AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leonidas
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
avatar


messages : 32
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Mar 18 Juin - 19:56


Parlons un peu de vous:

▬ Comment as-tu connu le forum ?
Harcèlement sexuel.
▬ Quel est ton expérience RP ?
J'en ai une grosse.
▬ Remarques ou demandes particulières :
Je ne suis pas en chocolat




Ancien roi de Spartes
Léonidas



• [age]
• [sexe]
• [divinité protégé]
• [armure]
• [60 au moment de sa mort]
• [homme]
• [Hadès]
• [Surplis du Béhémoth, étoile terrestre de la solitude]


Mon passé me rattrape...


▬ Background du personnage

Léonidas. Qui de nos jours peut se vanter de n'avoir jamais entendu ce nom ? Un nom couvert de gloire qui continue de retenir à travers le temps et les âges. Cela fait déjà une quarantaine d'années qu'il nous a quitté et pourtant son peuple le pleure encore. Compte tenu de ses faits d'armes, il fut élevé au rang de héros dont son nom est désormais synonyme ; peu nombreux sont les enfants de la vaillante cité de Sparte à n'avoir jamais rêvé de lui ressembler. Né dans une fratrie de trois enfants, qui le munit d'un ainé et d'un cadet, ainsi qu'un demi-frère à qui le trône échut avant qu'il n'y monte lui-même à son décès. La fille de son prédécesseur devint sa reine, de qui il eut un fils. Celui-ci deviendrait lui-même roi à son tour, mais ce n'est pas ce qui nous intéresse là.

Non sans avoir au préalable trahi ses compatriotes en divulguant les secrets de Sparte à celui qui serait son plus redoutable ennemi, Xerxès, qu'il avait lui-même fait asseoir sur le trône de Perse où il demeurait en exil, Hérodote tenta de racheter sa faute en leur communiquant par le biais d'un message secret qu'une invasion imminente se préparait. À cette nouvelle, Léonidas alla demander conseil à l'Oracle de Delphes, mais n'obtint d'Apollon que l'une de ces réponses ambiguës dont il avait le secret. L'interprétation de ses paroles ne laissèrent toutefois que peu de place au doute : soit il périrait, soit Sparte tomberait. À compter de ce moment, il sut à quel destin il était promis et prépara ses forces en vue d'une bataille qui désormais lui semblait plus que jamais inéluctable.

Des démarches furent faites pour tenter de trouver une issue diplomatique mais se soldèrent par un échec cuisant. Xerxès refusait tout compromis et ne respectait pas même les usages en vigueur dans son propre pays. Plutôt que de sacrifier du temps et de l'énergie en pure perte, le dix-septième roi de Sparte prit la tête d'une force armée ainsi qu'il en avait été convenu durant la réunion de ce que l'Histoire baptisera la ligue hellénique, Sparte ayant été désignée pour en prendre le commandement. L'objectif premier de cette unité était de défendre coûte que coûte le défilé des Thermopyles contre les attaques ennemies. Toutefois, il allait sans dire que les six milliers de soldats placés sous ses ordres n'avait aucune chance de survie opposés aux légions adverses dont le nombre s'élevait à plus de 210 000 soldats.

Du reste, sa propre troupe n'était dotée que d'un faible nombre de soldats de Sparte : trois-cent en tout et pour tout, constitués exclusivement de ceux ayant déjà engendré un héritier. Aussi n'était-il pas même question de la fine fleur de son unité d'élite, mais d'un mélange de celle-ci et de de soldats ordinaires. Cela n'empêcha cependant pas leurs brillants faits d'armes de les faire entrer dans la légende. Ayant pris place au point dont ils avaient la garde, les siens repoussèrent victorieusement plusieurs assauts, leur connaissance du terrain leur ayant permis de prendre place à une position avantageuse. Le gros des troupes s'était concentré à l'endroit le plus étroit que comporte le défilé et retranché derrière de massifs boucliers de sorte que les flèches et javeniles n'arrivent pas à percer.

C'était néanmoins sans compter avec la trahison d'un dénommé Éphialtès grâce auquel l'armée Perse put emprunter le sentier de l'Anopée et ainsi les encercler. Sentant la fin arriver à grands pas, Léonidas congédia ses hommes pour que leur vie soient épargnées, préférant cela que de les voir abandonner leur poste sous l'emprise de la terreur. Aussi ne garda-t-il sous ses ordres que ceux qui se portaient volontaires – le profond respect qu'il inspirait à ses compatriotes leur donnant pour la plupart la détermination de continuer se battre à ses côtés. Ceux qui avaient choisi de rester se portèrent alors à l'endroit le plus large du défilé pour y combattre jusqu'au dernier. Comme ses frères, Léonidas y perdit la vie mais pas sans que cette ultime bataille soit aux yeux de tous, aux yeux du monde perçue comme l'emblème de la résistance grecque face à l'envahisseur.

