AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. [Caridd - Léonidas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leonidas
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
Surplis du Behemoth, étoile Céleste de la Solitude
avatar


messages : 32
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. [Caridd - Léonidas]   Jeu 29 Aoû - 18:50

Spoiler:
 
Cela faisait longtemps que la cité d'Athènes n'avait plus accueilli les pas de Léonidas. Il fallait dire que celui-ci n'en avait pas une très haute opinion à l'époque de son règne, ne voyant en ses représentants qu'une ribambelle de pleutres et de dégonflés. Mais les choses avaient peut-être changé depuis sa mort, il voulait bien l'admettre, et c'était précisément afin de le vérifier qu'il avait résolu de se rendre sur ces terres. N'étant pas encore très au fait des normes actuelles – et encore moins de ce qui relevait du domaine du « divin » et de la répartition des territoires –, il n'aurait pas pu voir d'inconvénient au fait de se retrouver en plein coeur du camp adverse dans la mesure où il ignorait y être. Ce n'était de toute façon pas comme son visage était connu pour l'heure, n'ayant que très récemment hérité du Surplis et par extension de l'Étoile Maléfique qui y était associée.

Même ses « alliés » n'auraient eu aucune chance de le reconnaître comme étant l'un des leurs aussi longtemps qu'il était en civil, aucun d'eux n'ayant eu l'occasion de le rencontrer jusqu'alors – Hadès excepté, mais il doutait fort que celui-ci n'ait rien de mieux à faire que de traîner dans les parages. Car c'était de sa propre initiative que le Roi de Sparte avait pénétré dans la ville. Absolument personne n'avait été mis au courant de sa petite excursion. Après tout, les termes du contrat était clair : il n'était tenu de répondre présent que quand le Dieu des Enfers battait le rappel des troupes. En dehors de cela, il était libre de vaquer à ses occupations.

Mais en lui disant cela, son « bienfaiteur » ne s'attendait pas à ce qu'il aille se jeter dans la gueule du loup sans même en avoir idée. Toujours était-il qu'il n'avait pas pour intention de se faire remarquer mais simplement de se familiariser avec cette nouvelle ère avant qu'elle n'ait pu le prendre au dépourvu. Néanmoins, pour que cette visite soit satisfaisante, il n'y avait qu'un endroit où elle pouvait commencer et c'était en suivant ce point de vue que Léonidas s'était précipité dans la première taverne qu'on lui avait indiqué. Les badauds avaient certes été quelque peu surpris par son apparence – il n'était guère coutumier de voir un homme se balader en pleine rue vêtu d'un masque – mais lui avaient toutefois gracieusement désigné la voie à suivre.

Si l'alcool qu'on y verse n'est pas fameux, alors tout le prestige d'une cité ne vaut rien ! Telle avait toujours été sa philosophie et c'était pourquoi il avait toujours veillé à ce que celui que l'on distille à Sparte soit de premier choix. À son sens, n'importe quelle insulte n'était rien à côté d'un mauvais breuvage proposé à ses invités. Ne pouvoir se présenter sous son véritable jour afin de bénéficier du meilleur service était regrettable, mais il devrait pouvoir se contenter de ce qu'il trouverait dans un établissement digne de ce nom. Et jusque là, il n'avait pas de raison de s'en plaindre, effectivement.  Preuve en était qu'il en avait déjà vidé une demi-douzaine de verres de ce précieux nectar lorsque des éclats de voix à une table voisine attirèrent son attention.

S'y trouvait un jeune homme pas beaucoup moins âgé que lui actuellement, qui, en dépit de son allure androgyne, se voyait muni d'une charmante créature à chaque bras et semblait les régaler du récit de quelque exploit martial ou cynégétique. Toujours sous couvert du loup qui lui cachait la moitié du visage, Léonidas ébaucha un sourire en coin. Il avait toujours pris de son vivant un malin plaisir à mettre des bâtons dans les roues à ceux de ses camarades qui tentaient de rouler des mécaniques afin de trouver une femme pour réchauffer leur couche une fois la beuverie terminée. C'était de bonne guerre. À ce souvenir, le souverain s'était senti traversé par une vague de nostalgie, à plus forte raison qu'aucun de ceux qui partageaient ces festivités ne lui avait survécu. Remettre cela « en souvenir de bon vieux temps » lui semblait de bon ton, en hommage à ses compagnons. Il ne lui fallut donc pas longtemps pour se pencher par-dessus le dossier de sa chaise pour leur jeter un regard en biais.

« Excusez-moi, mais je n'ai pas pu m'empêcher de vous remarquer, mesdemoiselles... Je dois dire que je m'étonne que des dames de votre envergure en soient réduites à trainer avec ce minet qui ne tient sans doute pas la moindre goutte d'alcool. Je dois dire qu'à le voir, je me suis demandé s'il avait seulement l'âge d'entrer dans ce genre d'endroit. Alors de là à boire ce qu'ils servent... Je peux me tromper, mais si c'est le cas, il n'a qu'à venir me le prouver lui-même... Mais bien sûr, ça nécessite que tu t'en sentes le cran. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caridd
Chevalier d'argent de l'aigle
Chevalier d'argent de l'aigle
avatar


messages : 150
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs des eaux boueuses et pleines de microbes de l'oubli.

