AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyros
Chevalier du Sagittaire
Chevalier du Sagittaire
avatar


messages : 77
Date d'inscription : 24/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Or du Sagittaire
Titres: 0

MessageSujet: Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire   Mer 24 Avr - 21:31


Parlons un peu de vous:


▬ Comment avez-vous connu le forum? :
Top Site

▬ Quel est ton expérience RP? :
Euh... *compte sur ses doigts* 7 ans ?

▬ Remarques où demandes particulières :
ici - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières - Remarques où demandes particulières





Chevalier d'or du sagittaire
Kyros



• [age]
• [sexe]
• [divinité protégé]
• [armure]
• [23]
• [homme]
• [Athéna]
• [armure d'or du sagittaire]


Mon passé me rattrape...


▬ Background du personnage :
Vous la voyez l'île là, au Sud ? Oui, cette île qui ressemble à une banane pas très en forme... Cette île qui, au cours de l'Histoire de la Grèce Antique, a préféré s'occuper des ses conflits internes plutôt que de s'impliquer dans ceux plus globaux concernant la Grèce et ses cités capricieuses. Cette île, la Crète. Alors que les cités grecques étaient occupées à guerroyer contre les Perses, contre d'autres cités grecques, à sillonner la mer Egée de long en large, la Crète, elle, se suffisait à elle-même. Elle se suffisait à elle-même dans le sens où elle n'avait besoin de personne d'autre pour se créer des problèmes, ses habitants – après une lointaine heure de gloire passée – étant bien trop occupés à mener des guerres civiles au sein de cette petite île dont la vie politique et sociale était on ne peut plus instable. Les uns et les autres se déclaraient la guerre du jour au lendemain pour des contrariétés plus ou moins grandes. Toujours est-il qu'au final, personne n'était jamais d'accord là-bas dedans.

Essayez donc d'imaginer un peu ce que donne une enfance vécue dans un pays aussi instable. Ben une enfance pas très stable, tout simplement. Mais pour un natif de la Crète, descendant d'une famille dont la seule qualité était de pouvoir être envoyée au combat en guise de chair à canon à chaque guerre civile, Kyros ne s'en était au final pas trop mal sorti. En vérité, les tragédies familiales s'étaient d'ores et déjà effectuées avant la naissance du futur Chevalier d'or, lequel vit donc le jour dans une famille où il manquait certes quelques oncles, tantes et cousins, mais qui lui offrit une enfance pas trop traumatisante. Quand je dis pas trop, c'est parce qu'il faut relativiser, hein. Dans un pays où le voisin est prêt à taper sur l'autre voisin du jour au lendemain pour une raison X ou Y – généralement connue des castes supérieures de la société – il ne faut pas non plus s'attendre à vivre une enfance insouciante.

Et de ce fait, Kyros fut, dès son plus jeune âge, initié à l'art de la guerre, voire même à l'art de la survie. Car ce qui distinguait les Crétois des Grecs, c'était entre autre leur tradition martiale. Si les hellénistes considéraient que les moyens loyaux de lutter contre l'adversaire demeurait en la lance, le bouclier et l'épée, les Crétois n'avaient quant à eux aucun scrupule à user des arcs et des flèches, considérées comme moyens déloyaux par les grand penseurs de l'armée grecque. Et si, au final, les armées des cités grecques étaient tout de même pourvues d'archers – la stratégie primait sur l'honneur, de temps en temps – les Crétois étaient néanmoins réputés pour être des archers hors pairs comparés à leurs voisins péninsulaires. Or donc, pour survivre à un épéiste que l'on voit arriver de loin, rien ne valait une flèche coupant court aux idées des plus belliqueux. Ainsi fut donc éduqué Kyros, qui se retrouva comme, un certain nombre de Crétois, à tendre la corde d'un arc dès qu'il en fut capable. Peu importait l'honneur, il fallait tout d'abord survivre – et notons que, dans une bataille, les archers étaient ceux qui avaient le plus de moyens de survivre une fois que les choses tournaient mal.

