Marinas
♦️ Armure : Écaille de la Néréide

♦️ Avatar :
Spoiler:
 
Description du personnage

Sous sa forme de nymphe, Nerina n'a d'humain que son buste et son visage. Une queue de poisson naît à la base de ses hanches, se prolongeant de plus en plus effilée jusqu'à sa nageoire caudale. Ses bras sont recouverts d'écailles et une nageoire voilée les complète entre le coude et le poignet, ses doigts sont palmés. La moindre écaille de son corps présente une myriade de couleurs, rendant la néréide aussi colorée qu'un arc-en-ciel. Ses cheveux, d'une longueur qui semble infinie lorsqu'ils se déploient dans l'eau, présentent la même similitude, et font pétiller son visage aussi fin et délicat que celui d'une déesse. Ses yeux dorés brillent d'une joie de vivre que son comportement ne tend qu'à démontrer. Plusieurs fentes verticales situées au niveau de son cou lui permettent de respirer sous l'eau.

Sous forme humaine, Nerina reprend l'apparence qu'elle possédait avant sa transformation, à un détail variable près. Le corps svelte dont les courbes douces peuvent attirer le regard ne semble guère adapté à porter une armure, mais son physique n'évolue pas malgré son entraînement intensif. Pourtant, elle porte son armure avec aisance. Son visage reste jeune et beau, ceux qui voient passer les années à côté d'elle ne la voient nullement vieillir. Ses yeux noisette virent au doré selon la luminosité et la proximité de l'océan. Ses cheveux apparaissent parfois d'un roux tirant vers le blond, tombant en lourdes boucles sur ses épaules. D'autres fois, ils semblent aussi légers que l'air et leurs couleurs sont indéfinissables.

L'Ecaille de la Néréide qui l'a choisie est parfaitement adaptée à sa morphologie, qu'elle soit humaine ou aquatique. Cette dernière s'adapte à sa forme si elle en change en la portant, protégeant aussi bien ses jambes que sa longue queue écailleuse. Elle semble, aussi, lui permettre de maintenir une forme humaine longtemps et dans de bonnes conditions. Ainsi, elle ne la quittera que rarement si elle doit rester longtemps à terre.



Histoire

Etrange enfant, étrange destin.

Issue d'une modeste famille de pêcheurs, la fillette avait très tôt démontré son affinité pour  l'océan.
Son père exerçait régulièrement au sud de Pylos, et dès toute petite elle ondulait dans les vagues, évoluant dans l'eau comme dans son élément naturel, jusqu'à ce qu'elle aperçoive les voiles annonçant le retour attendu. Elle ne pouvait jamais longtemps s'éloigner de la perspective infinie que lui offrait l'océan, tenter de l'éloigner signifiait la laisser en proie à une peur panique, que seule la vue de l'eau, fût-elle dans une bassine, parvenait à calmer. Elle disait entendre la voix de l'océan. Les profondeurs l'appelaient...
Cela en faisait une enfant à part, qui n'avait jamais réussi à partager les jeux de ceux de son âge, exceptés lorsqu'ils avaient lieu sur la plage ou dans l'eau. De nombreuses fois, elle échappa à l'attention de sa mère pour s'aventurer dans les courants, la rendant ainsi folle d'inquiétude. Mais guidée par un instinct incompréhensible au commun des mortels, la fillette revenait toujours à bon port, sans jamais se perdre ni se noyer.

Une seule personne au monde comprenait ce qu'elle ressentait, et pour cela, son père avait renoncé à la marier, si cela n'était à une personne qui, comme lui, acceptait la profonde affection de sa fille pour l'océan.
Quand elle fut suffisamment âgée, il lui annonça qu'elle n'aurait plus à l'attendre. A partir de ce jour, elle embarqua avec lui, plus proche des eaux salées que jamais. Bien que son plus grand plaisir rester de plonger pour nager en compagnie des dauphins, elle apprit avec le meilleur des maîtres la dure vie de marin. Bientôt, son travail fut récompensé, et le pêcheur la forma à commander un chalutier. Les rentrées étaient à présent suffisantes pour investir dans son propre navire, et elle savait que son père souhaitait qu'elle reprenne son affaire après lui.
Mais la jeune fille avait d'autres ambitions. Le tempérament rude des pêcheurs qui l'entouraient ne convenaient guère à sa finesse d'esprit, et elle convoqua un équipage moins conventionnel. Son père la connaissait trop bien pour qu'elle puisse le lui cacher, mais elle troqua son chalutier pour un navire plus adapté aux longues distances. Elle préparait un voyage...