La suite, vous la connaissez déjà...

▬ Pourquoi défend-il cette divinité & comment a-t-il eu son armure :

Ah, Hadès, tu tombes bien ! Tu n'aurais pas une petite laine, par hasard ? C'est qu'il fait frisquet, par ici.

Le Cocyte. La huitième prison des Enfers. Là où sont envoyé ceux qui ont osé défier les dieux. Un enfer de glace qui s'étend à perte de vue dont n'émergent que les cadavres de ceux qui ont été condamnés à y demeurer pour le reste de l'éternité. Certains étaient parvenus à maintenir une apparence humaine mais la plupart n'étaient déjà plus que des corps décharnés. Des amas de viande dépouillés de toute humanité que ces rafales cinglantes finiraient par piéger dans les glaces éternelles pour le reste de leur non-existence. Ce blizzard hurlant les dévorerait jusqu'à l'os et n'en laisserait que des ruines, derniers vestiges de ce qu'ils avaient été. Il arrive parfois que certains, grâce à leur force de caractère, aient la chance d'y rester lucide quelques années avant de s'abandonner eux aussi à cette froideur funeste. Depuis quelques trente-cinq ans qu'il croupissait dans cet endroit, un homme refusait toujours obstinément de s'y abandonner.

Une âme noble, fière et farouche, que même la damnation éternelle n'avait pu appauvrir. Celle de l'homme qui était mort pour son peuple le glaive à la main, mais devait continuer de se lutter alors que sa seule préoccupation devrait être d'aspirer au repos éternel. Il n'avait pas sa place ici, car au grand jamais il n'aurait pu lever l'épée contre ses dieux. Ceux-ci n'étaient pas de cet avis. Ils considéraient que sa vie elle-même était un affront à leur suprématie, à l'ordre absolu qu'ils essayaient d'instaurer et au destin qu'ils avaient tracé. Alors que sur Terre il était encensé pour ses exploits à titre posthume les Cieux n'avaient pour lui que mépris et pensaient le châtier à hauteur de son crime. Tel était le sort réservé à celui qui avait par tous les moyens tenté de briser les chaînes de son destin. Celles qui enserraient la gorge d'un peuple entier...

Hadès lui avait en personne expliqué les raisons d'une telle décision lorsqu'il avait été appelé à comparaître au tribunal divin au moment de sa mort, près de trente-cinq ans auparavant. Rien n'aurait pu changer quoi que ce soit à ce résultat, le verdict avait déjà été rendu lorsqu'il en fut informé. Les divinités ne font que peu de cas des hommes avec lesquels ils jouent, ce ne sont pour eux qu'autant d'insectes qu'ils peuvent écraser à leur guise, à moins qu'ils ne préfèrent se contenter de leur arracher les ailes. Toujours était-il qu'il n'en était pas à sa première entrevue avec le sombre monarque et put aisément reconnaître l'aura sinistre qui était la sienne aussitôt qu'il s'approcha de lui malgré le poids des années. L'épée qui vint se loger sous sa gorge lui en apporta la confirmation.

Léonidas... Toujours aussi insolent. Tu sembles oublier que j'ai tout pouvoir ici. Je pourrais me débarrasser de ton âme à tout jamais en te consumant comme l'erreur de la nature que tu es.

En d'autres circonstances, une épée n'aurait jamais pu l'approcher d'aussi près, fut-elle entre les mains d'un dieu. Mais en l'occurrence, il était pieds et poings liés – et ce n'était rien de le dire. Juché sur un trône taillé à même la glace comme s'il avait été prévu à cet effet, le corps captif de cette prison hivernale, il ne pouvait mouvoir que sa tête. Et encore, il ne fallait pas lui en demander de trop. C'était certes le lot de tout un chacun ici que d'être figé de la sorte mais il s'était maintes fois demandé si cette posture ironique était une requête particulière de la part de ses accusateurs ou une simple fantaisie de la part du Dieu des Enfers.