Cette éducation, guerrière de manière plus générale, fut le fruit des exigences de la vie, car la seule tragédie familiale que connut Kyros, ce fut la mort de celle qui l'avait mis au monde. Néanmoins trop jeune pour s'en souvenir, le Crétois grandit sous l'égide de son père, sans en garder de grandes séquelles psychologiques. Et comme un certain nombre de Crétois désabusés par les incessantes guerres civiles frappant leur île natale, le père de Kyros ne tarda pas à se reconvertir en tant que mercenaire auprès des armées des cités grecques, une fois les premières années de vie et d'éducation de son fils passées. Si bien que, lorsque Kyros atteignit les sept ans, lui et son père quittèrent la Crète et mirent les voiles pour Athènes, pour ne plus jamais revenir. Et le seul souvenir impérissable que garda Kyros de la chose fut le terrible mal de mer qui le frappa au cours du voyage vers la cité grecque.

Les premiers jours au sein de la cité grecque ne furent pas des plus aisés, les étrangers de passage n'étant guère bien considérés au sein d'Athènes. Kyros et son père eurent néanmoins la chance d'être repérés par un citoyen du nom de Leandre connaissant la notoriété des archers crétois, lequel devint leur prostàtês, leur offrant de fait un toit ainsi que le statut de métèque. Les mercenaires crétois étant monnaie courante au sein de l'armée athénienne, le mère de Kyros n'eut aucun mal à trouver sa place dans la société de la cité grecque, et put également continuer à éduquer son fils. Lequel attira l'attention de Leandre et de son fils, qui lui permirent d'élargir quelque peu ses horizons en lui inculquant quelques notions de sciences, de géographie et de philosophie. De même qu'ils l'aiguillèrent vers le culte de la déesse Athéna, auquel il s'adonnait déjà de manière plus ou moins formelle.

Par ailleurs, le fils de Leandre, du nom d'Elros, ne tarda pas à manifester des facultés en rapport avec le cosmos, et ne tarda pas à se rendre en compagnie de Kyros au Sanctuaire d'Athéna. Au sein duquel les facultés de ce dernier furent également décelées, ce qui les amena à s'entraîner ensemble afin de briguer une Armure de Bronze qui fut finalement remise à Elros en récompense de ses efforts. Car en dépit du potentiel dont recelait Kyros, l'Armure se refusa à lui, car au moment de l'épreuve, le doute avait empli son cœur. Et le lendemain, alors que Elros vivait le premier jour de sa vie en tant que Saint d'Athéna, Kyros retourna auprès de son père à Athènes afin de prendre un peu de recul avec les événements. Par la suite, Kyros retourna ponctuellement au Sanctuaire afin de s'enquérir de l'état de son ami Elros et d'entretenir son propre cosmos, mais refusa de participer à une nouvelle épreuve afin d'obtenir une autre Armure de Bronze que celle portée par Elros.

En vérité, il ne voulait pas de l'armure d'Elros, pas plus qu'il ne voulait une autre armure à ce moment-là. Car plus que les intérêts louables de la déesse Athéna, c'étaient ceux de la cité d'Athènes qui lui importaient. Il avait finalement réussi à se faire une place aux côtés de son père au sein de l'armée de la cité grecque, et bien que Athènes doive son nom à la déesse de la Guerre, il n'était pas certain que cette dernière irait jusqu'à défendre les intérêts de la cité. Alors qu'Elros était occupé à défendre la déesse, Kyros estimait que c'était à lui de défendre la cité de son ami, une cité qui, malgré les taxes qu'elle imposait aux métèques, s'était révélée plutôt accueillante – il avait par ailleurs ouï dire que Sparte excluait de temps à autre les étrangers qui y résidaient, à la différence des Athéniens qui se montraient plus cléments. Restant plutôt proche du Sanctuaire, mais refusant de faire partie des guerriers d'Athéna – se trouvant accessoirement bien mieux à manier un arc plutôt que de manipuler le cosmos en se battant à mains nues – Kyros aurait pu choisir de rester parmi les héros indépendants des dieux si il n'y avait pas paradoxalement eu le conflit opposant Athéna, Hadès et Poséidon au sein du domaine divin.

Comme nombre de Chevaliers au service d'Athéna, Elros se retrouva impliqué dans ce conflit, qui prit brutalement fin suite à l'intervention de Maître des Cieux. Et quand bien même Zeus mit fin au conflit de manière prématuré, bien des serviteurs des trois dieux perdirent la vie au cours de celui-ci, dont Elros, qui n'était après tout qu'un simple Chevalier de Bronze.