L'appel du large, l'appel des profondeurs avait toujours été là. L'océan était en elle et elle voulait toujours aller plus loin. Elle s'adapta vite à une vie plus mouvementée, et à maintenir son autorité sur des hommes au tempérament bien plus tempétueux que des pêcheurs, prévisibles. Elle parcourut rapidement les côtes voisines, et avait acquis une connaissance des fonds marins que beaucoup lui enviaient. Cela dura des années, les marins hardis toujours près à la suivre au bout du monde, aussi assoiffés d'aventures qu'elle. C'était sans compter ce jour...

Un chant lointain, comme un écho, une mise en garde. Elle aurait dû tourner la barre. Mais poussée par cette curiosité qui avait fait la perte de tant de marins, elle engouffra son navire et son équipage droit vers un destin funeste. Un courant puissant vint les happer, les entraînant vers un tourbillon, prêt à tirer le navire par le fond. Les efforts de ses hommes auraient pu les sauver, si un écueil monstrueux n'avait fait éclater la proue en milliers d'éclats, entraînant le guillard dans sa chute. Nombre de marins connurent ainsi le chant funeste de Scylla, et ceux qui restaient ne pouvaient que regarder la gueule de Charybde s'ouvrir pour mieux les engloutir.
Dans ce tumulte infernal, alors que le tourbillon happait ses hommes un à un, que la violence du courant réduisait son navire en vulgaires copeaux, que son corps lui-même subissait les assauts de la furie marine, déchiqueté par le vent et les éclats de bois, l'esprit de la jeune fille était serein. Elle voyait tout ceci, ressentait chaque impact dans la profondeur de sa chair, sentait l'eau s'engouffrer dans ses poumons. Tous ces détails, elle les vivait de façon profonde, intime. Au ralenti, comme si tout cela était ce qu'elle attendait depuis toujours. Son corps serait bientôt complètement détruit, elle en avait pleinement conscience. Elle allait mourir. Mais c'était comme rentrer à la maison. Sa pensée dérivait lentement, alors qu'elle s'enfonçait dans les profondeurs des abîmes. Heureuse.
Fermant les yeux dans son dernier élan de conscience, elle adressa une prière muette au dieu des océans. Et cela pouvait se résumer en un seul mot : "Merci..." Sans qu'elle ne l'ait jamais exprimé, elle l'avait toujours senti près d'elle. Elle lui avait toujours attribué tous ses dons, son talent, ses mérites. C'était lui qui guidait le poisson vers les filets et permettait à son père de toujours revenir. Et ce jour, c'était elle qui revenait dans son royaume.

"Fille des océans. Enfant du ciel et de la mer. Ton heure n'est pas encore venue."

Une voix, si douce, si profonde... Comme le cœur des océans qu'elle cherchait à rejoindre... Elle ouvrit les yeux, et découvrit un nouveau monde. Son corps avait été déchiré de toute part, qu'elle avait senti partir s'éparpiller au gré des courants, la privant du bas de ses jambes, de ses bras, et manquant lui arracher la tête... Tout cela ne semblait plus être qu'une illusion. Elle en ressentait pourtant encore la douleur, mais la beauté qu'elle avait sous les yeux lui fit oublier tout ça, la laissant bouche-bée.
Elle était arrivée sur le fond de l'océan, et se laissait balloter par les courants, loin de celui qui avait mené à la perte de son équipage. Des anémones s'ouvraient sur son passage, des poissons jaillissaient des coraux comme pour la saluer. Les profondeurs n'étaient plus sombres, mais aussi lumineuses que si le Soleil les éclairait, pleines de couleurs et de vie. Un seul mot pouvait définir ce qu'elle voyait : magnifique.