D'après l'ombre d'un sourire satisfait qui s'était dessiné sur ses lèvres en le voyant - avant qu'il ne l'accueille en ces termes – il pensait connaître la réponse. Malgré sa position délicate, Léonidas ne trahit pas la moindre émotion, ne voulant pas lui faire ce plaisir. Fin connaisseur en matière d'intimidation, il ne savait que trop bien que le Maître des Morts n'irait pas au bout de son geste, qu'importe ce qu'il pourrait dire. Pour bien connaître le spécimen et s'être enragé à maintes reprises de n'avoir pu l'entraîner dans son royaume avant qu'il ne finisse par tomber au champ d'honneur, il ne devait de toute façon pas être étonné qu'il ne manifeste pour lui pas plus de respect – d'autant plus après l'avoir incarcéré ici.

Mais tu n'en feras rien. Parce que si tu es venu me voir, c'est pour une bonne raison. Je doute que tu n'aies rien de mieux à faire que de tourmenter tes locataires. Tu n'aimes pas te salir les mains. Même si tu avais réellement voulu me causer du tort, tu aurais envoyé un de tes larbins le faire à ta place. Je me trompe ?

Hadès marqua une courte pause, déconcerté – ne sachant trop s'il devait s'en offusquer, ou, au contraire, s'amuser de la pertinence de ses propos. Même alors qu'il était perdu aux confins du monde souterrain, il refusait de faillir à sa réputation... Un homme exceptionnel même dans sa non-vie. Cela lui confirma qu'il avait fait le bon choix. Aussi poursuivit-il d'une voix doucereuse, la plus onctueuse dont il soit capable.

Et si je te proposais de revenir à la vie... Qu'en dirais-tu ?

Hein ? Excuse-moi, j'ai de la neige dans les oreilles, je crains de n'avoir pas tout compris.

Tu as très bien entendu. Je te propose de récupérer ton corps. Tu ne connaîtras plus jamais ni la vieillesse ni la maladie, pas plus que la faim, la soif ou le reste de ce qui rend les humains si imparfaits. Un mot de toi et je te rendrai ce qui t'a été dérobé et bien plus encore pour que tu puisses régner à jamais. Un roi tel que toi ne devrait jamais avoir à descendre de son trône.

Tu m'excuseras, mais... C'est un peu trop beau pour être vrai. Où est l'arnaque ?

Le sourire du sombre monarque s'étira imperceptiblement. Quantité d'hommes auraient sauté sur l'occasion sans réfléchir aux conséquences après qu'on leur ait pareillement promis monts et merveilles. Mais pas Léonidas. Et c'était bien parce qu'il était l'exception qu'il avait autant de valeur à ses yeux et qu'il voulait à tout prix l'avoir en son pouvoir. S'il parvenait à le persuader, il serait la clé de Sparte, faisant de lui le chemin le plus direct vers la fin de cette guerre sur la victoire de l'Armée des Morts. Le regard du défunt roi se fit plus perçant tandis qu'il tentait de déjouer les maléfices qui se cachaient derrière cette mine réjouie.

Tu oses me croire malhonnête, Léonidas ? Tu me blesses. Il n'y a pas de contrepartie, pas plus qu'il n'y a de prix à payer. Seulement, tu me devras allégeance puisque ton corps et ton esprit seront alors en mon pouvoir et que je pourrai te faire disparaître à tout moment. Mais ce n'est pas grand chose en échange de la vie éternelle qui s'ouvre devant toi, tu ne crois pas ?

Un long silence s'ensuivit. Le marché était honnête, ou presque : il ne pouvait s'empêcher d'y voir anguille sous roche. Pour avoir déjà une fois été le jouet des dieux, il n'était pas question de risquer que ce soit à nouveau le cas. Aussi ne devait-il rien laisser au hasard sous peine de retomber dans ce cercle vicieux. En réponse, ce fut son corps entier qui se mit à irradier d'une vive lumière écarlate qu'il semblait exhaler par tous les pores de sa peau. Pris dans la glace, il l'était resté des années durant, mais il était à présent temps de s'en libérer... Et une fois que le cosmos qui émergeait de son être eut atteint son point culminant, il n'eut aucun mal à rompre son piège de cristal. Ce pouvoir faisait partie de lui. Cela avait toujours été le cas. Mais il n'en avait pris conscience que dans la mort...

Plaquant la main sur son épaule, il la fit rouler sur son axe.

Très bien. Mais j'y apporte deux conditions.

Je t'écoute... Il ne connaissait pas sa chance... Mais pourquoi pas, ce pouvait être amusant.

La première, c'est que je sois rajeuni à l'âge de vingt-cinq ans. Tant qu'à vivre pour l'éternité, je préfère le faire dans un corps jeune et vigoureux. Tu n'auras pas à t'en plaindre, c'est alors que j'étais à l'apogée de ma puissance. Si tu veux que je me batte sous tes ordres, tu as tout à y gagner.