Le monde des hommes n'apprit que très tardivement l'existence du conflit qui avait eu lieu au sein de l'Olympe. Ce n'est d'ailleurs qu'à la fin de celui-ci que Kyros sut qu'il s'était déroulé un événement gravissime atteignant les trois dieux, mais aussi leurs fidèles. A la demande de Leandre, et suivant par là même ses sentiments, le jeune Crétois se rua au Sanctuaire, uniquement pour constater les conséquences terribles du conflit qui avait eu lieu dans le domaine divin. Nombre d'armures se trouvaient là, sans porteur, tandis que le Sanctuaire, d'habitude si animé, n'était que l'ombre de lui-même, se morfondant dans la peine et le deuil. Entre les blessés et les morts, Kyros parvint à retrouver ce qui n'était plus que l'ombre de son ami, lequel avait été privé de deux de ses sens avant d'avoir été brutalement renvoyé au Sanctuaire par la volonté de Zeus, comme tous les guerriers d'Athéna qui avaient été présents au sein de l'Olympe lors du déchaînement du dieu de la Foudre.

Cependant, Elros n'avait pas fait que perdre ses sens au cours de la bataille, et il ne tarda pas à laisser derrière lui un corps sans vie, une nouvelle armure sans porteur. Sous les yeux de Kyros, le fils de Leandre avait vu la mort l'emporter, confiant ainsi ses derniers mots à son ami qui n'avait pas combattu à ses côtés. Ces derniers mots avaient formé un vœu. Un vœu pour lequel Kyros était sensé vivre, un vœu pour la déesse Athéna. Balayant les alentours désolés de son regard céruléen, le jeune homme s'était résolu à suivre les dernières volontés de son ami.


▬ Pourquoi défend-il cette divinité :
Quel Athénien digne de ce nom ne vouerait pas un culte à la déesse qui a donné son nom à cette majestueuse cité ? Depuis son arrivée à Athènes, Kyros a appris à vénérer comme il se doit la déesse de la Sagesse et de la Guerre, envers laquelle étaient d'ores et déjà tournées ses prières lors de sa vie en Crète. Enfant de mercenaire crétois, il a rapidement appris l'importance de la stratégie et de l'art de la guerre, et s'est de ce fait tourné naturellement vers la déesse Athéna, comme l'avait déjà fait son père. Et si la Guerre s'est imposée d'elle-même dans la vie du jeune Crétois, a cependant refusé de s'abandonner à la violence et à la mort allant de pair avec ce concept, qui auraient pu faire de lui un disciple d'Hadès. Ce refus, loin d'être la conséquence d'une préférence sentimentale pour la déesse de la Guerre, est dû à la répugnance que Kyros éprouve à ôter la vie, malgré l'omniprésence de la guerre dans son existence. Loin de s'imaginer que le monde peut être fait de paix, d'arcs-en-ciel et de papillons, le Chevalier du Sagittaire connaît la nécessité d'ôter des vies lors d'un conflit, mais n'y prend pour autant pas de plaisir particulier, et c'est probablement l'une des raisons pour lesquelles le culte d'Hadès ne l'a jamais attiré. Bien que rendant hommage aux morts, Kyros est homme à se tourner vers les vivants plutôt que de se morfondre pendant une éternité sur ceux qui ont trépassé. Le respect de ceux qui ont donné leur vie et le fait de se morfondre sur la dureté de la vie sont deux choses bien différentes à ses yeux. La vie, c'est dur, mais ça vaut bien mieux que la mort. S'il devait vous résumer la chose, c'est ainsi qu'il vous le formulerait.

Mais pourquoi pas Poséidon, alors ? Tout simplement parce que Kyros n'a jamais ressenti un quelconque attrait envers le monde maritime, et que la grâce d'Athéna l'a bien plus influencé que celle de Poséidon. Peut-être que son mal de mer n'est pas totalement étranger à ce genre de sentiment, mais toujours est-il que, entre une terre à peu près en paix ou un monde noyé sous le joug de Poséidon, le Chevalier du Sagittaire a vite fait son choix. Pas qu'il n'ait réellement eu le choix en réalité, puisque, avant de se rendre compte de la réalité de Poséidon, il était déjà fortement ancré dans celle d'Athéna, et lui tourner le dos en prétextant que le tourisme océanique, ça pouvait être pas mal, ça ne se faisait vraiment pas.