Et elle l'ignorait, mais elle n'avait pas encore découvert le plus surprenant. Ce qui arriva lorsqu'elle commença à s'interroger sur le fait d'être toujours en vie. Elle qui pensait au départ avoir bénéficié d'un présent de Poséidon pour ses derniers instants, se rendait compte qu'ils s'étendaient devant elle comme un nouvel avenir, et qu'elle pouvait admirer à loisir son nouvel environnement. Car c'était bien cela, au bout du compte : elle pouvait respirer librement au milieu de ses eaux, sans ressentir le moindre besoin de remonter à la surface, et se mouvoir d'une façon tellement fluide au milieu des coraux qu'elle avait l'impression d'avoir été maladroite et pataude toute sa vie.
C'est ainsi, tout doucement, qu'elle fit connaissance avec son nouveau corps. Le Maître des Océans l'avait dotée d'une physionomie adaptée à la vie sous la surface. Ses bras avaient été reconstitués, recouvert d'écailles et complétés par des voiles, ses doigts souples reliés par de fines membranes. Son visage ne semblait pas avoir véritablement changé, mais tout le reste de son corps s'était métamorphosé. Son abdomen était prolongé par une longue queue, élégante et aérienne, elle sentait sa colonne vertébrale aussi mobile que celle d'un poisson jusqu'à l'extrémité de sa nageoire. Son buste était resté globalement féminin, mais elle dégagea les restes gonflés d'eau des vêtements de son ancienne vie. Elle sentit des ouvertures alignées au niveau de son cou, multiples et minuscules, qui oscillaient au rythme de sa respiration. De fines écailles recouvraient les membres qu'elle avait perdu, dont la couleur pouvait difficilement être définie semblant changeante au gré de ses mouvements, et adoptant une myriade de teintes si elle s'immobilisait.
S'attendant à également trouver des écailles sur le dessus de sa tête, elle en tâta prudemment le sommet. Et elle sentit des cheveux. Les parcourant des doigts, elle en amena une poignée devant ses yeux. Bien plus longs qu'auparavant, ils flottaient dans l'onde, au gré du mouvement des poissons qui s'amusaient à se cacher dedans. Et, comme ses écailles, ils étaient couleur de mer, de terre, de ciel, de printemps, d'été et d'automne... Quelque chose d'inimaginable mais qu'elle tenait pourtant là, entre ses doigts... Silencieusement, elle renouvela sa prière, s'élançant sans plus tarder dans ce nouvel univers.
Oubliant son nom, elle était devenue Nerina, nymphe des eaux salées, ondine intemporelle au service de Poséidon.

•••
Messagère des océans, la Méditerranée n'eut bientôt plus de secrets pour elle. Insatiable, elle explorait les moindres recoins, allant et venant au gré des courants et de l'instinct né de son dieu. Les profondeurs étaient tellement riches qu'elle ne s'ennuyait pas un instant. Le temps passait, sans qu'elle en ait conscience, sans que jamais elle ne s'interroge sur ce qu'elle avait perdu.
Pourtant, un jour, elle fut amenée à retourner à la surface. Poséidon lui avait indiqué le chemin, qu'elle reconnut vite pour être celui menant à sa terre natale, depuis si longtemps oubliée...

Sortant la tête de l'eau, elle pu respirer aussi librement l'air qu'à l'époque où elle était encore humaine. Dans une optique d'expérimentation, n'ayant aucun pressentiment sur un quelconque danger, elle se laissa échouer sur la plage. Elle rampa quelques instants, laissant le sable absorber l'eau. Allongée au Soleil dans cette baie déserte, elle se délassa, oubliant presque qu'elle avait rejeté la terre longtemps auparavant.
Lorsqu'elle se réveilla, elle se trouva changée. Sa colonne vertébrale semblait à nouveau raidie, et ne se prolongeait pas plus loin que son coccyx. Deux jambes avaient pris la place de sa magnifique queue colorée, et ses mains avaient perdu leurs nageoires. Seuls ses cheveux étaient restés identiques, se déployant sous le vent, presque aussi fluides que dans l'eau. Elle se releva péniblement, et s'essaya à la marche. Un mouvement qui ne pouvait s'oublier, mais qui semblait pénible après autant de temps.