Accordé. Qu'une telle priorité ait pu germer dans l'esprit du roi agiade était étonnant, mais ce n'était pas un problème. Il l'aurait fait de toute façon pour tirer parti de lui autant que faire se peut aussi longtemps qu'il serait sous ses ordres. Et quelle est la seconde ? Parle, Léonidas, et quel que soit ton voeu je l'exaucerai si je le peux. À ce stade, c'était gagné d'avance.

Un large sourire apparut sur les traits de Léonidas.

D'accord, je veux bien croire que tu es sincère. Je suis désolé d'avoir douté de toi. Mais... nous sommes d'accord pour dire que c'est bien pour moi et moi seul que tu es venu me chercher ? Ma deuxième condition est que tu me fabriques un masque qui me permettra de cacher mon identité, et que tu me promettes que je n'aurai jamais à la révéler contre mon gré. Tu n'auras jamais Sparte.

La mine triomphante du sombre monarque se flétrit en un instant.

Ce mortel... Comment osait-il ? Comment un simple humain osait-il se jouer de lui ? Léonidas avait vu clair dans son jeu depuis le début et avait attendu le dernier moment pour lui en faire part de sorte à ce qu'il ne puisse plus revenir sur sa parole. Fut-il passé maître dans l'art de la ruse et de la fourberie, il est certaines choses qui demeurent sacrées même pour lui. Il n'était guère difficile de deviner que les accords en faisaient partie. Et puis, n'acquérait-il pas déjà un élément inestimable en s'adjugeant les services de celui qui fut l'espoir de tout un peuple ? Il n'en restait pas moins que ce misérable l'avait possédé et que cela se paierait.

Qu'il en soit ainsi. Marché conclu ! vociféra-t-il, en proie à une colère noire.

Un air mauvais se peignit sur son visage tandis que son cosmos obscur déferlait par trombes sur le roi agiade, lui confectionnant un nouveau corps et le précipitant dans un océan de douleur pour le châtier de s'être permis de le manipuler. À présent, Hadès comprenait on ne peut mieux pourquoi ses semblables avaient tenu à l'emprisonner au fin fond du Cocyte. Mais il était trop tard, il n'avait plus le droit de reculer. Grimaçant de douleur, le guerrier légendaire n'émit cependant aucune plainte malgré le traitement inhumain dont il faisait l'objet. Au terme de secondes qui parurent durer une éternité, le sortilège se dissipa et il fut contraint de poser genou à terre, le souffle court, pour reprendre contenance. Cela eut néanmoins le mérite de lui faire voir son reflet dans la glace, démontrant qu'Hadès avait tenu parole. Pari audacieux de sa part que cela, mais par le passé ils lui avaient plutôt bien réussi... Animé d'une force nouvelle, il se redressa prestement, faisant jouer les doigts de sa main d'épée tout en plaquant sur son biceps celle qui y était opposée.

Je vois que tu fais du beau travail. Tu aurais quand même pu venir me proposer ça plus tôt, ça m'aurait évité de passer autant de temps dans cet endroit. En tout cas, tu me vois ravi qu'on ait pu trouver un terrain d'entente ! jeter du sel sur les plaies semblait le divertir plus que lui-même ne l'aurait cru possible.

Tu as voulu faire de moi ton pantin, Hadès, mais depuis le début c'est moi qui tire les ficelles.

Courroucé, le Dieu des Enfers ne daigna rien répondre jusqu'à ce que les ombres projetées sur sa nouvelle recrue ne reviennent vers lui pour le draper d'un manteau de ténèbres dans lequel sa silhouette disparut progressivement. Ce ne fut pas sans délivrer une dernière sentence :

Sois maudit Léonidas ! Tu me paieras cet affront. Savoure bien ta victoire car c'est la seule que tu auras. Tu oublies bien vite que tu es mien désormais, et qu'en tant que tel tu me dois une obéissance totale. Tu refuses de rallier tes hommes ? Bien ! En ce cas, je fais de toi en ce jour et à jamais l'Étoile Céleste de la Solitude, porteur du Surplis du Behemoth. C'est en tant que tel que je t'utiliserai jusqu'à ce que tu tombes en lambeaux. Et alors... Je te ferai regretter d'avoir cru que tu pouvais me défier impunément à tel point que toutes les années que tu as passées ici te sembleront bien douces en comparaison !

Et Léonidas de répondre, dans un sourire goguenard :

Je brûle d'impatience.