En somme, entre mourir, se noyer ou vivre, le Sagittaire a rapidement fait son choix. C'est certes quelque peu caricatural, mais pas totalement faux non plus. Et s'il possède un tant soit peu le fameux sens de la justice des Chevaliers d'Athéna, c'est également par intérêt qu'il a choisi de défendre la Déesse de la Guerre. Parce qu'il n'est pas naïf au point de croire que chacune des actions d'Athéna est guidée par la notion de Bien, notion bien subjective soit dit en passant. Et quand bien même la Déesse de la Guerre voudrait faire le Bien, Kyros ne doute pas que parfois, ce Bien là n'est pas une solution. Pour lui, Athéna, c'est plutôt le moindre Mal. Mais il le vit bien. Et évite de le crier sur les toits.

Quant à savoir pourquoi il a décidé de finalement s'enrôler en tant que Chevalier d'Athéna plutôt que de figurer parmi les héros de l'humanité, la question est un tantinet plus compliquée. Mais suite au conflit des Dieux et suivant les volontés de son ami Elros, Kyros s'est fait élire par l'Armure du Sagittaire et trouve, qu'au final, ce n'est pas plus mal ainsi.

▬ Comment a-t-il eu son armure :
Malgré ses nouvelles résolutions, Kyros sentit que l'armure d'Elros ne lui conviendrait pas. Elle l'avait refusé une fois, et il savait que s'il devait passer le reste de sa courte vie de guerrier en compagnie d'une armure, ce ne serait pas avec celle qui l'avait déjà rejeté. Et qu'il avait déjà rejetée. Puisque dans le fond, il savait qu'il était autant responsable que l'Armure de Bronze de son échec lors de sa première tentative de devenir un Chevalier d'Athéna. L'Armure, plus qu'une protection, était un allié. Un allié face à l'adversité, un allié avec lequel il ne pouvait se permettre d'avoir des dissensions, passées ou futures. Et, quelque part, il savait également que l'armure d'Elros ne lui conviendrait pas à cause de ses prédilections dans certains domaines plus que d'autres.

Alors il se releva, laissant derrière lui le corps et l'Armure de son ami, et commença à errer dans le Sanctuaire muré dans un silence de tristesse et de deuil. Sur son chemin se trouvèrent des morts, des vivants, des Armures et des espoirs. Car il joua malgré lui le rôle de celui qui recueille les dernières volontés de chacun, faisant preuve d'une empathie pour laquelle il fut par la suite respecté. Et il sut dès lors qu'il n'avait plus le choix, qu'il s'était engagé sur la voix d'Athéna avant même de rencontrer l'Armure qui lui était destinée, car d'ores et déjà, il était considéré comme faisant partie des partisans d'Athéna. Car le combat ne se menait pas seulement sur le champ de bataille, et le combat de celui qui survit était à présent le sien. Portant le fardeau de ceux qui quittaient ce monde, Kyros cherchait, cherchait sans présomption sa future alliée dans ce qui allait être le reste de son existence.

Sans grandes ambitions, son regard céruléen n'avait pas cherché à se poser sur une Armure particulière, une Armure plus puissante que les autres ou quoi que ce soit. Sa seule ambition était celle de trouver un Armure qui répondrait à son appel, à son offre. Qui le ferait avec justesse, en sachant voir tout ce que son être recelait. Et Kyros était loin d'imaginer que son existence recelait de trésors qui, loin de le porter vers une Armure de Bronze comme il le pensait, mena ses pas jusqu'à l'entrée de la Première des Douze maisons zodiacales. Croyant d'abord à une erreur, ne s'estimant pas forcément digne de revêtir l'une des Douze armures d'or, le jeune homme fut tenté de rebrousser chemin, avant de, finalement, pénétrer la Maison du Bélier, se disant que, de toute façon, il n'avait rien à perdre à essayer de suivre cet étrange instinct qui voulait lui faire gravir les marches du Sanctuaire.

Ainsi, il traversa les Maisons zodiacales sans que personne ne chercha à l'arrêter. Car ceux qui posaient leur regard sur le jeune homme savaient d'ores et déjà qu'il n'était pas destiné à l'ordinaire. Son cosmos s'était d'ores et déjà teinté d'une lueur doré, et au fur et à mesure qu'il gravissait les marches du Sanctuaire, celui-ci l'entourait peu à peu de cette aura propre aux Chevaliers d'or. Et lorsqu'il eut franchi la Maison du Scorpion pour se retrouver devant celle du Sagittaire, Kyros sut qu'il s'y trouvait ce qu'il avait cherché durant cette interminable journée, qui avait eu son lot de peines et d'espoirs. Il hésita un bref instant, se demandant si il était réellement digne de ce qui l'attendait. Mais se sentant à la fois poussé en avant par une partie de son être et attiré par un appel mystérieux, il franchit la porte de la Maison du Sagittaire, laquelle, silencieuse et vide de présence humaine, présentait l'Armure d'or du Sagittaire en son centre, cette statuette dorée du centaure ailé visant de sa flèche et de son arc l'avenir lointain.