La petite maison était toujours là. Elle lui paraissait plus terne que dans ses souvenirs, mais il n'y avait aucun doute. N'hésitant pas plus de quelques secondes, elle frappa légèrement à la porte. Un mouvement à l'intérieur lui indiqua qu'elle était toujours occupée, mais les minutes lui semblèrent une éternité avant que quelqu'un ne se montre. Ce quelqu'un, elle ne le reconnût pas tout de suite. La réciproque semblait toute aussi vraie. Son père était courbé, les cheveux blanchis, loin de l'homme vaillant qu'elle avait toujours connu. Et il la dévisageait, comme s'il voyait un revenant. Ce qui, de façon stricte, était exactement le cas.

Une fois la surprise passée, il l'invita à entrer, la recouvrit d'une couverture, avant de lui donner les habits de sa mère. Il la laissa s'asseoir sans la quitter des yeux. C'est à ce moment qu'elle comprit une chose : il avait vieilli, et elle non. Il lui raconta comment sa mère était morte, peu après sa disparition. Ces années passées seul, sans jamais désespérer la revoir un jour. Et sa joie de lui parler maintenant, au crépuscule de sa vie. Elle lui raconta le naufrage, le don de Poséidon et les merveilles qu'elle connut sous les mers.
A chaque mot de sa part, il semblait revivre, rajeunir. L'affection qu'elle avait pour lui rejaillit comme un torrent d'une nouvelle source, accompagnée cependant d'une infinie tristesse. Son visage qui s'éclairait n'était qu'une illusion. Il était mortel, et sa vie s'éteindrait. Elle, continuerait à sillonner les mers.
Elle partagea son dîner, faisant traîner le plus longtemps possible ces instants éphémères et précieux. Mais l'appel de l'océan était incessant et se faisait de plus en plus pressant. Terminant le poisson qu'il avait préparé d'une manière dont elle raffolait lorsqu'elle état humaine, elle lui annonça que leur entrevue ne pouvait se prolonger plus longtemps. Son devoir était maintenant aquatique, la terre ne serait jamais plus son foyer. Le veil homme semblait comprendre, et ne fit nul obstacle à son départ.

Elle le quitta à la tombée du jour, avec une pointe au cœur. Son dernier vœu réalisé, elle savait qu'il rejoindrait bientôt sa mère. C'était une mise à l'épreuve. Poséidon ne doutait pas un seul instant de sa loyauté pour lui, mais était-elle prête à le servir de toute son âme ? Filant entre les méduses, elle en était à présent certaine. Plus rien ne la retenait sur terre.

•••
Elle attendait. Une mission plus délicate et importante que d'habitude lui revenait. Elle savait seulement où cela se produirait, et guidée par son intuition, elle tournait sous l'eau, observant ce qui devait arriver. Rien n'était laissé au hasard dans ce royaume, et ce n'était pas sans raison qu'elle avait été guidée jusqu'ici. Elle serait à la hauteur, bien qu'elle ignore encore quel serait son rôle, et dans quel évènement.

Elle aperçut une coque. Des humains... Cela lui donnait déjà une petite idée de la suite. Une ombre se rapprochait à vive allure. Surprise, elle plongea, pour éviter les immenses tentacules, ne pouvant rien faire pour empêcher le drame de se produire. Elle comprit, lorsque les ventouses agrippèrent le bois fragile, le brisant comme un écheveau de paille, qu'elle allait bientôt entrer en scène.
Le navire coulait à présent, corps et bien, et l'ondine qu'elle était se fraya un passage parmi les débris. Plusieurs marins encore assez conscients pour la voir crurent à une apparition divine, et tentèrent de l'attraper. Mais elle n'était pas là pour les sauver. Elle était là pour une personne en particulier, et c'était elle qu'elle cherchait.