Fiche de Personnage
Protection Divine: Armure d'Argent de l'Aigle
Titres: 0

MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. [Caridd - Léonidas]   Ven 30 Aoû - 17:18

Nous y voilà donc. Caridd, grand héros de son état faisant sa balade habituelle dans les rues d’Athènes, profitant de ce doux début de soirée pour venir se réhydrater autour d’une bonne pinte ainsi que des charmes de ces jeunes dames en quêtes d’exotisme et d’aventure, voyant en l’Aigle un mélange exquis de ces deux choses. Un héros, donc, titre qui se confond facilement avec celui de Saint d’Athéna, porteur d’une protection divine, sacrée, symbole de la puissance et de l’importance de son porteur. Pourtant, il ne la portait pas aujourd’hui, pour une quelconque raison dont on se passera d’exprimer, même s’il n’en avait plus vraiment besoin pour que les gens le reconnaissent.

Ses deux récentes amies lui font donc explicitement du charme, avalant les paroles de l’homme en plein dans ses vingt années, ne pouvant qu’acquiescer à tout ce qu’il raconte. Au programme, des récits extraordinaires racontant ses propres haut-faits, à peine modifiés bien naturellement, concernant ses précédentes aventures et autres affrontements contre les ennemis d’Athéna, agissant en vrai chevalier dans tous ses exemples.

Un rire commun semble alors perturber un homme masqué assis à côté d’eux, ayant déjà pris part à l’ambiance de la taverne depuis pas mal de temps déjà, de nombreuses chopes se trouvant ici et là, sur le comptoir. Aucune grande menace en apparence, mais pourtant, l’homme commence à s’adresser aux compagnes du chevalier d’un air assez charmeur, assez pour pouvoir déstabiliser Caridd qui s’arrête net dans son discours, esquissant simplement un sourire. Certes il est assez jeune et plutôt… efféminé ? Mais ce n’est pas un désavantage lors de ce genre de situations, bien au contraire. C’est même ce qui fait tout son charme, à Athènes, là où il détient une grand réputation vis-à-vis de la gent féminine.

- Tiens. Encore un homme qui ignore tout le sens profond de la grâce et de ses secrets. Sérieusement, ce masque… As-tu la moindre notion du goût vestimentaire ? lui dit-il simplement pour commence en laissant échapper un rire, lui-même habillé de vêtements inconnus jusqu’alors, taillés sur mesure. Je pardonne cette tentative désespérée, tout le monde peut rêver d’effleurer ne serait-ce qu’un tiers de ma prestance, ha ha ! Dommage pour toi, ces dames…

Tiens, parlons-en de ces jeunes femmes. L’arrivée de Léonidas, cet homme aux beaux traits, mêmes cachés par le masque de bonne qualité, leur a fait effet. C’est peut-être l’adrénaline causé par ce qui précède un duel de boisson qui leur a fait ça, ou… aucune idée. Caridd ne comprend vraiment pas cet excès d’intérêt, mais est bien obligé de jouer le jeu.

- Bon, je ne suis pas du genre à être modeste, donc je vais simplement t’annoncer que tu rouleras déjà par terre avant que ma main ne tremble. Ce n’est pas un jeu aussi barbare qui peut me faire le moindre mal ! Je suis le grand Caridd, après tout ! Héros de la bataille des Îles Sybota ! Ha ha ha ! Allez, tavernier, sers-nous donc ton alcool le plus fort, qu’on commence les hostilités. En toute amitié, bien sûr.

Caridd adresse un clin d’œil à l’homme masqué, alors que le serveur lui tend donc son alcool le plus fort en réserve, ainsi qu’à Léonidas. Ni une, ni deux, le Chevalier d’Argent avale rapidement une gorgée de celui-ci, gardant un sourire permanent sur son visage, bloqué pendant l’espace d’une seconde. Quelle est vraiment cette boisson ?

*Waouh. Je crois que c’est ce genre d’alcool qu’on utilise pour désinfecter les plaies. Ca… picote un peu. Enfin, ça peut toujours être utile en cas d’hémorragie interne.* pense-il alors pendant cette pseudo-absence, riant intérieurement. *Comment est-ce que des gens peuvent boire ça en prenant du plaisir ? Le fait de se scarifier est moins néfaste pour le corps.*

Le Chevalier d’Argent de l’Aigle finit par avale son alcool d’une traite, posant lourdement son verre sur le comptoir en s’essuyant ses lèvres d’un revers de la main, une petite larme coulant au coin de son œil. Il laisse échapper un autre rire, prétendant que ce n’était pas un grand défi, même si dans le fond il préfèrerait subir le courroux d’Hadès lui-même.

- A ton tour, l’homme masqué ! Tu as un petit nom, d’ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/valec-doucebrise/44044
 

Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. [Caridd - Léonidas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qu'importe le flacon pourvu qu'il y ait l'ivresse (PV)
» [+18] Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. || Aldous
» Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse (Feat Gwen)
» Qu'importe le flacon pourvu qu'on ai l'ivresse./Wes\
» Qu'importe le flacon pourvu qu'il y ait l'ivresse (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
estrée test :: Athènes-