Son regard céruléen rivé sur le Totem, le jeune homme s'approcha lentement de ce dernier. Et l'inévitable se produisit. Malgré ses réticences, Kyros sut que cette Armure lui était destinée. Et, répondant à ses certitudes, le Totem ne tarda pas à se démanteler, pour que viennent s'apposer une à une sur le corps du Chevalier du Sagittaire les parties de son Armure, tandis que celui-ci se sentit atteindre un nouveau niveau de cosmos, dont l'éveil avait débuté alors même qu'il avait commencé à s'entraîner en compagnie d'Elros afin de briguer son Armure de Bronze.

Tout comme l'Armure du Sagittaire qui était venue à lui, se mêlant à son existence pour ne faire qu'un avec lui, il sentait s'éveiller totalement ce Septième Sens qu'il n'avait cessé de côtoyer sans jamais véritablement l'atteindre au cours de toutes ces années passées d'existence.


▬ Quels sont les évènements qui ont marqué sa vie :
Question intéressante... Par laquelle Kyros vous répondra que tous les événements de sa vie l'ont marqué. Peut-être remarquerez-vous une pointe d'espièglerie dans sa voix lorsqu'il vous répondra cela, mais toujours est-il que cette réponse demeure en partie vraie. Car Kyros a un désir particulier : ne rien manquer de sa vie, et la vivre pleinement, tout en essayant d'en garder le souvenir le plus exact possible, sans jamais pour autant se replonger dans le passé pour ne jamais y ressortir.

Sa vie en Crète l'a marqué, par l'éducation si particulière que dut lui inculquer son père. Et pour autant, il n'a jamais regretté avoir passé des heures et des heures à parfaire son art du tir à l'arc, corrigeant le moindre millimètre dans sa position de tir afin de pouvoir viser avec la plus grande des précisions.

Son voyage en Grèce l'a marqué. Non seulement parce qu'il y a eu ce mal de mer dont Kyros vous dira des nouvelles – en employant tout un tas de noms d'oiseaux au passage – mais aussi car il a marqué le début d'une existence différente. Les premiers jours, avant que Leandre ne se positionne en tant que prostàtês des deux Crétois, l'ont marqué par leur rudesse, car les Athéniens ne sont pas des plus doux envers les étrangers de passage. Par la suite, ce furent l'altruisme et la gentillesse de Leandre qui le marquèrent, qui accepta de prendre sous son aile deux étrangers uniquement par une simple épreuve qu'il imposa à son père : tirer sur une pomme à trente mètres à l'aide d'un arc et d'une flèche.

Ses années au sein de la maison de Leandre l'ont marqué. Loin de brimer ses protégés, Leandre leur a offert le gîte mais également l'éducation dont manquait Kyros. Quant à Elros, c'est son amitié qu'il a offerte à un jeune Crétois déraciné. Peut-être même plus, mais cette fraternité tacite n'était jamais nommée en tant que telle, car métèques et citoyens d'Athènes ne sont pas à mettre dans le même panier.

Sa découverte du cosmos l'a marqué. Car elle a signifié pour lui la différence, la différence entre lui et peu d'êtres privilégiés et le reste des mortels n'ayant pas accès à ce don. Loin de s'en complaire, il l'a d'abord craint, avant d'apprendre à le maîtriser en voyageant au Sanctuaire et profitant de la même formation que son ami Elros. Pour lui, il ne s'agissait pas d'une marque de supériorité. Mais d'une différence.

Son échec à devenir un Chevalier de Bronze l'a marqué. Car cet échec a également signifié la réussite de son ami Elros. Et il a également signifié que la voie que Kyros allait prendre ne serait pas celle des Chevaliers d'Athéna, tout du moins pendant ces années pendant lesquelles Elros a officié en tant que Chevalier de Bronze au Sanctuaire. Loin d'abandonner le cosmos, qui faisait partie intégrante de lui, Kyros a choisi de rester à Athènes, afin de protéger les mêmes choses que son ami, mais d'une manière différente.