Quand elle aperçu la femme, elle sut immédiatement que c'était elle. Les cheveux auburn flottant dans l'onde, elle se vit, elle, des années auparavant. Elles avaient quelque chose en commun, et il était temps de lui montrer. Son destin serait différent du sien, mais tout comme elle, elle avait été choisie.
S'approchant, elle lui fit entendre la voix de l'océan, au travers de ses vocalises, c'était le Maître qui parlait. Cela pouvait paraître comme un chant mélodieux à des oreilles mortelles, mais l'ondine se contenta de parler. Lui prenant la main afin d'étendre son énergie jusqu'à elle, lui permettant ainsi de respirer, elle la regarda, et lui sourit.

"Le Maître t'attend."

Sans qu'aucune directive ne lui ai été donnée, elle savait où elle devait conduire sa compagne. Elle l'entraîna à sa suite, regardant furtivement de temps à autre le visage de l'humaine. A la fois surprise et émerveillée, elle pouvait deviner toutes les questions muettes qui se bousculaient en elle. De plus, elle ne devait jamais avoir expérimenté une nage aussi rapide que dans le sillon de la messagère. Elle se permit de rire, nullement moqueuse, ce qui sembla redonner un brin de confiance à celle qu'elle accompagnait.

La cité fut bientôt en vue. Elle était magnifique, un véritable palais sous-marin, où seuls les élus pouvaient pénétrer. Elle-même n'avait que rarement le droit de l'approcher, et cette perspective faisait battre son cœur plus vite. Mais elle n'oubliait pas sa mission, prioritaire sur toute chose, et aida la jeune femme à s'approcher de la frontière.
Encouragée par le regard de la néréide, l'élue franchit la barrière qui séparait l'océan d'une atmosphère similaire à celle de la surface. De l'extérieur, sachant que le passage ne s'ouvrirait pas pour elle, elle regarda sa protégée s'éloigner. Son œuvre était terminée. D'autres allaient l'accueillir, elle les entendait déjà arriver. La suite ne dépendait plus d'elle, et déjà Poséidon l'appelait ailleurs...

•••
Elle savait ce qui se tramait. Les détails étaient flous, pour elle qui se trouvait si loin de ce conflit titanesque, mais elle était consciente que là-haut, loin au dessus du ciel qui couvait la mer, les élus de Poséidon se battaient pour qu'il garde l'ascendant sur ses frères et son royaume.

Pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait impuissante. Elle regrettait presque d'avoir été assignée à une tâche, si importante en temps normal, mais qui lui apparaissait en ce moment tellement anodine, banale et futile. Les profondeurs abyssales ne pouvaient se trouver plus loin de l'Olympe, elle continuait d'accomplir son devoir sans grand enthousiasme.
Ses frères se battaient, si loin d'elle, pour assurer leur avenir à tous. Comment pouvait-elle ne pas se sentir impliquée ? Elle était une inconnue, une parmi tant d'autres, que le destin semblait avoir oublié dans ces instants qui écrivaient l'Histoire. Pourtant, elle en était convaincue, Poséidon connaissait sa dévotion, et la volonté de tout son être à vouloir gagner cette guerre. Mais il avait décidé que sa place était loin du chaos des combats, et elle ne pouvait que se consacrer à accomplir sa tâche de messagère le plus fidèlement possible.

Elle venait d'achever la mission qui lui avait été confiée, et s'éloignait des côtes afin d'entendre celle qui lui serait confiée prochainement. D'habitude, elle savait toujours où elle devait aller sans avoir besoin de le chercher... mais pas cette fois. Le silence dans son esprit était pesant. Elle interrogea les courants autour d'elle, mais nul ne répondit. Une sourde angoisse commençait à naître. Son dieu s'était-il courroucé de son mécontentement ? Etait-ce là son châtiment ? Avait-il des doutes sur sa loyauté ? N'était-elle plus digne de le servir ?
Elle était perdue. Flottant entre deux eaux, errant sans but ni destination, elle commençait à désespérer. Bientôt son maître lui retirerait le don qu'il lui avait offert, et son corps serait rendu à la mer comme il aurait dû l'être longtemps avant ses années de service. Elle pria, comme elle l'avait fait à l'époque, se préparant à mourir.