▬ Quels sont les évènements qui ont marqué sa vie :

Sparte. La cité n'avait que peu changé depuis la dernière fois. Trente-cinq années venaient de s'écouler mais il avait l'impression que hier encore il voyait pour la dernière fois les murs de sa cité. Il ne pensait pas y revenir vivant. Ce n'avait effectivement pas été le cas. Preuve en était de l'édifice qui trônait devant lui avec arrogance. Un mausolée, majestueux, au coeur duquel reposait sa sépulture. Il lui vint à l'esprit de se demander si son corps s'y trouvait encore ou si Hadès s'en était servi comme base pour construire celui qu'il occupait à présent. Question qui ne trouverait jamais de réponse, il n'irait pas profaner son propre tombeau pour s'en assurer. Non... Ce n'était d'ailleurs pas le sien. Celui qui reposait ici était Léonidas, dix-septième Roi de Sparte, tombé au combat en repoussant l'envahisseur Perse en se battant pour la liberté. Et lui n'était qu'une Ombre.

Un masque posé sur le visage, il observait d'un oeil inquisiteur la statue sculptée à son effigie, se caressant le menton en quête d'une barbe qu'il n'avait plus. Celle d'un homme d'âge mur, là où lui n'était d'après les apparences qu'un hobereau en quête de gloire et de justice. Certes un homme fait, mais bien moins que celui qui se dressait sous ses yeux, ciselé dans la pierre pour que nul n'oublie le visage du héros de la nation... De celui qui avait rendu possible l'impossible. Il n'était plus cet homme-là. L'avait-il seulement jamais été ? Était-il vraiment à la hauteur du portrait que ses pairs peignaient de lui ? Peut-être n'était-ce donc qu'un rêve. Du moins aurait-il pu le penser s'il n'avait eu le Surplis qu'Hadès lui avait confié pour le détromper. Même d'ici, il pouvait sentir son aura sinistre émaner de là où il l'avait laissé.

C'était son collier, l'emblème de son allégeance qui lui rappelait sans discontinuer que ses jours seraient comptés à la première incartade. Ce qui, invariablement, lui remémorait le marché qu'il avait passé avec Hadès et la manière qu'il avait eue de prendre l'ascendant sans qu'il ne s'en aperçoive. Or, pourquoi le sombre monarque en aurait-il eu besoin si, justement, il n'avait point été l'homme de la légende ? Mais s'il lui était déjà arrivé de se battre à l'ombre, jamais il n'avait encore été à ce point cerné par les ténèbres. Il n'aurait jamais pensé non plus devenir l'une d'entre elles. Le vent se leva tandis qu'il reprenait lentement conscience de tout le monde qui l'entoure et de l'agitation qui régnait en ville depuis son arrivée.

Depuis plusieurs années déjà, les habitants célébraient ce qu'ils appelaient les Léonidées – une fête instituée en son honneur. Coutume qui apportait la preuve à elle seule que dans la mort, il avait atteint son objectif. Que sa gloire n'était pas qu'éphémère et que son sacrifice leur avait donné la force de continuer à vivre. Grâce à lui, le peuple de Sparte pouvait encore aujourd'hui avancer la tête haute. Ils n'avaient pas été vaincus. L'ombre d'un sourire passa sur son visage tandis qu'il jetait un dernier coup d'oeil au colosse extrait du granit qui se campait fermement devant lui sur son socle de pierre. La loi spartiate lui avait survécu. Il aurait sans doute eu des raisons de s'en réjouir si ce culte lui avait été dédié mais ce n'était plus le sien. Plus à compter du moment où il avait passé un pacte avec le Diable. Pour autant, sa soif de gloire n'avait pas disparu.

Tout était à refaire...

Porté par l'effervescence qui s'était emparé de la ville le matin même, les enfants s'étaient mis à courir dans les rues, multipliant les jeux pour se divertir dans l'espoir d'un peu plus tard dans la soirée pouvoir dérober l'une ou l'autre coupe d'alcool fort. L'excitation était à son comble, et le souvenir de Léonidas et de ce qu'il avait accompli mettait du baume au coeur à chacun des habitants de ce qui fut son royaume. Nombre d'entre eux se livraient à des courses effrénées à travers les rues de la ville. Sans surprise, l'un d'entre eux, talonné de près par ses camarades, finit par se heurter à la jambe d'un homme de haute stature qui semblait être absorbé par sa contemplation de la représentation du héros mort pour sa patrie.