Et ces années passées au sein de l'armée d'Athènes l'ont marqué. Car ce que cette dernière défendait était légèrement différent de ce que pouvait protéger le Sanctuaire. Car si ce premier revendique la défense de la paix et de la justice, l'armée d'Athènes, elle, protège uniquement les intérêts de la cité grecque. Et, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, cette vision des choses a fait mûrir Kyros, non pas en l'entraînant dans cette logique d'intérêt, mais en lui montrant la relativité de toutes choses. Et durant ces années de service pour Athènes, Kyros a également vu se développer les tensions entre les cités grecques du Péloponnèse et la Ligue de Délos. Il a vu de plus près les champs de bataille, qui, auparavant, lui avaient semblé plus loin à travers le voile de l'immaturité et de la protection paternelle. Car ces guerres, loin de lui enlever la vie de son père, a tout de même provoqué un changement chez ce dernier : lui qui considérait son fils comme un enfant l'a considéré sur le champ de bataille comme un homme.

Et, finalement, le conflit des trois Dieux l'a marqué de manière indélébile, lui volant la vie d'un ami cher, changeant son choix de vie et l'amenant à rencontrer son plus grand allié de son existence : l'Armure du Sagittaire.

Et depuis ce jour, sa vie au Sanctuaire le marque continuellement. Par de nouvelles rencontres, par d'anciennes confessions, par des liens de confiance renouvelés. Car si les Chevaliers d'Athéna ne voient pas Kyros comme un meneur – son arrivée est trop récente pour cela – ils le considèrent néanmoins comme un senior de confiance, comme à la fois une valeur sûre, mais aussi un homme très accessible, dont la condition de Chevalier d'Or n'a en rien altéré le contact social. Loin d'être hautain et méprisant, Kyros est à l'écoute, et sans être d'une sagesse inouïe, il sait apporter aux Chevaliers ces moments de détente dont ils ont besoin.




Description du Héros

Spoiler:
 

Kyros est un homme dans la fleur de l'âge. Bien bâti, un mètre soixante douze, il n'est certes pas le meilleur prétendant au titre d'armoire à glace du siècle, mais possède tout de même une silhouette qui est le fruit d'années d'entraînement, et qu'il entretient régulièrement en vue des batailles à venir – car il sait pertinemment qu'il y en aura. Si l'on compare sa force brute à celle des autres chevaliers d'or, il ne sera probablement pas le meilleur dans le domaine, mais il compense par une agilité et une souplesse qui lui permettent de gagner en vitesse et en réactivité lors des affrontements. Car avant tout, Kyros est un arc et des flèches, et non une lame ou un poing. S'il se doit de pouvoir tenir un affrontement à mains nues en tant que Chevalier d'or, c'est arc en main qu'il brille le mieux et qu'il est capable de faire des ravages.

Et de ce fait, l'arc d'or du Sagittaire quitte rarement les mains du Chevalier, qui, la plupart du temps, arbore son armure dans la totalité – étant donné que, de toute façon, il passe la majeure partie de son temps au Sanctuaire. Celle-ci, qu'il a héritée il y a peu du précédent Chevalier du Sagittaire, offre l'une des meilleures protections au monde à Kyros, en plus de lui faire bénéficier des ailes du Sagittaire ainsi que de son arc et de sa précieuse flèche. Il arrive de temps à autre que Kyros n'arbore pas le diadème de l'armure, dépendant de son humeur, le remplaçant parfois par un simple bandeau de tissu ceint autour de son front. Et lorsqu'il ne revêt pas l'armure du Sagittaire, Kyros ne se distingue en rien de ses semblables en arborant des habits simples typiques de la Grèce antique, autrement dit un chiton de lin blanc, des sandales et une ceinture de cuir.

Et si son armure d'or le désigne sans conteste comme un être d'exception – d'ailleurs, il ne se considère pas tellement comme tel, mais ceci est un autre sujet – son physique n'a au final rien de très remarquable une fois ses attributs de saint ôtés. Si son physique athlétique, taillé dans la finesse et la souplesse peut retenir l'attention, son visage ne possède rien qui puisse faire de lui un canon de beauté. Sans être laids pour autant, les traits du jeune homme sont d'une banalité à toute épreuve. Un nez fin, un menton pointu, des yeux perçants d'un bleu céruléen. Le tout encadré d'une chevelure brune dont les mèches ne descendent pas plus bas que le bas de la nuque, venant parfois se balader devant ses prunelles céruléennes.