Peut-être était-ce cette dernière démarche qu'il attendait d'elle. Car oui, aussi longtemps qu'elle vivrait, elle était prête à mourir pour lui, pour sa cause, pour ses frères. Et elle l'en remercierait quand cela arriverait.

Ce nouvel appel fut plus fort que tous les autres. Elle n'était pas destinée à mourir, mais à combattre la Mort elle-même. Elle ne comprit pas tout de suite ce qui arrivait. Son instinct lui souffla qu'elle était loin, si loin de son domaine... Elle avait deux jambes, et était vêtu comme une guerrière. En plus de l'armure écarlate qui recouvrait la quasi-totalité de son corps, elle tenait une étoile de mer en guise de bouclier et une longue épée.
Elle n'eut pas vraiment le loisir d'étudier la question et sa nouvelle situation, car les coups pleuvaient déjà alors qu'elle était à peine apparue. Le temps ne s'était pas arrêté pour elle, et elle répliqua à chaque assaut, évitant la plupart des chocs grâce au bouclier qu'elle tenait fermement devant elle. Elle fut surprise de savoir se servir aussi instinctivement de ses armes, mais elle avait compris depuis longtemps que le don de Poséidon ne se limitait pas au fait de respirer sous l'eau.
Ses adversaires la défiguraient comme si elle revenait d'entre les morts. Ironie du sort, puisqu'elle savait parfaitement que c'était eux, qui n'avaient pas leur place parmi les vivants. Elle les combattit avec une énergie telle qu'ils furent forcés de reculer. Car elle, qui servait le dieu des océans, était bien vivante, et avait bien l'intention de le leur prouver. Une onde se créa sous ses pieds, amplifiée par son champ, puis propulsée par le déploiement de son cosmos. La déferlante balaya tous les adversaires dans un large cercle autour d'elle, permettant à ses alliés de prendre l'avantage sur cette section.

La bataille se termina, elle ne su ni vraiment quand, ni trop comment. Elle avait combattu farouchement, mettant à profit toute la hargne qu'elle avait développé sous l'océan, plus fraîche et reposée que la plupart des guerriers qui l'entouraient, amis ou ennemis. Lors du repli, elle se mêla aux autres combattants sous la bannière de Poséidon, et c'est peut-être seulement à cet instant qu'elle saisit pleinement le sens de ce qui était arrivé.
Son armure, la bataille... Elle était devenue, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, une Marina. Ecaille de la Néréide. L'armure écarlate semblait avoir attendu le moment le plus propice pour se révéler à elle, l'appelant tellement fort à se joindre à elle que ce n'était pas l'Ecaille qui s'était déplacée, mais elle qui avait été amenée jusqu'à elle.
Ce n'est que plus tard qu'elle réalisa, lorsque d'autres combattants vinrent la voir, plus étonnés qu'elle encore, la façon dont l'armure l'avait choisie. Car cette Ecaille n'était pas libre. La guerrière avait trouvé la mort sur le champ de bataille, après avoir vaillamment combattu et défait nombre d'ennemis. La Néréide l'avait choisie comme successeur, échangeant les places de ses porteuses, rendant ainsi le corps tombé à l'océan, et lui permettant de continuer le combat.

Pour la façon singulière dont elle avait intégré les rangs des Marinas, mais également pour ses prouesses alors qu'elle n'avait suivi aucun entraînement, son nom fut rapidement répandu parmi ses frères d'armes, peu pouvaient ignorer l'ondine qui avait pris pied dans la bataille. Malgré cela, elle savait qu'elle avait encore beaucoup de travail. Ce nouveau statut lui donnait d'avantage de responsabilités, et elle devait tout faire pour les assumer et être à la hauteur des attentes qu'on lui adressait. A commencer... par un entraînement rigoureux. Son instinct avait refait surface, lui aussi, et elle savait parfaitement où se diriger.