Malgré le contre-jour, l'enfant ne peut s'empêcher de lui trouver un il-ne-sait-quoi de familier, un air de ressemblance avec quelqu'un qu'il aurait déjà croisé, sans savoir exactement ce qu'il lui évoque. Mais il se détourne bien vite de cet aspect pour ne retenir que la forte impression qu'il lui fait malgré son jeune âge. Une main puissante se referme autour de son poignet et le remet d'aplomb à peine une fraction de seconde avant que sa chute n'aille à son terme. Ébahi, il scrute le visage de son sauveur mais ne distingue qu'un masque noir de jais que ce dernier s'empresse de rajuster, l'ayant un bref instant soulevé pour mieux détailler la figure de pierre.
Ça va, rien de cassé ?

Le gamin frémit sur place. Est-ce dû au son de sa voix qui dispose d'un timbre plein d'emphase comme il n'en a jamais entendu ou à sa main qui pèse sur son épaule et semble irradier d'une chaleur de laquelle émanent force et courage ? Ce n'est définitivement pas un humain normal, mais qui se cache derrière ce masque ?

Euh... Je crois que ça va...

Tu devrais regarder où tu cours. Tu ne voudrais quand même pas t'estropier avant d'avoir pu devenir soldat, pas vrai ?

Merci... Mais vous êtes qui ?

L'étranger fait alors volte-face et s'éloigne sans mot dire, feignant de n'avoir pas entendu cette question. C'est vrai, ça, qui est-il ? Lui-même ne le sait pas vraiment. Celui qu'il était autrefois n'existe plus, ne peut plus exister. Sans cela, le message transmis par sa mort n'aurait servi à rien et la force de son sacrifice disparaîtrait dans le néant. L'histoire était déjà écrite. Il y avait laissé son empreinte. Pour rien au monde il ne voudrait changer cela. Ce n'était pas en soi une fin heureuse, mais il n'était pas question de la modifier. Sparte... Non, la Grèce devait pouvoir se souvenir du combat qu'ils avaient mené. Sa place n'est plus ici. Pourtant, il n'y avait rien qui aurait pu l'empêcher de continuer à veiller.

Il avait versé son sang jusqu'à la dernière goutte et celui-ci coulait désormais dans les veines de l'antique cité. C'était à présent une certitude : sa mort ne serait pas oubliée. Ainsi pouvait-il s'en aller le coeur léger vers le chemin sombre et tortueux qui l'attendait désormais... Rehaussant le sac en toile de jute qu'il transportait sur son dos, il lui adressa un vague signe de la main et partit sans se retourner. Il appartenait déjà au passé.

Juste un voyageur de passage...



Description du Héros



Fidèle à sa réputation, Léonidas est l'archétype du guerrier dans toute sa splendeur. Comme le veut la logique, il a subi un entraînement spartiate qui n'a fait que raffiner le diamant brut qu'il était dès la naissance. Ainsi est-il « bien bâti », encore que ce terme ne suffise pas à le définir. Nombreux sont les récits épiques qui dépeignent sa physionomie comme n'ayant rien à envier à celle d'un dieu grec, si bien que c'est par jalousie que ceux-ci auraient semé tant d'embûches sur sa route. Ce n'est que d'autant plus vrai maintenant que son retour à la vie l'a soustrait du poids des années pour le ramener à l'époque où il était à son apogée. Lance, épée, bouclier et bien d'autres n'ont aucun secret pour lui tant il s'est entrainé à les manier, mais il n'est pas en reste non plus quand l'on en vient au combat à mains nues.

Ainsi se montre-t-il un combattant parfaitement équilibré capable de s'adapter à n'importe quel adversaire et à utiliser de manière optimale les ressources mises à sa disposition, même si tout porte à croire qu'il n'a absolument aucune chance de l'emporter. Il est ici question d'un véritable foudre de guerre qui, non content de n'avoir pas son pareil sur le terrain, est en plus capable de concevoir les plus brillantes tactiques militaires en un éclair. Connu à la fois pour sa bravoure et pour son audace, il est entré dans la légende comme plus grand roi que Sparte ait connu et est unanimement reconnu comme un héros de guerre qui n'aura jamais son pareil en dépit du fait qu'il ait couru à une mort certaine. Le combat qu'il a mené aux côtés des siens est une perpétuelle source d'inspiration pour ceux qui leur ont succédé.