Si la vue d'une armure d'or impose généralement le respect, voire même la rigidité chez les plus jeunes recrues d'Athéna, Kyros ne manque pas de passer outre cette barrière que semble imposer la hiérarchie. Son regard, ses gestes ainsi que ses paroles révèlent une ouverture d'esprit et une attention que beaucoup apprécient. Et si beaucoup le respectent, ce n'est pas tant pour la droiture et la prestance que l'on attendrait d'un Chevalier d'or, mais plus pour sa sociabilité, sa gentillesse voire même sa tendance à faire fi des us et coutumes imposées. Ce qui lui vaut également des reproches de la part de ses semblables, mais bon, telle est sa nature... Bon vivant, attentionné, et un poil nonchalant – voire même tête en l'air. Ce qui, toutefois, est loin de nuire à ses compétences sur le champ de bataille.



Attaques et Pouvoirs


- Spirit's Arrows : la technique de base du Chevalier du Sagittaire. Celui-ci matérialise des flèches sous la forme de traits d'énergie afin de les tirer à l'aide de son arc sur ses adversaires, n'utilisant que des faibles quantités de cosmos.

- Sagittarius Arrow : il s'agit de la seule flèche du Sagittaire, en dehors de celles qu'il peut matérialiser à volonté en utilisant de faibles quantités de cosmos. Elle est inclue dans l'armure même du chevalier, et ne peut être utilisée qu'une seule fois par combat, et recèle ainsi un pouvoir important. Capable de transpercer bien des protections, la Flèche du Sagittaire peut en outre servir de vecteur aux cosmos des Saints d'Athéna, qui peuvent ainsi faire de ce projectile un véritable concentré de cosmos, prêt à transpercer tout ce qui se trouve sur son passage.

- Atomic Thunderbolt : la seule technique de poing de Kyros, qui consiste à envoyer une multitude de boules d'énergie chargées d'électricité sur l'adversaire.

- Infinity Break : une multitude de flèches s'élève en tournoyant autour du corps de Kyros, imprégnées d'un cosmos d'une chaleur semblable à celle de la lumière de l'astre solaire, dévastant tout sur leur passage.

- Chiron's Light Impulse : les ailes de Kyros se déploient dans toute leur grandeur et émettent un cosmos doré chargé de détermination et de douceur, donnant un second souffle aux alliés baignés de cette lueur, restaurant leur énergie et les protégeant brièvement d'une éventuelle attaque adverse. Cette technique ne provoque aucun dommage, car loin d'être offensive, elle représente le renouveau et le retour à la sérénité, redonnant courage et espoir. Ses effets sont moindre sur Kyros, car elle est avant tout destinée à soutenir les alliés du Sagittaire.










© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam
Admin/ Garde de l'Oracle
Admin/ Garde de l'Oracle
avatar


messages : 416
Date d'inscription : 13/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure de Bronze du Dragon
Titres: 0

MessageSujet: Re: Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire   Mer 24 Avr - 22:23

Jolie présentation, et puis ça me fait déjà un équipier. cheers

Bienvenue, et je te souhaite de bien t'amuser ici ^^ Tu as mon yes ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agis

avatar


messages : 167
Date d'inscription : 11/04/2013

Fiche de Personnage
Protection Divine: Écaille du Dragon des Mers
Titres: 0

MessageSujet: Re: Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire   Mer 24 Avr - 23:42

Whaouw...

Moi qui n'aime pas les fiches-pavés, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire !

Tu vas très loin dans les détails historiques et géographiques, plus que moi sur mes topics dédiés, ça fait vraiment plaisir ^_^ Si quelqu'un est perdu, je l'enverrais lire ta fiche ! Razz (Car oui le plus important, je n'ai rien vu d'incohérent cheers )

Je te souhaite à nouveau la bienvenue et valide par la même occasion ta fiche king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kyros, Chevalier d'or du Sagittaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivé au temple du sagittaire
» Purplewolf Chevalier d'Or du Sagittaire
» Kyros, Chevalier d'Or du Capricorne
» [Combat] Angèle Chevalier d Or du Sagittaire VS Thanatos
» Arcas de zeta prime VS Kyros du Sagittaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: bibliothèque :: Inscriptions Archivées :: Personnages en activités-