Pouvoirs

Propriété "passive" :
Nerina a la capacité de prendre forme humaine lorsqu'elle est sur terre. Son Ecaille améliore ce pouvoir, rendant la transformation plus rapide et contrôlable à volonté. (Elle peut ainsi si elle le souhaite être néréide sur terre ou humaine sous l'eau.)

Armes océanes
Le cosmos de la néréide se condense pour donner naissance à une ou plusieurs armes venues tout droit de la mer. Leur forme varie selon ce qu'elle veut faire apparaître, et est donc imprévisible.

Bouclier d'écume
L'océan protège l'allié visé, absorbant les coups qui lui sont destinés sans l'empêcher de respirer. Nerina peut renforcer le bouclier, ou prolonger son effet en chantant.

Remous
La cible se retrouve dans un tourbillon d'eau. Prisonnier du courant, il est très difficile de s'en échapper, s'y noyer devient juste une question de temps.
En chantant, Nerina peut changer le tourbillon et invoquer Charybde, englobant plusieurs ennemis dans un large périmètre. (Cela consomme beaucoup de cosmos.)

Déferlante
Une vague prend naissance à l'endroit où se trouve Nerina, et roule en cercle autour d'elle, repoussant ou renversant ceux qui sont sur son chemin.
En chantant, Nerina peut appeler Scylla, qui fait chavirer ses ennemis contre les récifs. (Cela consomme beaucoup de cosmos.)

Lame de fond
Un violent courant marin se propage au milieu des rangs ennemis, les immobilisant sur place. Si la lame continue d'agir, elle remonte en surface, balayant tout sur son passage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: Nerina, Ecaille de la Néréide   Jeu 11 Juil - 15:02

Salut et re-bienvenue avec une écaille parfaite cette fois-ci! ^_^

Je n'ai rien à dire ci ce n'est que comme la dernière fois, l'écriture est belle et agréable à la lecture, les fautes sont quasi innexistante et tu respectes totalement le background du forum, c'est parfait ^^!

Je te donne la première validation!

Bienvenue dans le domaine de l'Océan, Nérina et bon courage dans ce monde!
Oublies pas de contacter Agis et Oshaserra pour les RPs et si tu as des soucis avec le camps =) !


____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerina
Écaille de la Néréide
Écaille de la Néréide
avatar


messages : 79
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Ecaille de la Néréide
Titres: 0

MessageSujet: Re: Nerina, Ecaille de la Néréide   Jeu 11 Juil - 15:09

Quasi... quasi ? Quasi ???
Arg, où qu'elle est, où qu'elle est ??
(Dire que j'avais l'ambition d'être parfaite... Rolling Eyes)

Merci à toi, sinon ! Very Happy
Et oui, c'est déjà fait, comme tu le vois, mon BG recoupe déjà un peu celui d'Osha, et on ne tardera sans doute pas à faire connaissance pour de bon. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam
Admin/ Garde de l'Oracle
Admin/ Garde de l'Oracle
avatar


messages : 416
Date d'inscription : 13/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure de Bronze du Dragon
Titres: 0

MessageSujet: Re: Nerina, Ecaille de la Néréide   Jeu 11 Juil - 15:18

Idem que l'amie admin ^^ Je te valide donc, en te souhaitant bon amusement avec ce personnage ^^ Et plein de RP, et d'inspiration ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nerina, Ecaille de la Néréide   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nerina, Ecaille de la Néréide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ecaille draco
» Où trouver La Dent Océan ou l'Ecaille Océan?
» Cherche Bel'Ecaille
» Ecaille draco
» Existe-t-il l'Ecaille Draco dans Rubis/Saphir/Emeraude?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: bibliothèque :: Inscriptions Archivées :: Personnages décédés / abandonnés-