Malgré sa cure de jouvence, Léonidas n'a rien perdu de ses qualités. Ainsi reste-t-il le meneur charismatique qu'il a toujours été, sans nuancer un seul instant sa philosophie de vivre chaque jour comme le dernier. Ses discours ont su soulever les foules et galvaniser ses hommes alors même que tout semblait perdu et leur batailles désespérées. Grand orateur, il jouit d'une force de conviction comme on n'en voit qu'une sur plusieurs générations et sait fasciner les hommes et les femmes par la foi qu'il apporte à ses propos. C'est un homme de principes qui sait croire en ses rêves et ne renoncera pas tant qu'il se battra pour une cause en laquelle il croit.

Cela en fait un bon vivant qui cherche à vivre intensément chaque instant, ce qui lui permit de faire la grandeur de la cité alors que l'on disait de lui qu'il était l'incarnation de l'esprit de Sparte. Il ne refuse jamais un combat pour peu qu'il estime qu'il vaut la peine d'être livré et n'aura de cesse d'être l'adversaire le plus honorable que l'on puisse trouver, car il n'y a point de gloire dans un combat que l'on n'a pas soi-même remporté.


Attaques et Pouvoirs

Shadow Hunter
Léonidas projette une ombre gigantesque en forme de tête de Behemoth – il lui est néanmoins possible de varier ce détail et il se contente le plus souvent de la sienne à moins de lui préférer celle de l'un de ses animaux les plus symboliques. Ceux qui ont le malheur de marcher dessus sont alors pris au piège et dans l'incapacité de réaliser le moindre mouvement. Il n'est pas rare que ceux qui en soient victimes s'imaginent avoir été paralysés par son seul panache – le plus souvent les moins habiles en terme de détection de cosmos. Léonidas est cependant tout à fait libre de ne leur infliger qu'une paralysie partielle, que ce soit pour ménager ses forces ou pour les affronter sans qu'ils ne puissent se sauver.

Real Brutality
Léonidas laisse exploser la violence de son cosmos autour de lui, permettant à ses adversaires d'en prendre toute la mesure. On peut voir là une provocation de sa part mais il n'en est rien : ce n'est que l'expression la plus pure de la puissance qui sommeille au fond de lui, et de ce fait de ce à quoi ils s'exposent s'ils ont le malheur de l'affronter. Ce n'est cependant pas là la seule utilité de cette technique dont le but premier est de convertir toute cette brutalité pour ensuite la laisser prendre toute son envergure en frappant le sol pour l'y insuffler. Cela aura alors pour effet de le faire voler en éclats sur plusieurs mètres – voire plusieurs dizaines s'il s'en donne la peine – et de créer un tremblement de terre, soulignant l'hégémonie du Behemoth en tant que plus grande et plus puissante créature terrestre.

Black Sun Rising
Souvenir de son combat à la bataille des Thermopyles alors que ses troupes étaient contraintes de se terrer derrière leurs boucliers. Léonidas n'a pas oublié cette pluie de flèches si dense que le soleil lui-même semblait disparaître derrière. Ainsi est-ce à son tour désormais d'obscurcir la voûte céleste d'une nuée sans fin dont les traits transperceront son adversaire jusqu'à ce qu'il soit incapable de se relever. Cette pluie de flèches est telle qu'à mesure que l'ennemi s'en fait transpercer, il perd peu à peu tout espoir d'un jour revoir la lumière du jour et s'abandonne au désespoir, démontrant une fois de plus la supériorité des spartiates qui, eux, n'ont pas flanché un seul instant dans la même situation. À noter que les tirs n'émanent pas de son propre corps mais semble être issue d'un régiment d'« archers invisibles ».

Gordius Wheel
Consiste à invoquer un antique char de guerre de taille imposante. Ses dimensions excèdent de très loin ce qui se fait habituellement en la matière et il est tiré par une paire de taureaux disposant eux-même d'une taille surnaturelle par rapport aux standards de leur espèce. Ainsi, les flancs du véhicule sont nantis de faucilles recourbées dont l'utilité est tout simplement de détruire les obstacles environnants et d'en projeter les débris sur ses ennemis. Plutôt que de toucher le sol, les taureaux et le char voyagent en chevauchant la foudre - ce qui leur permet de se déplacer dans les airs. Ils génèrent des grondements de tonnerre ainsi que des réseaux d'éclairs à chaque pas. Chaque coup de foudre est d'une puissance égale à celle que déploient bon nombre de Chevaliers lors d'une attaque ordinaire menée sans retenue.

Ionioi Hetairoi
Their bodies may return to ash, but their spirits still hear my call ! These men are my legendary heroes – my loyal followers ! They’re my true friends - breaking the rules of space and time to fight once more at my side !

Sa carte maîtresse et sa plus puissante attaque. Léonidas génère une autre réalité qui consiste en un immense désert sous un ciel sans nuage. Une armée colossale fait alors son entrée pour répondre à ses ordres, chacun de ceux qui la composent étant les « fantômes » des soldats qui se sont battus à ses côtés, continuant à le suivre et à le servir même après leur mort. Dès lors, le Roi de Sparte n'a plus qu'à chevaucher son cheval en profitant de ce terrain clair et dégagé afin de charger en avant, suivi par son armée, pour écraser ses ennemis. Il lui est également possible de convoquer ses soldats dans le « monde réel » mais la dépense d'énergie est alors considérablement plus élevée.

Lorsqu'il se trouve à l'intérieur, sa seule communication possible avec l'extérieur se fait par l'un de ses soldats qu'il peut à loisir envoyer « de l'autre côté » mais il est à cette seule exception près impossible d'en sortir ou d'y pénétrer, à moins que l'arcane ne soit levée. Sa position sur ce champ de bataille ne dépend que de lui, ce qui lui permet de prendre place en première ligne ou au contraire de constituer l'arrière-garde selon ses besoins ou l'adversaire qu'il a en face de lui. Il peut librement organiser les positions de ceux qui l'accompagnent à l'intérieur, si bien qu'il ne dépend que de lui de mettre ses alliés en sécurité et d'aligner ses ennemis en face de son armée.









© Never-Utopia


Dernière édition par Leonidas le Jeu 20 Juin - 8:21, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Mar 18 Juin - 21:19

*0* ooow yess ça va roxxer du mouton fringuant !

Un Léonidas en Béhémoth... mon dieux ! Que c'est bon ça! Même si le saint du lion aurait été plus approprié, pour RP ça va être le pied *.*

Bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de lire tout ça et de RP avec toi

Hésites pas à poser des qeustions si tu en as, Manas et Agis font ça très bien

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonidas
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
avatar


messages : 32
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Jeu 20 Juin - 8:23

Présentation terminée.

À titre d'information, mon Shadow Hunter est un équivalent du Kagenui que Violate utilise dans Lost Canvas, j'ai juste préféré changer le nom pour ne pas que ça fasse trop tache. Si toutefois vous avez besoin de plus de précisions sur quelque point que ce fut, n'hésitez pas à me le faire savoir. Dans tous les cas, je vous souhaite par avance une bonne lecture et vous remercie pour vos commentaires ainsi que pour le temps que vous y consacrerez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Jeu 20 Juin - 13:19

Après lecture et relecture ...

J'aime beaucoup l'originalité que tu apportes au personnage, le fait qu'il ai défié les dieux comme tu l'as annoncé, préférant donner sa vie pour ses frères que de craindre le couroux des déités. Cela donne une petite note humaine et héroïque au personnage, bien qu'il le soit de base, ça promet d'être intéressant à exploiter pour un spectre.  

J'apprécie également la ruse du personnage, la scène ou tu le fais parler directement à Hadès, les deux parties ayant trop de fierté pour lâcher l'affaire et se soumettre à l'autre. Enfin, il est dommage qu'on n'en sache pas plus sur les ressentis du personnage à la fin, lorsqu'il est en phase de fuir la ville après avoir observé sa propre statue, mais j'imagine que tu verras tout cela en RP de toute façon

Les attaques me vont pour le moment, si tu désires les changer ( ne sait-on jamais ) n'oublies pas que tu pourras les modifier dans ta fiche de personnage qui sera crée ici après ta validation définitive > http://estreetest.forumactif.org/f8-bibliotheque-des-heros <

Je te donne ma première validation,
Bon courage pour tes RPs et passes de bons moments en notre compagnie oh mon maître vénéré /sbaaff/

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agis

avatar


messages : 167
Date d'inscription : 11/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Écaille du Dragon des Mers
Titres: 0

MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Jeu 20 Juin - 18:36

Ok pour l'histoire. On verra pour les attaques quelques détails plus tard mais validation oki !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis no rê
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
Fonda // Prêtresse d'Hadès//Surplis du Balrog.
avatar


messages : 653
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : THIS IS SPARTAAAAAAA

Fiche de Personnage
Protection Divine: Alceste Surplis du Fossa, étoile céleste de la Férocité
Titres: 0

MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   Jeu 20 Juin - 18:47

Parfais, je lock et je déplace ^^!

Pour les attaques, nous verrons cela par Mp ou dans la bibliothèque. =')

____________________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leonidas ~ For tonight, we dine in Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tonight, we dine at McDonald's ! [Che Fang & Raphael Mercury]
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: bibliothèque :: Inscriptions Archivées :: Personnages en activités-